• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • Édition

D

DABIGATRAN : DISADVANTAGES
* compared with warfarin in non valvular auricular fibrillation
désavantages du dabigatran (Pradax™)
« Données ciniques provenant d’une seule étude sur 2 ans… Pas d’antidote spécifique… Prise bi-quotidienne… Adhésion au traitement plus difficile… Abandons de traitement plus fréquents… Interactions encore mal connues… Absence de données dans l’insuffisance rénale ou hépatique… Pas de test biologique pour quantifier l’activité anticoagulation, même le temps de céphaline activée (TCA)…

Trois fois plus cher [au Québec] même en incluant les INR… Sensible à l’humidité… Grosse capsule à risque d’être ouverte, brisée ou mâchée… Aucun produit ne renverse l’effet en cas de saignement (du moins pour l’instant)… Les plasmas frais congelés et les concentrés de complexes prothrombiniques ne sont pas efficaces… »1

 

DABIGATRAN : NON-INDICATIONS
les non indications du dabigatran (Pradax™)
« Patients sous warfarine dont le ratio international normalisé (RIN ou INR) est dans l’écart thérapeutique plus de 67% (deux tiers) du temps – Patient qui n’est pas un bon candidat à l’anticoagulation – Personnes de 80 ans ou plus, où la warfarine demeure le médicament de premier choix »2

 

DABIGATRAN AND BLEEDING
« Dabigatran (Pradaxa™), a new drug approved to reduce the risk of stroke by inhibiting blood coagulation, generated a strong signal illustrating the substantial bleeding risks of this treatment, with more than 500 reports of fatal, disabling and other severe hemorrhages. Dabigatran is moving rapidly into medical use as an easier-to-use replacement for warfarin (Coumadin™), first approved in 1954…

But with a one-size-fits-all dosing regimen, and without tools to individualize blood levels, and absent of a readily available antidote like vitamin K for warfarin overdoses, we saw evidence suggesting that some of the oldest patients may experience severe bleeds, resulting in harm rather than benefit. Underlying causal factors may be overdose, interactions, or altered renal clearance »
3
dabigatran et hémorragies
* Les populations à risque :
« Insuffisance rénale – Poids corporel < 50 kg ou > 100 kg (évaluation déficiente) – Personnes âgées, présentant des caractéristiques qui rendent son usage hasardeux : insuffisance rénale, polymédication, usage de pilulier, dysphagie, troubles cognitifs, petit poids, dénutrition… »4

 

DAILY MEDICAL PRACTICE
pratique médicale quotidienne

 

DALKON SHIELD SAGA Matériovigilance
la saga du stérilet Dalkon Shield™

 

DANGEROUS DRUGS : WHOSE FAULT ? What investigation reports will never reveal (Traduction libre du titre du livre)
Marc Girard.
Escalquens (FR) : Éditions Dangles ; 2011 
Médicaments dangereux : À qui la faute ? Ce que les missions d’enquête ne vous diront jamais Livre

 

DANGEROUS ME-TOOs Mises au point
« The manufacturer Bayer faced possibly bankruptcy because so many lawsuits claimed that cerivastatin (Baycol™) had an unusually
high fatality rate from muscle breakdown, a me-too statin they developed and promoted when half-a-dozen other cholesterol-reducing statin drugs were already on the market »5
produits de seconde génération dangereux
moi-aussi dangereux emprunt; quasi-copies dangereuses

 

DATA AND SAFETY MONITORING BOARD; DSMB Méthodologie – Essais
data monitoring committee; DMC
comité de surveillance / de suivi
= comité chargé du suivi d’un essai clinique en cours d’exécution. Il devrait idéalement être indépendant des sponsors mais l’est rarement en pratique. Ce comité peut interrompre prématurément un essai si le produit expérimental présente une dangerosité inattendue ou inacceptable, en vertu de critères prédéfinis. Également si le bénéfice est tellement supérieur cliniquement et statistiquement, selon des critères prédéfinis, qu’il appert éthiquement peu acceptable de poursuivre l’essai chez les témoins

 

DATA DREDGING
Voir DATA MINING

 

DATA EXTRACTION TEMPLATE
grille d’extraction des données

 

DATA MINING Pharmaco-épidémiologie
= exploration of a database looking for differences, correlations, without a predefined working hypothesis
exploration de base de données

 

DATA MINING ABUSE Épidémiologie - Pharmacovigilance
data dredging abuse; fishing expedition fam
« The temptation is all but irresistible to identify associations within computer-analyzed data that are informed neither by clinical experience nor a plausible theory of causation »6
abus dans l’exploration de bases de données;
pêche à la ligne fam
= abus d’interprétation d’une recherche conduite sans hypothèse précise dans une base de données informatisées
* en espérant découvrir quelque association, quelque facteur de risque dont on exagère souvent l’ampleur et l’importance, sans éliminer les facteurs de confusion, sans tenir compte de l’expérience clinique ni de la plausibilité biologique

 

DATA MINING COHORT Pharmacoépidémiologie
fishing cohort
cohorte exploratoire
cohorte de type pêche à la ligne plus familier
= conçue sans hypothèse de départ
* les résultats éventuels n’ont pas la même valeur scientifique, ne sont pas aussi probants, que ceux basés sur une cohorte prédéfinie en exploitant une base de données

 

DATA MINING IN PHARMACOVIGILANCE Pharmacoépidémiologie
« Data mining of the FDA's adverse event reporting system, the Adverse Event Reporting System (AERS), is useful for examining statin-associated muscular and renal adverse events. The data strongly suggest the necessity of well-organized clinical studies with respect to statin-associated adverse events.

Based on 1,644,220 Adverse Event Reports from 2004 to 2009, signals were detected for 4 statins with respect to
myalgia, rhabdomyolysis, and an increase in creatine phosphokinase (CPK) level, but these signals were stronger for rosuvastatin than pravastatin and atorvastatin »7
exploration de données en pharmacovigilance
* On recherche des signaux dans une base de notifications spontanées (safety database) ou dans une base de données médicales, hospitalières et pharmaceutiques (health database), constituées majoritairement de réclamations pour remboursement (claims database). Cette approche s’est historiquement avérée moins souvent utile, pour découvrir les premiers signaux, qu’un programme bien organisé de notification spontanée.

 

DATA ON FILE Opacité - Publicité
* reference too frequently used in advertisements to back the claims of a health product
données internes
* référence trop fréquemment utilisée dans les publicités pour appuyer les allégations concernant un produit de santé

 

DEAD IN BED Pharmacovigilance - EIM
1. Sudden unexpected death while sleeping, in young Type 1 diabetics treated with insulin
trouvé mort dans son lit

2. Sudden unexpected death in their sleep of American soldiers treated with antipsychotics for post-traumatic-sress-syndrome8
trouvé mort dans son lit

 

DEAD JAW SYNDROME EIM
Voir OSTEONECROSIS OF THE JAW

 

DEADLY CLINICAL TRIALS IN DEVELOPING COUNTRIES Éthique de la recherche – Vaccination contre le virus du papillome humain
« New Delhi, August 7, 2011 -
 For the first time since 2010 when 6 tribal girls from Gujarat and Andhra Pradesh involved in the clinical trials of anti-cervical cancer HPV vaccine died, the government has admitted that 1,725 persons have lost their lives to drug trials in the last 4 years9»

«
It is important to compare the burden of cervical cancer in India to other major health concerns, such as primary care, malaria, maternal anaemia, and malnutrition, and consider the best use of financial resources. HPV vaccine is among the most expensive vaccines on the market, and cannot be justified as a health care priority for India »10
essais cliniques mortels dans les pays en développement

 

DEADLY MEDICINE - Why Tens of Thousands of Heart Patients Died in America’s Worst Drug Disaster Livre - Anti-arythmiques – Critère de substitution – Hypothèse non fondée - Catastrophe de pharmacovigilance – Tueur en série
Thomas J Moore. Deadly Medicine. New York: Simon & Schuster; 1995 - 350 pages
Médicaments mortels Pourquoi des dizaines de milliers de cardiaques périrent au cours de la pire catastrophe médicamenteuse des États-Unis (Traduction libre du titre du livre)
* Dossier noir de certains anti-arythmiques qui tuent, une dizaine voire des dizaines de milliers d’américains cardiaques en furent victimes. La lecture est un pur délice, l’auteur est un des grands du journalisme d’enquête médical aux ÉU. On y apprend comment des jeux de coulisse peuvent s’avérer mortels pour des milliers de patients.

Un des livres les mieux écrits sur les complicités entre la FDA, les firmes et les experts universitaires. L’un des deux anti-arythmiques incriminés fut retiré, l’autre (flécaïnide ou Tombocor™) n’est pratiquement plus utilisé et ce, seulement en cardiologie de troisième ligne, en arythmologie

 

DEADLY MONOPOLIES: The Shocking Corporate Takeover of Life Itself—And the Consequences for Your Health and Our Medical Future - Livre – Génomique - Brevets
Harriet A. Washington. New York: Random House; 2011 - 433 pages

« The medical-industrial complex has come to control human life. In the past 30 years, more than 40,000 patents have been granted on genes alone—many more patents are pending. The medical ethicist author argues that the biotechnology and pharmaceutical companies patenting these genes are more concerned with profit than with the health or medical needs of patients »11 
Monopoles redoutables : La choquante prise en main de la vie elle-même par les entreprises - Et les conséquences pour votre santé et notre future médecine (Traduction libre du titre du livre)

 

DEADLY PARTNERSHIP Agences du médicament
« What was once considered to be one of our greatest protectors – the FDA – has now formed a deadly partnership with the pharmaceutical industry12»
partenariat mortel
« L’institution considérée jadis comme l’un de nos grands protecteurs – la FDA – est maintenant engagée dans un
partenariat mortel avec l’industrie du médicament », et l’EMA (European Medicines Agency) ne fait guère mieux sinon pire

 

DEAR DOCTOR LETTER Pharmacovigilance – Réglementation
TN : now obsolete
Dear Healthcare Professionnal Letter
lettre aux professionnels de santé
N.d.T. Lettre Cher Docteur est maintenant vieilli
= message imprimé, désormais électronique, expédié par un fabricant, généralement sur l’ordre ou à la demande d’une autorité sanitaire, pour communiquer de nouveaux renseignements concernant un de leur produits et rendre son usage plus sécuritaire, telles une alerte de pharmacovigilance ou de nouvelles restrictions d’emploi

* C’est une manœuvre plus défensive (contre les recours légaux) qu’instructive car une majorité des prescripteurs ne les lisent pas ou n’en tiennent pas compte, et il arrive même que la promotion du produit en question soit simultanément intensifiée pour contrecarrer une éventuelle chute du chiffre d’affaires, surtout quand plane une menace de retrait du marché ou de restriction d’emploi d’un produit
défectueux (au sens large du terme). Le cynisme des entreprises est sans limite.

 

DEATH BY PRESCRIPTION : A father takes on his daughter’s killer, the multi-billion-dollar pharmaceutical industry – Livre
Terence H. Young. Toronto : Key Porter Books; 2009 - 374 pages

“In Death by Prescription, Terence Young puts the complexities of how profit in Big Pharma corrupts medical training, medical care, government regulation (and lack thereof) and makes it nearly impossible, even for truly, well-meaning health care providers, to be sufficiently informed to make safe choices13
* Se also WHO KILLED VANESSA?

Mourir sur ordonnance : Un père enquête sur le tueur de sa fille, la multi-milliardaire industrie pharmaceutique - Livre traduit
Terence H. Young. Montréal : Écosociété; 2011 - 352 pages - Préface de Jean-Claude St-Onge auteur de l’Envers de la pilule – Traduction Françoise Forest et Geneviève Boulanger – Distribution DG Diffusion (FR et BE) et Servidis S.A. (CH) 

* Ce député fédéral canadien a vécu le pire cauchemar de tout parent : sa fille Vanessa est morte subitement sous ses yeux. L’ouvrage est digne du meilleur journalisme d’enquête. Se lit comme un roman, sauf que tout est vrai

« Ceux qui croient que notre pays (CA) s’en tire mieux [que les ÉU] déchanteront en lisant
Mourir sur ordonnance écrit par le député Conservateur Terence Young. Ce dernier a perdu sa fille à cause des effets secondaires d’un médicament contre le reflux gastrique. Grâce à l’enquête détaillée qu’il a menée, on découvre que le système canadien de pharmacovigilance est bien pire que celui de nos voisins du Sud.
Notre système de gestion des risques des médicaments est scandaleux…

En janvier [2011], Santé Canada a tenu des audiences en vue d’améliorer [sic] la façon de réglementer les médicaments. Au nom de la modernisation, et sous la pression des firmes, le ministère a proposé de relâcher les exigences en matière de sécurité avant la mise sur le marché d’un nouveau médicament. Adieu principe de précaution! On accélère la mise sur le marché en espérant qu’il ne s’avérera pas dangereux.


Le député Terence Young était présent et a pris la parole. Il a qualifié le processus de ’sinistre farce’ et a quitté la salle avec toute la dignité d’un père qui se bat pour que sa fille ne soit pas morte en vain »
14 déclare un professeur de politiques publiques (Université Carleton, Ottawa), aussi chercheur pour le Centre d'éthique de l'Université Harvard et le Consortium de recherche en politiques pharmaceutiques

 

DEATH BY PRESCRxIPTION : The shocking truth behind an overmedicated nationLivre
Ray D. Strand. Nashville; Nelson : 2003 – 261 pages
* Not to be confused with Terence Young’s book whose title sounds alike
Mourir sur ordonnance : La triste vérité d’une société surmédicamentée (Traduction libre du titre du livre)

 

DECADENCE OF MEDICAL SCIENCE Éthique de la recherche
décadence de la science médicale / de la science clinique
« L’essentiel est beaucoup plus central et bien plus grave : l’effondrement de la science comme démarche de connaissance, la décadence (au sens où l’on parle de la décadence antique) d’un modèle par rapport auquel ce qui nous est désormais présenté comme science n’a plus grand-chose – parfois plus rien – de scientifique15»

 

DECHALLENGE Pharmacovigilance – Notification d’EIM – Imputation
= Withdrawal of a suspect product from a patient's therapeutic regimen
déchallenge
* si l’événement indésirable disparaît, le déchallenge est dit positif et abrévié [De+]; sinon il est dit négatif [De-]

 

DECISION SUPPORT PRESCRIBING SYSTEM Pratique – Pharmacothérapie – Ordonnance rationnelle
système d’aide à la décision du prescripteur

 

DECLINE IN THERAPEUTIC PROGRESS
* evidenced by the lack of breakthrough drugs since the 1980s
déclin des avancées thérapeutiques
* dont témoigne l’absence de grandes perçées pharmacothérapeutiques depuis les années quatre-vingt

 

DEDUCTIBLE Assurance médicament
franchise

 

DEFECTIVE PRODUCT
1. Pharmacie – Contrôle de qualité - Matériovigilance
produit défectueux

2. Terminologie légale
produit défectueux

« Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, les méthodes modernes de la recherche clinique et de l’épidémiologie ouvrent la voie d’une pratique médicale relativement scientifique : à l’aune de ces méthodes, les produits actuels de l’industrie pharmaceutique apparaissent de plus en plus intolérablement
défectueux – au sens légal du terme ils n’ont pas le niveau de sécurité auquel on peut légitimement s’attendre »16

 

DEFENSIVE MEDICINE
Defensive medicine occurs when doctors order tests, procedures, or visits, or avoid high-risk patients or procedures, primarily (but not necessarily or solely) to reduce their exposure to malpractice liability. When physicians do extra tests or procedures primarily to reduce malpractice liability, they are practicing positive defensive medicine. When they avoid certain patients or procedures, they are practicing negative defensive medicine.”17
médecine défensive
* la césarienne sans indication médicale formelle mais proposée par le médecin en est un bon exemple

 

DEFENSIVE PATENT STRATEGY Brevets
stratégie défensive de protection de brevet
* utilisée pour bloquer le développement d’un nouveau médicament concurrent

 

DEFIBRILLATION LEAD FAILURE Matériovigilance – Cardiologie d’intervention
« An increasing annual lead failure rate is noted primarily during long-term follow-up and reached 20% in 10-year-old leads. Patients with lead defects are younger and more often female »18
sonde cardiaque

 

DEFINED DAILY DOSE; DDD Pharmaco-épidémiologie
dose quotidienne standardisée
* statistique utile pour comparer la consommation d’un produit entre deux régions, deux époques… et indirectement l’influence de la promotion

 

DELAYED CARDIAC REPOLARISATION RISK Pharmacologie de sécurité
risque de repolarisation cardiaque retardée

 

DELISTING FROM DRUG PLAN Assurance
déremboursement par l’assurance médicament

 

DELIVERY ERROR Erreur médicamenteuse - Pharmacie
dispensation / dispensing error
erreur de délivrance / de dispensation
* elle survient en aval de la décision de prescrire

 

DELIVERY OF CARE Pratique
prestation de soin

 

DELIVERY SYSTEM Pharmacie
delivery / release device; release system
dispositif / mode d’administration
système de délivrance emprunt facile19
* par exemple : aérosol-doseur, implant soluble; comprimé retard; timbre cutané

 

DELOCALIZATION OF CLINICAL TRIALS Essais cliniques – Délocalisation à l’étranger
foreign outsourcing of clinical trials

« A dangerous delocalization : Drug trials are increasingly outsourced in emerging countries. Which is not without risk. Concerns have been expressed on the risk of fraud and poor quality of data, which could compromise its credibility »
“The National Institutes of Health have identified 58 788 foreign trials in 173 countries outside the USA since 2000… There have been clinical trials in Malawi, Russia, Romania, Thailand, Ukraine, Kazakhstan, Peru, Iran, Turkey, Uganda, China, India, Estonia, Moldavia…”20
délocalisation des essais cliniques
« Une délocalisation très dangereuse : Les tests de médicaments se font de plus en plus dans les pays émergents. Ce qui n’est pas sans risque. Des inquiétudes ont été exprimées sur le risque de fraude et de mauvaise qualité des données qui rendraient les essais cliniques peu fiables »21

 

DELOCALIZATION OF MANUFACTURE OF DRUG PRODUCTS Qualité du produit – Règlementation
« Nearly 40% of drugs Americans take are made overseas », states FDA Commissioner Hamburg in 2012
22
délocalisation de la fabrication des produits pharmaceutiques / des spécialités (FR)

 

DELOCALIZATION OF MANUFACTURE OF RAW MATERIALS Qualité du produit – Règlementation
foreign outsourcing of manufacture of raw materials
« 80% of active ingredients are imported », says Commissioner Margaret Hamburg in 2012 (USA)23

« U.S. Government Accountability Office (GAO) estimated that in fiscal year 2009, the U.S. Food and Drug Administration visited just 11% of the 3,765 foreign factories it is responsible for inspecting — compared to 40 percent of domestic factories. In 2008, the GAO found that the FDA took 2-5 years to follow up with foreign plants it cited for safety issues — if it followed up at all. In 2008, 30 products made by a single Indian company were banned by the FDA, and a tainted batch of the blood thinner heparin from one of many hundreds of Chinese pharmaceutical plants was linked to 81 U.S. deaths »24
délocalisation / sous traitance étrangère de la fabrication des matières premières
* À titre d’exemple du risque de cette pratique commerciale qui atteint maintenant des proportions inquiétantes,
« Des héparines ont provoqué de nombreux cas d’allergie parfois mortelle en raison d’un
contaminant (chondroïtine persulfatée) délibérément ajouté pour ‘faire du poids’ - à savoir fausser à la hausse l’activité de ce médicament à visée anticoagulante »25

 

DELOCALIZATION OF TRIALS : COMMERCIAL ADVANTAGES Essais cliniques – Délocalisation
1)
Cheaper
2) Easier
recruitment
3) More
drug-naive subjects

4) Less stringent, or inexistent
regulations
5) Negligible risk of
litigation
6)
Ethical concerns are a figure of speech

7) FDA does little or no
monitoring
8) No FDA requirement to report
all overseas studies
9) Serving as
seeding trials to make the product known prior to global commercialization26
la délocalisation des essais cliniques : avantages commerciaux

 

demande abrégée d’AMM (CA)

 

DEMEDICALIZATION OF HEALTH Santé et société
démédicalisation de la santé
* Vivement, de toute urgence!

 

DEMEDICAMENTATION OF MEDICINE Pratique rationnelle
démédicamentisation de la médecine
* On peut toujours rêver…

 

DEMEDICAMENTATION OF SOCIETY Pharmacologie sociale
démédicamentation de la société

* Vivement, de toute urgence!

 

DENIGRATION OF COMPETITION Promotion agressive
dénigrement de la compétition
= exagération des EIM d'un produit ou classe bien connus, pour promouvoir un nouveau produit ou une nouvelle classe plus rentable pour le promoteur. À titre d’exemple, on dénigrera :

a) les diurétiques (génériques), à l’avantage des autres anti-hypertenseurs brevetés, plus chers de 5 à 50 fois, et pas plus efficaces; pourtant les essais ALHATT et SHEPS ont bien démontré l’efficacité en première ligne du chlorthalidone dans la prévention cardiovasculaire chez les hypertendus
b) le lithium (non brevetable) dans la maladie bipolaire, à l’avantage de nouveaux antipsychotiques brevetés

c) les IECA (par ex. le ramipril ou Altace™), à l’avantage des ARA dans l’hypertension, 2 fois plus chers (comme le valsartan ou Diovan™)
d) les génériques, à l’avantage des brevetés

 

DEPRESCRIBING - Ordonnance rationnelle
« Physicians love to add drugs but really hate to take them away
27»
Voir aussi DRUG DISCONTINUATION and DRUGECTOMY

déprescription
= action de supprimer un traitement jugé inutile, inapproprié ou dangereux28
* d’abord appliqué aux gens âgés fragiles ou en phase terminale, on élargit le sens à la pharmacoprévention au long cours en général (statines, diphosphonates, antiplaquettaires, vitamines, calcium, aspirine, etc.).
Enseigner à déprescrire est devenu une priorité dans la formation médicale continue indépendante pour contrer une médicamentation généralisée29

« 
Toute bonne ordonnance a une fin. Sachons retirer les médicaments superflus en évitant les traitements à vie. Que le prescripteur n’hésite pas aussi à déprescrirePhilippe Pinel, grand aliéniste du XVIIIème Siècle ne disait pas autre chose: Ce n’est pas un art de peu d’importance que de prescrire correctement des médicaments, mais c’est un art d’une bien plus grande difficulté que de savoir quand les arrêter ou ne pas les prescrire -… Ainsi, la déprescription doit être dans l’esprit et les objectifs du médecin dès le moment même de la première ordonnance »,30 notamment si elle est au long cours

 

DEPRESCRIBING KNOW-HOW Pratique
(le) savoir-cesser médicamenteux

 

DEPRESSION REVISITED Hypothèse biologique - Surdiagnostic
Optimism, greed and scientific incompetence have misled us about the nature of depression and the drugs we throw at it … [such as] the astonishing lack of evidence for the widely believed but poorly validated theory that depression and anxiety result from a chemical imbalance in the brain … a grim scandal of regulatory and clinical failures concerning antidepressants31
Depression in the USA in the 1950s and before was considered to be a rare disorder, with a prevalence of 0.005%. This now contrasts with a prevalence of 10% at the end of the 20th century32”, a 2000-fold increase, mostly artificial and semantic
la dépression revisitée

 

DEPRESSION SCREENING IN CANCER PATIENTS Dépistage
« No evidence was found on whether or not depression screening in cancer patients, either alone or in the context of optimal depression care, improves depression outcomes compared to usual care », in a systematic review directed by a McGill University (QC) professor, Brett Thombs33
dépistage de la dépression chez les cancéreux
« Il n’y a pas de preuve que cela fonctionne. Le dépistage peut entraîner plusieurs préjudices: l’étiquetage non justifié de patients comme déprimés; l’utilisation inadéquate de médicaments antidépresseurs ou leur prescription sans un suivi continu adéquat », selon une synthèse méthodique exhaustive34

 

DERMAL FILLER Dermatothérapie
produit dermatologique de comblement

 

DERMATOVIGILANCE Pharmacovigilance appliquée
post-marketing surveillance of cutaneous ADRs
dermatovigilance
= surveillance des EIM affectant la peau et les muqueuses. Les réactions peuvent être d'ordre systémique ou local

* Voici les principaux effets systémiques : l'acné, l'alopécie, l'eczéma, l'érythème polymorphe (mineur), l'exanthème, l'érythrodermie (exfoliative), l'érythème pigmenté fixe, l'éruption lichénoïde, le lupus, la photosensibilité, la pigmentation, la porphyrie, le prurit isolé, le purpura, les toxidermies vésico-bulleuses (Stevens-Johnson et nécrolyse épidermique toxique alias Lyell), l'urticaire et l'urticaire profonde (alias angioédème), les vergetures et la vascularite
* Les principales réactions locales sont l'eczéma de contact, l'irritation et la photostimulation

 

DETAIL WOMAN Promotion
déléguée / représentante pharmaceutique

 

DETAILING Promotion
visite médicale
* par un représentant pharmaceutique

 

DETERMINATION COEFFICIENT Statistique
coefficient de détermination; r2
= carré du coefficient de corrélation 
r de Pearson; désigne à quel point une variable est déterminée par une autre. On l’exprime en décimale ou en pourcentage. Ainsi si r = 0,9 la valeur r2 = 0,81 ou 81%
* Il est regrettable que les éditeurs de revues savantes n’exigent pas la présentation systématique du coefficient de détermination et laissent passer des affirmations comme ‘Le
r est de 0,9 et la corrélation est de 90%’, où l’innumératie des lecteurs ne leur permet pas d’y déceler une erreur d’interprétation

 

DEVELOPMENT (1) Cycle du médicament
* of a new drug
« Innovative manufacturers develop new drugs that often represent a technological innovation without yielding therapeutic progress down the road »
«  A drug under development… whose development is stopped for commercial reasons… »
mise au point; développement emprunt répandu
« Un médicament en cours de mise au point… dont le développement est stoppé pour raisons commerciales… »

 

DEVELOPMENT (2) Sémiologie
* of an adverse event, pathological or iatrogenic
« My patient developed maxillary osteonecrosis after some major dental work while taking a bisphosphonate »
présentation; apparition
« Mon patient a présenté des malaises musculaires sous statinothérapie »
« Des manifestations d’agressivité sont
apparues chez un consommateur de Chantix™ (varénicline) » qui voulait cesser de fumer

 

DEVELOPMENT SAFETY UPDATE REPORT Pharmacovigilance - Règlementation
Rapport périodique de pharmacovigilance pré-AMM
* obligatoire pour le promoteur durant la mise au point d’un nouveau produit

 

DEVICE SUSPENSION Matériovigilance
mise en quarantaine de dispositif
* suite à une alerte sur sa qualité de fabrication, sur une défectuosité

 

DEVICE VIGILANCE (AU) Matériovigilance
medical device postmarketing surveillance / reporting / vigilance / monitoring
matériovigilance (FR)
* concerne les dispositifs et instruments, qui agissent par leurs propriétés mécaniques ou physiques

 

DEXFENFLURAMINE (Redux™) : MARKET WITHDRAWAL
retrait du marché de la dexfenfluramine
« Le 24.01.2006 la Cour française de cassation condamne Servier pour cause d’hypertension artérielle pulmonaire nécessitant une transplantation bi-pulmonaire chez une femme »35

 

DIABETES OVERESTIMATIONS AS A RISK FACTOR Facteurs de risque
“Using data from the 7000+ diabetic individuals in 20 countries in the international Action in Diabetes and Vascular Disease (ADVANCE) trial, the Framingham and UKPDS risk equations overestimated four-year CHD risk by as much as almost 300%. The UKPDS equation overestimated risk of major CHD by 198% (95% CI 162%-238%), and similarly, the two Framingham equations overestimated the risk by 146% (95% CI 117%-179%) and 289% (95% CI 243%-341%)36
surestimations du diabète comme facteur de risque cardiovasculaire

 

DIABETES TYPE 2 PREVENTION Prévention
prévention du diabète de type 2
« L’incidence du diabète peut être réduite de moitié par des modifications diététiques et une augmentation de l’activité physique, mais aucun médicament n’a une balance bénéfice-risque favorable en prévention du diabète »37

 

DIABETES TYPE 2 PROGRESSION : DRUGS OR HEALTHY LIFESTYLE ? Diabétologie
« Weight loss and exercise can curb the progression of diabetes by 50%
 »38
progression du diabète : médicaments ou sains comportements ?
«  Aucun médicament n’a une balance bénéfices-risques favorable en prévention du diabète de type 239» ni pour en retarder la progression

 

DIABETES TYPE 2 SOCIAL DETERMINANTS
« According to Canadian Community Health Survey data, prevalence of Type 2 diabetes in the lowest household income group (income less than $15,000) is more than 4 times as high as in the highest income group (over $80,000). According to the authors of this study, ‘individual risk behaviours do not explain a substantial part of the income association,’ suggesting ‘that the diabetes burden associated with poor health behaviours should be looked at through the lens of socioeconomic conditions’ …In the 2011 Diabetes in Canada report40 of the Public Health Agency of Canada, the word ‘poverty’ appears nowhere »41

« Type 2 diabetes (T2DM) is a serious life-threatening chronic disease whose prevalence is especially high among Canadians living in poverty. And these Canadians with T2DM in poverty are especially likely to experience serious consequences of the disease. Of special concern is Statistics Canada reporting an explosive increase in mortality rates from diabetes (of which 90% represent T2DM) in low-income urban neighbourhoods across Canada »42
déterminants sociaux du diabète de type 2

 

DIABETOGENIC EFFECT OF STATINS EIM
* In the JUPITER study, involving 17,802 participants without diabetes, the hazard ratio for newly diagnosed diabetes was relatively increased by 25% in the rosuvastatin group compared to the placebo group. Little to no heterogeneity in the risk of new-onset diabetes has been observed among trials. Statins appear to have a class effect, unrelated to the individual statin, its potency, or its lipophilic or hydrophilic properties. Their effect also appears to be dose-dependent: the odds ratio for new-onset diabetes is 12% higher with intensive-dose therapy than with moderate-dose therapy43

* A meta-analysis of six statin trials that included 57,593 participants revealed a 13% increase in the relative risk of new-onset diabetes
44. Two victims’ vignettes in support :

« I was on Zocor™ and now on Lipitor™ for the last 3 years. I started with 40mg and my blood sugar went to 180 (4.6 mmol/l). The doctor recently changed me to 80mg and now my blood sugar is 250mg/dl (6.5 mmol/l) … I wish to inform you that I have been on Lipitor™ for about a year. I started developing leg pains and elevated blood sugar. I discontinued the Lipitor™ and my leg pains are going away and my blood sugar levels are coming down »45
effet diabétogène des statines

 

DIAGNOSIS AS A SOURCE OF MONEY; DSM Taxonomie psychiatrique - Sarcastique
= mocking redefinition of the psychiatric taxonomy ‘Bible’, the
Diagnostic and Statistical Manual or DSM46
Des diagnostics mercantiles
* redéfinition moqueuse de l’acronyme DSM, manuel de taxonomie psychiatrique qui élargit arbitrairement les définitions des troubles mentaux et qui, implicitement, étend abusivement les indications de psychotropes et s’avère fort rentable pour les fabricants

 

DIAGNOSTIC AND STATISTICAL MANUAL OF MENTAL DISORDERS; DSM-5 Psychiatrie – Nosologie
= dictionary of psychiatric nosology47, new edition due 2013

“The DSM is considered the bible of psychiatry, and if the American Psychiatric Association broadens the diagnostic criteria [in proposed DSM V] for conditions such as schizophrenia and depression, millions more people could be placed on powerful drugs, some of which have serious side effects. Similarly, newly defined mental illnesses that deem certain individuals a danger to society could be used to justify locking these people up for life48

We require a much deeper understanding of mental disorder than is currently possible and also preventive treatments that are effective and safe. Because the premature new diagnoses introduced by DSM-5 would all cause more harm than good, they should be dropped before the manual becomes official. Preventive psychiatry is the wave of the future, but would be the bane of the present. Preventive psychiatry can be bad for our health49

“The politics of diagnosis began in 1980 with the introduction of the DSM-III in the USA… the acronym could stand for ‘Diagnosis as a Source of Money’ instead of Diagnostic and Statistical Manual… a phoney classification that suits the FDA, the pharmaceutical industry, and some academic psychiatrists who should know better“50

« At a time when scientific research is demonstrating the harm from long-term drug exposure, the proposed new Diagnostic and Statistical Manual of Mental Disorders (DSM-5) will be pushing for increasingly widespread drug prescription. The mental health field needs to reverse itself by vastly increasing emphasis on psychiatric drug withdrawal and drug-free recovery »51
Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux; DSM
* ouvrage fort controversé; les membres choisis par l’American Psychiatric Association pour élaborer cet ouvrage en milieu fermé sont tenus au secret et ne peuvent en critiquer la méthodologie qu’en démissionnant du comité de rédaction
« Le DSM-5 (2013) pourrait préconiser la prescription d'antidépresseurs à des patients qui, deux semaines après le décès d’un être cher, seraient encore ébranlées, alors qu’actuellement le DSM-IV invite à attendre six mois
52»

 

DIAGNOSTIC PROCESS Pratique
cheminement diagnostique

 

DIAGNOSTIC REDUCTIONISM Pratique – MédicalisationDépistages
“A simplistic cookbook approach [to diagnosis is] an excuse for not thinking [and] denigrates clinical judgment and experience53
réductionnisme diagnostique
* Le réductionnisme diagnostique – des questionnaires simplistes sur l’humeur jusqu’à ceux sur les facteurs de risque cardiovasculaires – pousse les prescripteurs à suivre l’exemple des plus prescripteurs (high writers) au lieu de se baser sur leur expérience et leur jugement. Les critères diagnostiques deviennent si vagues qu’ils se rapprochent d’un horoscope, mais rien n’empêche qu’après un diagnostic obtenu en cochant 5 des 10 cases d’un questionnaire, on s’attend néanmoins à un traitement et c’est cela que l’industrie a bien compris

*
Quand les autorités se mettent à permettre aux pharmaciens de prendre la tension, mesurer la glycémie et le cholestérol, tester la mémoire, les retraités en santé qui entreront dans les officines en ressortiront hypertendus, diabétiques, hyperlipidémiques ou en pré-Alzheimer, pour le reste de leurs jours. La pharmacie de proximité se transformera en transmetteur de maladies chroniques et en promoteur de médications ’à vie’, transmission contre laquelle il n’y a ni vaccin ni mesure d’hygiène qui soit efficace

 

DICHOTOMOUS SCALE Statistiques
échelle dichotomique

 

DIET DRUGS’ INFAMOUS LIST
black list of appetite-suppressants / weight-loss drugs / anorectics / anorexigenic drugs
« In 1997, the infamous diet drug ‘fen-phen’ was pulled from the market after reports of fatal heart-valve problems in some users. Another diet pill, Meridia™, was pulled from the U.S. market in 2010 after being linked to heart problems »
liste noire des anorexigènes / des coupe-faim
« Depuis une dizaine d’années, en France, toutes les spécialités à base d’amphétaminiques pour faire maigrir ont été retirées du marché, avec un retard désastreux, notamment pour le benfluorex »54 

* fen-phen, association de phenfluramine et phentermine, retirée en 1997 suite aux rapports spontanés de valvulopathies chez certaines usagères, belle démonstration de l’irremplacabilité de la notification spontanée dans l’organisation de la pharmacovigilance. On démontra aussi un risque d’hypertension pulmonaire

* fenfluramine (Pondimin™, Ponderal™), principe actif de l’association dite fen-phen, considéré responsable des valvulopathies et des hypertension pulmonaires. Approuvée par la FDA en 1973. Forme racémique de la dexfenfluramine.

* dexfenfluramine (Isoméride™, Redux™) possède le même profil pharmacologique que la fenfluramine avec un peu moins d’EIM et fut approuvé aux ÉU en 1996 puis retiré en 1997 suite aux lésions valvulaires associées au fen-phen

* rimonabant (Acomplia™), antagoniste cannabinoïde autorisé en 2006 par l’EMA qui le suspend en octobre 2008 ; jamais autorisé aux ÉU ni au CA. Pour motif de pharmacovigilance neuropsychiatrique (dépressions, idées suicidaires, suicides)

* sibutramine (Meridia™, Reductil™), coupe-faim retiré en 2010 (ÉU, RU, CA, AU, UE …) pour motif de pharmacovigilance cardiovasculaire (AVC, infarctus non fatal)

* orlistat (Xenical™, Alli™) – La FDA autorise la vente libre en 2007 mais en 2010 ajoute au RCP la toxicité hépatique – très rare mais parfois grave. Dans un essai chez des ados obèses, l’incidence de fractures osseuses fut de 6% dans le groupe orlistat contre 2,8% dans le groupe placebo, pour un NNH de 31, probablement par malabsorption marquée de Vitamine D (liposoluble) car le produit fait maigrir en inhibant la lipase pancréatique et en réduisant ainsi l’absorption intestinale des graisses

* fenfluorex (Mediator™) retiré en France en 2009, avec un retard désastreux, 33 ans après l’homologation et environ 1 320 morts (de trop), d’où l’expression le scandale du Mediator™ qui entraîna une restructuration houleuse de l’Afssaps et la mise en accusation du pdg de Servier en 2011

* phentermine (Fastin™, Ionamin™) – Inacceptablement autorisée aux ÉU en 1959 ; récemment autorisée par la FDA en association à doses fixes avec le topiramate (Epitomax™). C’est l’anorexigène le plus utilisé dans le monde depuis le début des années 2000
* diéthylpropion (Tenuate™)
* ephedra, une cathécolamine, fut retirée par la FDA en 2004 à cause du risque d’hypertension artérielle entraînant AVC

 

DIETARY SUPPLEMENTS SAFETY Pharmacovigilance des compléments alimentaires
« FDA Should Take Further Actions to Improve Oversight and Consumer Understanding » according to the US Government Accountability Office in 200955
sécurité des compléments alimentaires
* La plupart sont achetés en pharmacies, épiceries et commerces de produits de santé, ou par internet ; d’autres sont ajoutés aux aliments

 

DILAPIDATION OF PUBLIC FUNDS Pharmacoécoonomie
dilapidation des fonds publics
« Les praticiens dilapident les fonds publics en prescrivant des statines [en prévention primaire] »56

 

DIRECT DISTRIBUTION TO PHARMACIES Stratégie commerciale – Pharmacie
distribution directe aux pharmacies
* par les grandes entreprises innovantes, pour court-circuiter les grossistes / diffuseurs / distributeurs et écarter les petites entreprises et les génériqueurs

 

DIRECT DRUG COSTS Pharmacoéconomie
dépense médicamenteuse directe

 

DIRECT-TO-CONSUMER ADVERTISING ; DTCA Promotion
« In 1981, Merck published the first DTC ad for a prescription drug, Pneumovax™, in Reader’s Digest … Now there is a never-ending barrage of pharmaceutical advertisements known as direct-to-consumer (DTC) ads that bombard Americans day in and day out.  They are intended to provoke an individual consumer to request a specific prescription drug from their doctor. How Does the Drug Industry Get Away with Broadcasting Those Deceptive Ads ? »57

In the new millennium, direct-to-consumer advertising and the internet emerge as new means of transmitting diseases58
* The opposite of Direct-To-Consumer Advertising is Unbiased Health Information

Pharmaceutical manufacturers supplying information to patients represents an absolute conflict of interest. Make no mistake, if the pharmaceutical industry are allowed to supply information to patients it will be advertising and will lead to irrational prescribing, increased medicine use and costs and potentially increased morbidity and mortality59"
“The prohibition of DTCA and other spending to influence physicians might help more than any other change to improve the way that new drugs are used60

“Four billions were spent in 2004 in the US in Direct-to-Consumer-Advertising. Another billion was spent in other forms of advertising, and 52.5 billions were spent in other forms of promotion61 »
« 
If we could only get Health Canada to properly enforce our current [DTCA] prohibitions properly, Canadians could get on with accessing dependable, objective consumer drug information instead of being exposed to nightly televised images of happy men dancing around, allegedly due to their erectile dysfunction medicine »62

“DTCA points to a total lack of consistency. In direct-to-consumer advertising, patients are persuaded to override the professional’s opinion63
“As federal regulators [USA] take their first tentative steps toward policing the wild west of medical information online, pharmaceutical companies are pressing their case to market drugs via Google, Twitter and other Web sites64"

« Since the global withdrawal of rofecoxib (Vioxx™) in 2004, concerns about public health effects of direct-to-consumer advertising (DTCA) have grown. A systematic review of the research evidence on behavioral, health, and cost effects, published in 2005, found four studies meeting inclusion criteria, which showed that DTCA increases prescribing volume and patient demand, and shifts prescribing. From 2005 to 2010, nine studies met similar criteria…

These largely confirm previous results. Additional effects include a shift to less appropriate prescribing, differential effects by patient price sensitivity and drug type, switches to less cost-effective treatment, and sustained sales despite a price increase. Claimed effects on adherence do not stand up to scrutiny and are based mainly on negative trials. There is no evidence of improved treatment quality or early provision of needed care. If policy is to be informed by evidence, the strength of research methods and ability to assess causality need to be considered »65, writes Barbara Mintzes, the canadian authority on the subject, in a must-read systematic review

« When will direct-to-consumer advertising (DTCA) be banned? It is time to close this Pandora’s box opened in 1997. Indeed, spending on DTCA for prescription drugs in the United States has increased dramatically over the last decade, and the flow on the Internet is out of control. Moreover, clinicians are not receptive to questions arising from DTCA »66
* The DTCA budget for rofecoxib (Vioxx™) exceeded that for Budweiser™, Pepsi™ and Nike™ and this led to an estimated 10 million prescriptions resulting in a potential stroke or infarction risk for 160 000 US citizens
publicité directe / publique / directe auprès du public
« La publicité directe auprès des patients: l’idée fixe des firmes67»
* Des bien-pensants accusent souvent la population d'être devenue hyper-consommatrice de médicaments et pourtant, du revers de la main, nos gouvernants canadiens tolèrent dans les faits la promotion publique des produits ordonnancés récemment commercialisés, même si elle est toujours interdite en principe au Canada, et ils abandonnent aux fabricants la règlementation de la publicité aux prescripteurs
« 
Health Action International a mené une enquête… toutes les associations de patients financées par des firmes… se sont déclarées en faveur d’une législation permettant aux firmes de diffuser de l’information sur les médicaments… et celles ne recevant pas de financement des firmes se sont prononcées contre68»

« Sous le couvert d’éducation thérapeutique du patient telle qu’elle est promue actuellement, c’est surtout l’industrie du médicament qui cherche à pénétrer au domicile du patient afin de le fidéliser à ses produits. Il surviendra ce qui est arrivé à la formation des médecins:
les firmes pharmaceutiques financeront volontiers ce qu’elles souhaitent contrôler. Dans leur logique commerciale, elles auraient tort de s’en priver. Or c’est le rôle des derniers garants de la déontologie, qu’ils soient institutionnels, individuels ou associatifs, de constituer le dernier rempart entre le patient et le marketing pharmaceutique69»

« L’Association médicale du Québec
s’oppose de toutes ses forces à la publicité directe des médicaments d’ordonnance auprès des consommateurs, dont le coût s’ajoute au prix des médicaments70 »
« Il y a tout lieu de croire que
la publicité directe, si elle augmente les coûts totaux, pourrait mettre en péril la viabilité de notre régime universel. Nous croyons qu’il faut préserver la spécificité du régime de santé canadien, qui est d’être fondé sur la solidarité71»

« Le système de soins a les mains liées par l’industrie pharmaceutique. Le contrepoids, c’est le patient informé, et le patient informé en collaboration avec le soignant. La solution vient de la communication entre médecins et patients par Internet. Quand le public et les médecins partagent des informations sur les ‘mensonges’ qu’envoie l’industrie, là, on peut se défendre.

Quand il y a d’un côté les médecins qui se font influencer et de l’autre, les patients qui se font aussi influencer et que les deux ne communiquent pas entre eux, on ne peut pas se défendre. Les médecins sont noyés sous des trucs de marketing. Or, plus la population est informée, moins elle se laisse manipuler »
72 

* Quand le public se fait dire par des intermédiaires à la solde des marchands d’antihypertenseurs qu’il faut démocratiser (sic) l’information sur l’hypertension, il risque de se faire médicaliser et médicamenter une fois de plus pour atteindre des seuils trop bas fixés arbitrairement
« [Il devrait y avoir]
interdiction formelle de toute publicité grand public pour les médicaments de prescription73 »

« Ne pourrait-on pas modérer les compagnies pharmaceutiques qui, tel un rouleau compresseur, nous invitent à prendre des médicaments pour notre cholestérol, notre taux de sucre un peu augmenté, nos humeurs, nos tristesses de la vie? Ces compagnies font la promotion de leurs médicaments
de plus en plus directement aux patients, ainsi que dans nos universités, hôpitaux d'enseignement, cliniques, cherchant parfois à nous convaincre à l’aide de piètres études scientifiques »74

* La pub directe est source de médicalisation, de médicamentation, d’EIM et de gaspillage (dépenses refilées au consommateur). Cette pratique commerciale, en plus d’être irrationnelle et nuisible, est une véritable aberration déguisée en information-santé
* La publicité directe déguisée en information-santé – aussi dite indirecte – se développe rapidement et peut prendre plusieurs formes :

a) programmes d’aide à l’observance (alias coaching),
b) incitations à ‘Voir votre médecin’,
c) associations sponsorisées de patients,

d) fondations téléguidées non soumises aux lois sur la pub directe,
e) forums en ligne de pseudo-patients,
f) sites web d’information-santé au financement non divulgué

g) info-publicité dans la grande presse
h) info-éditoriaux dans les magazines hebdomadaires
i) placements de produits dans les émissions télévisuelles populaires

 

DIRTY DOZEN Retraits du marché
= derogatory nickname of 12 products withdrawn for safety reasons by the FDA between 1997 and 2001, some of which should not have been approved in the first place
douze nouveautés déchues
* Le site Healthy Skepticism, voué à la dénonciation des publicités trompeuses, attire l’attention une douzaine de retraits effectués pour motif de pharmacovigilance entre 1997 et 2001:

a) Pondimin® (fenfluramine) et Redux® (dexfenfluramine), deux coupe-faim ;
b) Seldane™ (terfenadine) et Hismanal® (astemizole), deux antihistaminiques;
c) Posicor® (mibefradil) ;

d) Duract® (bromfenac);
e) Raxar® (grepafloxacin), une fluoroquinolone antibiotique de plus ;
f) Rezulin® (troglitazone), un hypoglycémiant, une glitazone de plu;

g) Propulsid® (cisapride - Voir aussi WHO KILLED VANESSA? et DEATH BY PRESCRIPTION de Terence Young;
h) Lotronex® (absetron) ;
i) Rapion® (rapacuronium)
75

 

DISABILITY Pharmacovigilance – Gravité d’EIM
= A substantial disruption in one's ability to conduct normal life functions76
invalidité ; handicap
* si un EIM entraine une invalidité, un handicap, qu’il s’agisse d’un effet transitoire ou d’une séquelle, il est catégorisé grave (serious), par opposition à bénin (benign)

 

DISABILITY-ADJUSTED LIFE-YEARS; DALYs Épidémiologie
années de vie corrigées de l’incapacité / pondérées par l’incapacité

 

DISABLED
handicaped
invalide; handicapé

 

DISCOURAGING DISSENT Agences – Politique du médicament
« The understandable but dangerous tendency to discourage dissent (at CDER, FDA) makes the Office of Drug Safety, which sits lower in the hierarchy of CDER (Center for Drug Evaluation and Research) than the Office of New Drugs, weak and ineffective77
découragement de la dissension
« La tendance, compréhensible mais dangereuse, à décourager la dissension au sein du CDER (FDA) rend la Commission de pharmacovigilance affaiblie et inefficace vu son statut hiérarchique bien en deçà du Bureau des autorisations »

 

DISCRETE SCORE Statistique
= based on discrete data
score discontinu / discret /
qualitatif
= niveau sur une échelle non continue (dichotomique type oui/non, ou ordinale basée sur le rang, ou nominative) plutôt que continue (quantitative) pour mesurer un critère d’évaluation d’un traitement
* Une variable discrète peut être comptée (nombre d’unités) et non mesurée. On doit toujours préférer une échelle quantitative, continue (temps de survie, durée, mmol, mmHg, poids, etc.) quand cela est possible car celle-ci véhicule plus d’information et augmente la puissance statistique

 

DISEASE
Voir aussi ILLNESS
maladie
= c’est nosologiquement ‘la maladie comme le conçoit le médecin’78 et non ce qui est vécu par le patient

 

DISEASE79
* Disease is what the the doctor diagnoses, illness is what the patient experiences
maladie; affection; pathologie
« Morbidité diagnosticable et diagnostiquée / réelement diagnostiquée / objective »80 aux yeux d’un professionnel de santé

 

DISEASE AWARENESS Promotion
« Disease awareness information and therapeutic area unmet needs can be raised and communicated at an earlier stage81 » of drug development, are typical promotional techniques used by corporate marketers
campagne de sensibilisation

 

DISEASE AWARENESS PROPAGANDA Médicalisation – Promotion
« Health is to do with eating sensibly and sufficiently, taking enough exercise, avoiding toxic exposures, and having social security and justice.
Disease awareness propaganda distracts from these imperatives »82
propagande par campagnes de sensibilisation

 

DISEASE GROUP
association de patients

 

DISEASE LABEL Médicalisation
« There are more and more diseases attached to patients who feel perfectly well – In the name of prevention there has been an explosion of new disease labels and health care measures that warrant a rethinking »83 
étiquette diagnostique / médicale
« Je suis sorti de la consultation avec une étiquette diagnostique »

 

DISEASE MANAGEMENT Pharmacothérapie
prise en charge de la maladie

 

DISEASE MONGERERS Promotion - Médicalisation
disease peddlers
colporteurs / façonniers / inventeurs
/ pourchasseurs / marchands de (pseudo) maladies

 

DISEASE MONGERING Promotion - Médicalisation
disease peddling
« Newly created diagnoses are as dangerous as newly marketed drugs
84»
« 
Clinical trials serve as disease mongering instruments merging trials and publicity. Drug testing is being intertwined with disease marketing. The various phases of randomized controlled trials are increasingly linked to particular phases in marketing85
« From disease mongering to disease branding, from useless screening to coercitive prevention »
façonnage / promotion / colportage / invention / création de (pseudo) maladies
« Les diagnostics nouvellement créés sont aussi dangereux que les médicaments nouvellement mis sur le marché »
« Du façonnage à la labélisation de maladies, des dépistages inutiles à la prévention coercitive »

 

DISEASE OUTCOME
évolution de la maladie

 

DISEASE-FREE SURVIVAL Méthodologie – Critère d’évaluation
(durée de) survie sans maladie
* critère d’évaluation utilisé surtout en oncothérapie

 

DISEASE-MANAGEMENT PROGRAM Soins de santé
programme de gestion thérapeutique

 

DISPARAGING OF WHISTLEBLOWERS Dénigrement des lanceurs d’alerte
* For example, the book The Drug Trial by Miriam Shuchman disparages whistleblower Nancy Olivieri. The latter has rightfully retaliated with a libel action
« Olivieri’s research identified unexpected risks associated with deferiprone, a pharmaceutical drug manufactured by Apotex Inc. In spite of repeated threats of legal action by Apotex not to do so, Dr. Olivieri disclosed the risks to her patients, and published her findings in scientific journals so that other physicians could learn of these risks – thus upholding established medical ethics »86 and received an honorary doctorate of laws by Dalhousie University (Halifax NS) in 201287
dénigrement des lanceurs d’alerte

 

DISPENSING ERROR Erreur médicamenteuse – Pharmacie
dispensation / delivery error
erreur de dispensation / de délivrance
* elle survient en aval de la décision de prescrire

 

DISPENSING REQUIREMENTS Pharmacie
conditions de délivrance
* d’une spécialité, d’un produit

 

DISPERSION VALUE Statistique
* Standard deviation, inter-quartile range, full range, standard error of the mean, confidence interval, all are dipersion values around a measure of central tendency such as mean, median, percentage, etc.
mesure / critère de dispersion
* Déviation standard (écart type), écart interquartile, amplitude, erreur standard de la moyenne, intervalle de confiance, sont tous des mesures de la dispersion autour d’une mesure de tendance centrale telle que moyenne, médiane, pourcentage etc.

 

DISPUTE Droit - Brevet
différend
* des observateurs malins de la règlementation étatsunienne disent parfois que la plus grande utilité de la FDA est de servir d’arbitre lors des nombreux différends entre innovateurs, entre génériqueurs et entre les deux

 

DISTRACTED DOCTORING Erreurs médicales
« Hospitals and doctors’ offices, hoping to curb medical error, have invested heavily to put computers, smartphones, but like many cures, this solution has come with an unintended side effect: doctors and nurses can be focused on the screen and not the patient, even during moments of critical care. And they are not always doing work; examples include a neurosurgeon making personal calls during an operation, a nurse checking airfares during surgery and a poll showing that half of technicians running bypass machines had admitted texting during a procedure »88
distraction des soignants

 

DISTRIBUTION Pharmacocinétique
distribution
=
processus par lequel une substance, une entité pharmaceutique absorbée circule et se répartit dans le corps, avant d’être métabolisée et excrétée. C’est un des 4 volets de la pharmacocinétique, l’étude du devenir des médicaments dans l’organisme

 

DIVERSION OF PRESCRIPTION DRUGS Usage illicite
détournement de médicaments d’ordonnance / de spécialités ordonnancées

 

DIVERSITY OF DRUG SURVEILLANCE
a) Post Marketing Drug Safety Surveillance, to gather information on the safety of a drug product
b) Drug Utilization Reviews, to provide prescribing data and patient exposures
c) Pharmacoeconomic studies to address direct (sales figures) and indirect costs, and savings
d) Outcomes Research to determine impact on health of exposed patients and public health

diversité des types de surveillance des médicaments
a) Celle des effets indésirables découverts après commercialisation est la pharmacovigilance proprement dite, fonction traditionnellement attribuée aux Agences nationales qui approuvent les nouveaux produits. On déplore qu’elle soit négligée, par rapport aux sommes et efforts dépensés pour approuver des nouveaux produits

b) Celle des
profils d’ordonnance est la révision d’utilisation concernant un, plusieurs ou tous les prescripteurs d’une région, comme le fait la firme Intercontinental Marketing Services (IMS)
c) Celle des
coûts direct et indirects encourus et évités relève de la pharmacoéconomie
d) Celle de l’
impact sanitaire, c.a.d. du service médical que rendent les interventions aux personnes et à la santé publique, relève d’études évaluatives

 

DIVISIONAL PATENT APPLICATION Règlementation - Brevets
demande de brevet divisionnaire

 

DOCTOR KNOCK’S RETURN IN REALITY Article
« Meaning that everyone is sick but not everyone is aware about that!89»
le docteur Knock de retour pour de vrai
* ce personnage – et titre d’une pièce de théâtre - de Jules Romain, présageait dès 1923 la médicalisation à outrance qui nous afflige maintenant

« Le concept de risque cardio-vasculaire signerait-il le triomphe du célèbre Dr Knock, le génial inventeur des malades qui s’ignorent ? Le retour du Dr Knock par Corvol et Postel-Vinay expose les arcanes du risque et met à plat le raisonnement médical contemporain, en espérant que chacun puisse choisir son mode de vie et mieux comprendre les avantages et les limites de ce que la médecine cardiovasculaire propose avec de plus en plus d’insistance
»90

« Une vision faite de diktats et d’avertisements inquiétants. Une vision totalitaire et non soignante »
91
« 
L’offreur de diagnostics, de traitements et de consolations qui n’attend pas le malade mais va le chercher est le désormais célèbre docteur Knock. L’intuition de l’auteur Jules Romain est qu’il faut inculquer un nouvel état d’esprit. Son autre prémonition est le rôle de propagandistes que les médecins allaient endosser… »92

* C’est ce que font aujourd’hui les publicitaires des grosses pharmas et les cliniques privées avait été pressenti en 1923 par Jules Romain. L’état d’esprit est la prévention basée sur a peur, la valorisation des nouveaux produits, et des spécialités techniques en médecine. Les propagandistes sont les revues savantes, les leaders d’opinion, les associations professionnelles et universitaires, les émetteurs de guides de pratique, les associations de patients (quand leurs intérêts convergent), qui bénéficient à différents degrés des largesses de l’industrie

 

DOCTOR’S OFFICE Pratique
cabinet médical

 

DOCTOR’S SURGERY (UK) Pratique
doctor’s office 
* some use surgery more specifically, referring to the doctor’s examination room
« Surgery hours »
cabinet médical / de consultation
« Heures de consultation »

 

DOCTORED PAPER Éthique de la publication
« Identifying doctored papers is a major concern for journal editors. Data manipulation an publication misconduct do occur in all fields of research (industry sponsored or not) and at all levels. Commercial pressure fosters data manipulation or, more commonly, data suppression. Ghostwriters need to be more visible93»
article trafiqué

 

DOCTORS, WHEN SICK THEMSELVES Pratique
les médecins, quand ils sont malades eux-mêmes

« 
Ils sont très modérés dans leurs autodiagnostics, prudents dans l’usage des médicaments, surtout des psychotropes, qu’ils prescrivent tant par ailleurs… ils s’exposent à moins : moins de prescriptions, moins d’interventions chirurgicales - et choisissent leurs spécialistes selon des critères de compétence stricts. Ce qu’ils ne font pas toujours pour leurs propres patients »94

 

DOCUMENTATION GRADING OF AN ADR REPORT Pharmacovigilance – Notification
* based on completeness
classement / évaluation de la documentation d’une notification d’EIM
* fondé sur la complétude ou informativité

 

DOMESTIC ADR REPORT Pharmacovigilance
notification nationale d’EIM
* notification en provenance du territoire national, antonyme de notification étrangère (foreign report). Au Canada on dira notification canadienne

 

DOMESTIC TRIAL Méthodologie - Essais cliniques
essai en territoire national
* par opposition à essai à l’étranger (foreign trial)

 

DOPED MEDICINAL HERB Phytovigilance
plante médicinale dopée
* soit avec des traces d’éléments toxiques, soit avec des médicaments dissimulés

 

DOSAGE FORM Pharmacie - Galénique
1. pharmaceutical formulation
« The form in which a product is presented, e.g. tablet, capsule… 95»
forme galénique;
formulation

2. formulation and dosage per unit
forme et dosage (unitaire)
* comprend la formulation galénique et la dose par unité

 

DOSAGE REGIMEN Ordonnance - Pharmacie
dose regimen
posologie
= mode d’emploi du médicament, indiquant la formulation, la dose par prise, le nombre de prises (au besoin l’intervalle entre les prises), la voie d’administration, la durée du traitement

 

DOSAGE STRENGTH Pharmacie - Galénique
dosage;
teneur

 

DOSAGE UNIT Galénique - Pharmacie
unité de prise

 

DOSE DEPENDENT ADVERSE DRUG REACTION Pharmacovigilance
effet indésirable médicamenteux

 

DOSE RANGING STUDY Méthodologie
range finding study
étude d’escalade des doses; étude de progression posologique
* au cours des essais de Phase I et II, notamment en Phase II

 

DOSE RELATED ADR Pharmacovigilance
dose-dependent ADR
effet indésirable médicamenteux lié à la dose; EIM dose dépendant anglicisme
* le mécanisme peut être l’exagération des effets pharmacodynamiques recherchés sur les récepteurs ciblés, ou un effet latéral (collateral, side) sur des récepteurs non ciblés; la cause peut être une dose supra-thérapeutique, ou une pharmacocinétique inadaptée génétiquement ou par interaction avec un autre médicament, un produit naturel, un aliment

 

DOSING DEVICE Conditionnement secondaire
dispositif doseur

 

DOSING REGIMEN LABEL Étiquetage
libellé de la posologie

= texte (
wording) concernant la posologie dans la monographie / le RCP

 

DOSING SCHEDULE Posologie
plan de prises

 

DOSSIER Mise au point
NDA dossier (USA); NOC dossier (CA); MA dossier (UK); regulatory dossier
dossier d’évaluation clinique / d’AMM
données d’évaluation initiale / d’AMM

= soumis pour obtenir l’AMM d’un nouveau produit, d’une nouvelle indication (élargissement de la maladie ou de la population cible) ou formulation (forme galénique, voie d’administration). Malheureusement pour la science médicale et la santé des patients, une grande partie du dossier est considérée propriété privée par les lois commerciales en vigueur

 

DOUBLE BLIND Méthodologie
double masked
en double insu; en double aveugle emprunt répandu; à double dissimulation
* quand ni le patient ni l’expérimentateur ni son équipe ne connaissent l’assignation aux traitements à comparer

 

DOUBLE BLIND RANDOMIZED CLINICAL TRIAL Méthodologie
essai clinique randomisé en double insu

 

DOUBLE-DUMMY Méthodologie
double placébo
= utilisation de deux pilules factices quand, par exemple, le protocole prévoit deux dosages d’un produit expérimental contre placébo, ou deux produits contre placébo, dans un essai à trois groupes

 

DOWNGRADING OF MEDICAL BENEFIT Évaluation clinique
abaissement / rétrogradation du service médical rendu

 

DOWNSTREAM BENEFITS
bénéfices futurs

 

DRINKABLE FORM Galénique
forme buvable

 

DRIVING FORCE OF PROMOTION ON PRESCRIBING HABITS Promotion – Révision d’utilisation
rôle moteur de la promotion dans les habitudes de prescription

 

DROP-OUT RATE Méthodologie - Essais
taux d’abandon

 

DROSPIRENONE (YAZ™)
Voir PHARMALATERALISM AT THE FDA

 

DRUG
1. medicine - Pharmacie
médicament; drogue (impropriété utilisée par Santé Canada dans sa règlementation mais maintenue pour motifs juridiques)
2. street drug -
drogue illégale / de rue

 

DRUG Pharmacologie - Pharmacie
licit drug; medicine (UK)
médicament
= molécule(s), substance, composition étudiée ou utilisée en tant que médicament
« Toute substance ou composition présentée comme possédant des propriétés curatives ou préventives à l’égard des maladies humaines ou animales, ainsi que tout produit pouvant être administré à l’homme ou à l’animal, en vue d’établir un diagnostic médical ou de restaurer, corriger ou modifier leurs fonctions organiques. Les médicaments possèdent donc un mécanisme d’action au niveau pharmacologique, immunologique ou métabolique
96»

 

DRUG ADVERTISING Promotion
« Advertisements should be overtly recognized for what they are – an unabashed attempt to get someone to buy something »,97 says a former NEJM Editor-in-Chief
« 
From the days of patent medicines to now, advertisements by Big Pharma – whether directed at physicians or the public – have routinely been biased and misleading »98
publicité pharmaceutique
« La publicité doit être ouvertement reconnue pour ce qu’elle est – une tentative sans scrupules de faire acheter quelque chose »
« La publicité pharmaceutique doit être règlementée dans tous les pays : contrôle
a priori pour les médicaments d’automédication, contrôle a posteriori de la publicité destinée aux professionnels de santé; application effective et rapide de fortes sanctions aux contrevenants99»
« Il faut se battre en permanence contre l’influence des firmes, contre laquelle a été constitué le
Collectif Europe et Médicament100»
« La promotion n’est pas au service du patient ou de la santé publique, elle est au service de l’entreprise. Et
elle fait mourir à petits feux la recherche pharmaceutique et l’éthique médicale »101

 

DRUG AGENCIES AND DRUG SAFETY
la sécurité médicamenteuse et les agences du médicament
* Le rapport de l’Institute of Medicine (ÉU) sur la sécurité médicamenteuse et la FDA est troublant, les réformes proposées sont profondes
* Une enquête gouvernementale aux objectifs et conclusions similaires avait été dévoilée l’année précédente au Royaume-Uni
i
* Au Canada l’ex-directeur de l’Agence du médicament a exprimé le même genre d’inquiétudes

 

DRUG AGENCIES CRITICISM : THE FRENCH MEDICINES AGENCY
critique d’agences du médicament : l’Agence française du médicament
« Comment expliquer qu’un nombre croissant de nouveaux médicaments soient si mal évalués, n’apportent aucun avantage, mais soient néammoins pris en charge à des prix extravagants ? »102

 

DRUG AGENCIES CRITICISM : THE MEDICINES AND HEALTH CARE PRODUCTS REGULATORY AGENCY
“Today the industry has got a very bad name. That is very unfortunate for an industry that we should look up to and believe in, and that we should be supporting. I think there have to be some big changes. Issues of secrecy, transparency and public accountability in the drug regulatory system pervaded almost every aspect of the House of Commons Health Committee, 2005 inquiry ”, Sir Richard Sykes says on the influence of the pharmaceutical industry on the drug agency103

“Government should bear the brunt of the criticism for the approval of pointless drugs. The regulatory authorities need greater emphasis on ensuring that drugs have effects that are clinically relevant, both in their actions and extent”104
critique d’agence du médicament: l’Agence britannique du médicament

 

DRUG AGENCY CRITICISM : THE EUROPEAN MEDICINES AGENCY
* formely EMEA for European Medicines Evaluation Agency
« In [the present] political context there is considerable risk that public health will not be given sufficient priority whenever the commercial interests of pharmaceutical companies diverge from, or conflict with, health needs”105
“[There is] growing emphasis on speed of approval, and a high proportion of hastily approved drugs that subsequently show serious safety problems106
critique d’agence du médicament : l’Agence européenne du médicament; Ema (UE)
N.d.T. EMA emprunt d’acronyme accepté
« Les insuffisances de procédures d’autorisation de mise sur le marché et de pharmacovigilance après commercialisation sont flagrantes »
107, c’est le laxisme pré et post AMM qui règne sous l’influence des entreprises
« Que font les agences américaine et européennes du médicament? C’est rarement dit, mais il n’y a plus de véritables contre-pouvoirs »
108 

« Les agences du médicament détiennent beaucoup de données sur les effets indésirables médicamenteux mais elles en diffusent peu »
109, elles sont complices de la culture corporative du secret
«  L’EMA censure certaines parties importantes de documents comportant des informations d’intérêt scientifique. Le fait que l’EMA occulte des documents au nom de l’intérêt des firmes témoigne de l’insuffisance de la prise en compte de l’intérêt des patients en Europe »
110

« La procédure [de l’AMM] est-elle vraiment conforme aux critères de la démarche scientifique? Ne présente-t-elle pas au contraire, en dépit de ses prétentions à la rigueur statistique et mathématique des failles à ce niveau qui posent des problèmes épistémologiques, éthiques et politiques importants?
111»
« Les autorités de santé ne font pas correctement leur travail de protection de la santé des patients »
112 

« Comment justifier qu'au niveau européen, ce soit toujours la Direction générale entreprise et industrie, et non pas celle de la Santé, qui ait autorité - façon de parler, parce que le copinage est de mise - en matière de régulation de l'industrie pharmaceutique? Une aberration »113 déplore Elena Pasca en 2009 - La situation aberrante été ‘corrigée’ depuis 2010, mais uniquement sous la pression de groupes de défense des patients

« Le réexamen périodique des dossiers d’autorisation de mise sur le marché doit être renforcé et réellement mis en œuvre, doit concerner l’efficacité, les effets indésirables mais aussi l’utilité globale compte tenu de l’évolution des autres moyens thérapeutiques disponibles… Les délais d’attribution des autorisations de mise sur le marché ne doivent pas être systématiquement raccourcis, dans le souci de la protection des patients…

Les redevances dues par les firmes, notamment pour les demandes d’autorisation, doivent être versées aux budgets des États et non directement aux Agences, de façon à empêcher toute forme de clientélisme »
114

 

DRUG AGENCY CRITICISM : THE FOOD AND DRUG ADMINISTRATION; FDA (USA) Agences
“The FDA has certified a 2009 letter sent anonymously by FDA staff to President Obama describing systemic corruption and wrongdoing that permeates all levels of FDA”115
“The US Food and Drug Administration's (FDA’s) oversight for drugs brought to market through an accelerated approval process remains poor”116

“Transparency is a potent element of a successful strategy to enhance the work of the FDA and its credibility with the public. Whenever possible, the FDA should provide the data on which it bases its regulatory decisions and other guidance and explain its decision-making process to the public »117 

“All of the confidentiality that surrounds clinical research and the activity of the regulatory agencies should be abolished”118
“What was once considered to be one of our greatest protectors – the FDA – has now formed a deadly partnership with the pharmaceutical industry”119

“Companies pay fees to the FDA to speed up drug approval, creating in the process [user fee, alias PDUFA] the absurd situation in which the agency is now partially funded directly by the industry it is supposed to regulate120
“I would argue that the FDA, as currently configured, is incapable of protecting America against another Vioxx™. The FDA and its Center for Drug Evaluation and Research are broken”121
critique d’agence du médicament : la FDA (ÉU)

 

DRUG AGENCY INTERNAL EXPERT Agences
expert interne d’agence du médicament

 

DRUG ALLERGY SURVEILLANCE Pharmacovigilance appliquée
allergovigilance
= surveillance des EIM de nature immuno-allergique

 

DRUG APROVAL PROCESS AMM
processus d’AMM

 

DRUG BENEFIT MANAGER Assurance médicaments
gestionnaire d’assurance médicaments

 

DRUG COMPANIES AND CANADIAN HEALTH (CA)
Are Drug Companies Serving Canadians and their Health? by Donald W Light 2011, professor of global pharmaceutical policy :
« In a recent interview with Normand Laberge, the vice president for scientific affairs at Rx&D, a pharmaceutical industry Canadian trade association, he has some disturbing things to say about the quality of clinical trials and the safety of drugs taken by patients. Worse, he did not think they were disturbing at all..

As a professor of global pharmaceutical policy, I pointed out that his slides for a speech he gave to a ‘summit’ of industry and academic researchers gave a misimpression about how risky pharmaceutical research is by claiming that only 1 in 10,000 compounds screened make it to market. There is no verifiable data behind this 10,000 figure. It might be more or less, but it matters little because rapid early screening costs very little

According to industry sources, serious money starts getting spent when chances of success are about 1 in 10, and large investments occur after chances are less than 1 in 3, with massive revenues pouring in soon after approval.
Second, Laberge also told his audience (and me) it takes 10-15 years of R&D to produce a new drug. I pointed out that solid industry data showed the time from beginning clinical trials to approval averaged only 6.5 years. This and other facts mean that the years left under patents before serious generic competition takes place is usually much longer than the 5 years that Laberge claimed.
At this point, a frustrated Laberge said, ’So what? The facts don’t matter’

Third, Laberge explained that pharmaceutical companies invest nearly $2 billion in Canadian clinical trials.  I looked up the facts and it’s about one-third that, $0.64 billion, and companies can recoup half of it through tax credits. Pharmaceutical companies are reported to spend only 6.9% of sales in R&D in Canada, not very much. Companies have been promising Canadians more hi-tech jobs and investment in research but not delivering much of either for the high prices and profits they get.

Finally, when asked why it matters to Canadian patients whether new drugs have clinical trials in Canada rather than somewhere else, Laberge gave a disturbing answer. He said doctors need to ’get experience’ with the drug before it comes on the market by participating in trials. Otherwise they will have no experience with it when prescribing to their patients

This could only be true if the trials were biased and no blinded and randomized. Was Laberge advocating trials designed to ‘prove’ new drugs are better? Otherwise, they would not ‘get experience’ for their patients during trials. His argument also justifies pseudo trials done by marketing departments so they can pay leading specialists handsomely to ‘get experience’ with new drugs and then claim they are clinical researchers

A recent book, The Risks of Prescription Drugs, pulls together evidence that most new drugs have few advantages over existing ones but are under-tested for harmful side effects. If that’s the case, then Laberge’s rationale could lead not only to poor testing but to patients taking drugs that do more harm than good »122
l’industrie du médicament et la santé des canadiens
L’industrie du médicament sert-elle les canadiens et leur santé ? par Donald W Light, 2011, professeur de politique mondiale du médicament

 

DRUG COMPANY
société / compagnie / entreprise / firme pharmaceutique

 

DRUG COSTS IN CANADA Pharmacoéconomie
« A major reason for escalating healthcare costs is prescription drugs. For example, the cost of prescription and over-the-counter drugs in Canada has increased close to 800% over the last two decades; from $4 billion in 1989 to $31 billion in 2010. Canada is now more medicated than the United States, which was recognized as the most medicated country in the world in 2005. In 2010, there was an average of 13.41 prescriptions filled for each Canadian. The number of prescriptions filled per capita in the United States in 2010 was 11.98 »
dépenses médicamenteuses au Canada

 

DRUG DEATHS Pharmacoépidémiologie
« The Food and Drug Administration in the United States, for example, acknowledges that the 4th leading cause of death among Americans is adverse reactions to prescription drugs »123
décès médicamenteux

 

DRUG DEATHS Poids des EIM – Pharmacovigilance - Toxicovigilance
« Propelled by an increase in prescription narcotic overdoses, drug deaths now outnumber traffic fatalities in the United States, a Times analysis of government data has found. Drugs exceeded motor vehicle accidents as a cause of death in 2009, killing at least 37,485 people nationwide, according to preliminary data from the U.S. Centers for Disease Control and Prevention (alias CDC)124»
décès médicamenteux
* cette progression des décès d’origine médicamenteuse aux ÉU résulte d’une progression des surdoses de narcotiques ordonnancés, notamment ceux consommés en situation récréationnelle en association avec alcool ou drogues illicites. Avec ou sans une complicité médicale; qu’on pense aux vedettes étatsuniennes comme Michael Jackson et Anna Nicole Smith

 

DRUG DELIVERY PROCESS Pharmacie
circuit de distribution de médicaments

 

DRUG DELIVERY SYSTEM Pharmacie
mode / dispositif d’administration d’un médicament;
système de délivrance emprunt facile, à éviter125

 

DRUG DEVELOPMENT Mise au point
* includes discovery, preclinical evaluation, clinical evaluation (IND in USA), approval (NDA in USA) and postmarketing surveillance
mise au point pharmaceutique / de médicaments
développement pharmaceutique emprunt répandu

 

DRUG DEVELOPMENTS COSTS Pharmacoéconomie
couts de mise au point des médicaments

 

DRUG DISCONTINUATION - Ordonnance rationnelle – Pratique
deprescribing; deprescription
« The Archives of Internal Medicine126 published a feasibility study of drug discontinuation among elderly people with extraordinary findings. Using an established tool, researchers were able to cut the average number of medications in half, from roughly 8 to fewer than 4 per person. Just 2% of discontinued drugs were restarted; no adverse effects of discontinuation were reported; and almost 90% of people reported better health »127
cessation d’un médicament; déprescription
« Il faut savoir cesser. Une étude - du genre que l’on souhaiterait lire plus souvent mais abhorrée par les promoteurs - vient de révéler qu’après avoir cessé 58% des ordonnances jugées inappropriées chez des gens âgés poly-médicamentés, on a dû reprendre seulement 2% des ordonnances, et 88% des personnes sevrées se sont senties en meilleure santé128»

 

DRUG DISCOUNT Pharmacoéconomie – Politique d’achat
« To reward Big Pharma corporations for their political contributions – and minimizee Medicare’s options during his drive to privatize elder health care – Bush prohibited Medicare from negotiating drug discounts… though every other major American health care provider regularly receives major discounts »129
rabais / remise sur les médicaments

 

DRUG DISPENSING Pharmacie
dispensation / délivrance d’un médicament

 

DRUG DONATIONS: INAPPROPRIATE PRACTICES Exemptions fiscales – Philanthropie mal avisée
« Inappropriate drug-donation practices »
« Donated drugs may not be on a country’s essential drug list and sometimes they are out of date
130 »
dons de médicaments inappropriés
« Pratiques inappropriées de dons de médicaments131 »

 

DRUG ELUTING STENT; DES Matériovigilance
active / coated / medicated / pharmacoactive / eluting stent
endoprothèse pharmacoactive / active / à élution / médicamentée / pharmacoactive ; stent à élution / médicamenté / actif / pharmacoactif
* ce dispositif, installé dans une artère coronaire, libère localement une substance censée prévenir la resténose; sa surveillance relève de la
matériovigilance en tant que dispositif, mais aussi de la pharmacovigilance en tant que mode d’administration d’un médicament

« Dans la plupart des cas, notamment lorsque le risque de resténose est modéré, mieux vaut en rester à une endoprothèse métallique nue. Lorsque le risque de resténose est grand, le pontage est à envisager »
132, d’autant plus que le stent actif expose le patient à une prolongation du traitement par clopidogrel (Plavix™) pendant 1 an, au lieu de 1 mois après stent nu133

 

DRUG FORMULARY Pharmacie
drug list
liste de médicaments; formulaire de médicaments anglicisme

 

DRUG HISTORY Sémiologie - Pharmacovigilance
historique médicamenteux
= Pour un patient donné, recueil de prescriptions, dispensations et administrations répertoriées de médicaments, en situation hospitalière ou ambulatoire134
* en questionnant un patient soupçonné victime d’un EIM, il convient de vérifier la prise antérieure de produits semblables au suspect et la survenue éventuelle d’EIM associés à ces prises, ainsi que l’apparition antérieure de l’événement indésirable sans exposition au produit suspect. Les réponses contribuent à établir le niveau d’imputabilité, c.a.d. la confiance dans la causalité

 

DRUG HOLIDAY Prescription rationnelle
congé thérapeutique

 

DRUG IDENTIFICATION NUMBER ; DIN (CA) Pharmacie - Règlementation
numéro d’identification du médicament ; DIN
abréviation acceptée

 

DRUG INDUCED DISEASE Pharmacovigilance
drug induced illness

1. drug induced
disease (from the medical point of view)
“The [British] 2005 House of Commons inquiry highlighted important concerns about our limited knowledge of drug induced illness but government [refused] to investigate the extent, cost and implications of drug induced disease in our communities135
= nosologically defined drug-induced entity
maladie médicamenteuse / à caractère pharmacologique
* Elle est nosologiquement caractérisée. Ces maladies reposent sur la présomption d’imputabilité, la confiance dans un lien de causalité entre une pathologie ou un événement indésirable et une exposition médicamenteuse. Les maladies médicamenteuses représentent une branche de la médecine qui est mal connue et pratiquement non enseignée, parent pauvre de la FMC. Elles dépassent depuis peu les accidents de la circulation en terme de décès aux Etats-Unis

2. drug induced illness (from the patient’s point of view)
= clinical manifestations, ill defined symptoms, signs
“I feel ill whenever I take this medicine… ”
symptomatologie médicamenteuse
* Elle est mal définie mais néammoins bien réelle dans le vécu du patient
« Je ne me sens pas bien chaque fois que je prend cette pilule »

 

DRUG INDUCED PUBLIC-HEALTH ALERT Pharmacovigilance
alerte de santé publique liée à un médicament

 

DRUG INDUSTRY
industrie pharmaceutique; entreprise du médicament

 

DRUG INDUSTRY PEOPLE
drug industry spokespersons
industriels du médicament

 

DRUG LUNCH Promotion
déjeuner de compagnie
fam

 

DRUG MONITORING Prescription rationnelle
1. monitoring of a patient in pharmacotherapy
suivi thérapeutique
= évaluation périodique du rapport bénéfices-risques chez un patient en pharmacothérapie
2. drug level monitoring
monitoring thérapeutique
= évaluation de la concentration sanguine - ou de l’activité pharmacologique, comme l’INR sous warfarine - d’un médicament dont l’index thérapeutique est étroit

 

DRUG PLAN Assurance
assurance médicament

 

DRUG PLAN DETAILER FMC – Assurance médicament – Maîtrise des couts
délégué / visiteur de l’assurance médicament (FR)
* par analogie avec le visiteur médical (de l’industrie) qui cherche à mousser les ventes, et avec le visiteur universitaire qui cherche à rationaliser les ordonnances; on cible les médecins qui ont des profils de prescription hors normes impliquant des médicaments au rapport cout-bénéfice exagéré et prescrits à profusion. C’est un interlocuteur privilégié des professionnels de santé, le délégué de l'Assurance Maladie développe la coopération professionnelle utile à la maîtrise du système de soins, en vue de soigner mieux en dépensant mieux. Dans les faits il est perçu par les médecins comme un agent de maîtrise des coûts plutôt qu’un conseiller pour prescrire plus rationnellement (FR)

 

DRUG POISONING Toxicologie clinique
accidental poisoning
= overdose or wrong drug, given or taken in error, inadvertently or during medical or surgical procedures
136
intoxication médicamenteuse
= surdose ou mauvais produit administré ou consommé erronément, ou durant une intervention médicale ou chirurgicale

 

DRUG POISONINGS : TEN MOST DANGEROUS NEUROTOPICS IN AMERICA Toxicovigilance
* This list of brand name and generic drugs acting on the brain was compiled from the Drug Abuse Warning Network's (DAWN's) database of emergency room visits in 2009, including drug poisonings that lead to both deaths and survivals (USA) :137

1. Xanax™ (alprazolam) 112,552 emergency room visits (benzodiazepine class)
2. OxyContin™ (and other oxycodone drugs) 105,214 (opiate class) 
3. Vicodin™ (and other hydrocodone drugs) 86,258 (opiate class)
4. Methadone 63,031 (opiate class)

5. Klonopin™ (clonazepam) 57,633 (benzodiazepine class)
6. Ativan™ (lorazepam) 36,582 (benzodiazepine class)
7. Morphine drugs 31,731 (opiate class)

8. Seroquel™ (quetiapine) 29,436 (antipsychotic class)
9. Ambien™ (zolpidem) 29,127 (sedative class)
10. Valium™ (diazepam) 25,150 (benzodiazepine)
empoisonnements médicamenteux : les dix plus dangereux neurotropes aux ÉU

 

DRUG POLICY Politique du médicament
politique du médicament /
en matière de médicament; politiques pharmaceutiques

 

DRUG POLICY EXECUTIVE Politique du médicament
décideur politico-pharmaceutique

 

DRUG POLICY RESEARCHER Politique du médicament
chercheur en politiques pharmaceutiques

 

DRUG PRESCRIPTION REVIEW BOARD Révision d’utilisation
observatoire des prescriptions;
comité de révision d’utilisation des médicaments

 

DRUG PRICE ESCALATION Pharmacoéconomie
flambée / dérapage / dérive du prix d’un médicament

 

DRUG PRICING CONTROL SYSTEM Pharmacoéconomie
système de contrôle des prix

 

DRUG PRODUCT COMPONENTS Pharmacothérapie
a) one or more active ingredient
b) inactive ingredients (excipients) – theoretically inactive and non toxic
c) nocebo and placebo effects

composants des produits / spécialités pharmaceutiques
a) un ou des principes pharmacologiquement actifs
b) des excipients - en principe ils sont inactifs et non toxiques
c) des effets nocebo et placebo

 

DRUG PRODUCT Pharmacie
= the finished dosage form that contains a drug substance, generally, but not necessarily in association with other active or inactive ingredients
« The labeling of warfarin based drug products », warfarin is the active ingredient and Coumadin™ is the finished product
spécialité (FR) / produit pharmaceutique (CA)
= médicament fabriqué industriellement, identifié par une dénomination et par une ou plusieurs présentations
= t
out médicament préparé à l’avance, présenté sous un conditionnement particulier et caractérisé par une dénomination spéciale
« Le résumé des caractéristiques des
spécialités à base de warfarine comme le Coumadin™» - Dans cette phrase la warfarine est le principe actif ; Coumadin™ est le produit fini, celui que l’on achète en pharmacie, la spécialité

 

DRUG PROFESSIONNAL Spécialité professionnelle
Voir aussi PHARMACEUTICAL MEDICINE and CLINICAL PHARMACOLOGIST
professionnel du médicament
* titre dont aiment s’affubler les prescripteurs, les dispensateurs, et les pharmacologues universitaires, industriels et gouvernementaux. En fait on devrait l’appliquer en premier lieu aux praticiens de la médecine pharmaceutique et aux cliniciens-pharmacologues

 

DRUG PUSHER OR HEALTHCARE PROVIDER FOR THE SICK ? Rôles du prescripteur
pourvoyeur de médicaments ou soignants de malades ?
« La recherche du plaisir, la stimulation des sens, l’accroissement des capacités physiques, sexuelles, sportives ou intellectuelles font partie des nouvelles exigences des classes aisées urbaines. On passe ainsi de ‘maladie’ à ‘trouble de santé’, de ‘santé’ à ‘dépassement de soi’ avec recherche de performances, travail sur les sensations ou les sentiments à partir de la chimie, ou travail sur l’apparence »138

 

DRUG REGIMEN Ordonnance - Pharmacie
posologie

 

DRUG REGULATION AUTHORITIES Règlementation - Agences
autorités de règlementation pharmaceutique

 

DRUG REGULATORY AGENCY Règlementation - Agences
Agence de contrôle / de règlementation /
d’enregistrement du médicament
* comme la Fda, l’Ema, l’Ansm ex-Affsaps; elle autorise, surveille, suspend la commercialisation des médicaments. C’est une autorité de tutelle
N.d.T.
agence de régulation a un sens différent, celui d’un organisme qui veille au bon fonctionnement d’un système

 

DRUG REPRESENTATIVE Promotion
detail man / woman; pharma rep familier
visiteur / délégué médical; représentant (de l’industrie) pharmaceutique; RIP emprunt

 

DRUG REVIEW DEADLINE Règlementation – Agences - AMM
date de tombée d’évaluation de dossier d’AMM
* les agences du médicament se font ou se laissent imposer par l’industrie des délais pour compléter l’évaluation d’un dossier d’AMM et prendre une décision : autorisation, autorisation conditionnelle ou rejet de la demande. La raison est évidente : les redevances payées par l’industrie en soumettant un dossier pour obtenir une AMM font de l’industrie un client, alors que c’est la population qui devrait être le client d’une agence au financement majoritairement public. C’est le monde à l’envers : l’évalué dicte les règles du jeu à son évaluateur…

 

DRUG SAFETY ALERT Réglementation
1. Detection by a drug agency of an important signal warranting a full scale drug safety investigaton
alerte de pharmacovigilance
= détection d’un signal assez important pour justifier le déclenchement d’une enquête de pharmacovigilance par une agence du médicament

2. Message sent by a drug agency to health professionals
* now done electronically through an
eNotice
alerte de pharmacovigilance
= message de mise en garde diffusé par une agence du médicament aux professionnels de santé concernant un nouveau risque important à prendre en compte, par un avis électronique / par courriel

 

DRUG SAFETY AND DRUG AGENCIES Agences – Pharmacovigilance
“Our major errors in drug safety have been due to not listening to people who find the first signals, rather than by failing to follow, for example, standard operating procedures on [ADR] case reporting139"
pharmacovigilance et agences du médicament

 

DRUG SAFETY CASUISTICS Pharmacovigilance
casuistique médicamenteuse
* Analyse des observations cliniques (case reports) des effets nocifs des médicaments

 

DRUG SAFETY CRISIS Pharmacovigilance
crise de pharmacovigilance

 

DRUG SAFETY DATABASE Pharmacovigilance
pharmacovigilance database; ADR reports database
base de données de pharmacovigilance
* la plus grande est Vigibase, maintenue par l’Uppsala Monitoring Center en Suède pour l’OMS

 

DRUG SAFETY INFORMATION Pharmacovigilance
information de pharmacovigilance

 

DRUG SAFETY INVESTIGATION Pharmacovigilance
drug safety enquiry / review
enquête de pharmacovigilance
* réalisée dans le but de réévaluer le risque d'un médicament à la suite d’une alerte de pharmacovigilance

 

DRUG SAFETY LABELING CHANGE Pharmacovigilance
modification du libellé de pharmacovigilance; modification de pharmacovigilance dans le RCP / la monographie / l’étiquetage

 

DRUG SAFETY OFFICER Pharmacovigilance
safety officer
responsable de pharmacovigilance; pharmacovigilant; pharmacovigile rare
* il peut être institutionnel (agence du médicament, université, établissement de santé) ou industriel (détenteur d’AMM, société de mise au point clinique alias CRO)

 

DRUG SAFETY REPORTS AT THE FDA Agences – Pharmacovigilance
“Although FDA officials told us that they place the highest priority in reviewing serious adverse event reports, agency officials reported that they receive substantially more adverse event reports than staff can review. However, FDA could not provide data showing how many adverse event reports staff has reviewed. According to agency officials, the drug, biologic, and device adverse event reporting systems used by FDA do not allow the agency to accurately determine if an individual adverse event report has been reviewed by staff”140
les notifications d’EIM à la FDA
* dans la plus importante agence nationale de pharmacovigilance au monde, on ne connaît pas le nombre des déclarations évaluées ni même si telle ou telle notification soumise a été évaluée par son personnel

 

DRUG SAFETY REVIEW Analyse
synthèse de pharmacovigilance

 

DRUG SHORTAGE MANAGEMENT Politique du médicament
gestion d’une pénurie de médicaments

 

DRUG SHORTAGES Pharmacie - Pharmacoéconomie
« Looming drug shortages threaten health care »
« Big Pharma can discontinue essential vaccines (like tetanus toxoid) and medicines at will, allowing those wealthy multinational corporations to extort guaranteed or excessive profits for new vaccines and new medicines that they currently deign to produce »
141

* the abandonnement by generic industries of less profitable old products, when they are medically or economically advantageous for the population, warrants regulatory oversight. Voluntary drug shortages of valuable generic products are morally inacceptable
* Quotas cannot be regarded as temporary drug shortages but as a mean strategy to make price increases more palatable down the road

* The abandonment of old, useful, cheap drug products is increasingly disguised as manufacture-related drug-shortages
« When generics go missing it’s the working poor who suffer. Ten percent of Canadians don’t fill prescriptions because they can’t afford to »142
pénuries de médicament; ruptures de stock
« Une pénurie imminente de médicaments menace les soins de santé »
* la pénurie peut être temporaire, pour raisons techniques, et suivie de remise à disposition; l
a sous-traitance à l’étranger, notamment la délocalisation dans des pays émergents, n’est pas étrangère à ces problèmes. Elle peut aussi être (cynisme corporatif oblige) être volontaire et servir d’argument pour hausser les prix

* la pénurie peut être permanente après décision du fabricant de cesser la production et créer une pénurie pour des motifs économiques voire mercantiles, i.e. le remplacement par des alternatives brevetées et chères, ou l’abandon de produits génériqués pas assez rentables, mais médicalement ou économiquement avantageux pour la population, mérite une surveillance règlementaire. La pénurie intentionnelle de produits génériques de grande valeur est éthiquement inacceptable

* La cessation de produits anciens, génériqués, utiles et peu dispendieux, menace la qualité ou les couts de notre arsenal thérapeutique ou les deux, surtout quand il s’agit de produits essentiels
« Je suis très en colère contre l’industrie pharmaceutique… dans l’impossiblité de délivrer une ordonnance à cause de la pratique des quotas ou produits contingentés… Ce n’est pas un problème de rupture de stock chez le fabriant qui préfère exporter »143

"Qu'elles soient liées à des pénuries temporaires ou à la décision des laboratoires de cesser la fabrication, les ruptures de stocks des médicaments d'anesthésie-réanimation sont récurrentes depuis plusieurs années et le phénomène s'intensifie. Si aucune solution n'est trouvée, le risque existe que l'on ne puisse plus réaliser d'anesthésie dans le cadre d'actes chirurgicaux ou de diagnostic. Les produits manquants sont souvent anciens, sûrs et peu coûteux et tombés dans le domaine public (génériques). Les laboratoires cessent la production en raison de leur faible rentabilité…

Dans bien des cas, il n'y a pas de produits de remplacement permettant d'assurer la même qualité de soins ou au même prix. Pour d'autres, c'est un problème d'approvisionnement en matière première »144

* pensons aux insulines non synthétiques beaucoup moins couteuses, au probénécide, à la tétracycline, à la réserpine (qui, à petite dose, pourrait servir d’antihypertenseur dans les pays pauvres), au chlorthalidone (pour les allergiques à l’hydro-chloro-thiazide), à l’acide tranexamique145 (Cyklokapron™ - contre les saignements en traumatologie et aux urgences) …
* l’abandon de vieux produits utiles et peu dispendieux est de plus en plus déguisé en pénurie de médicaments attribuée à des difficultés de fabrication

 

DRUG SIGNATURE DISEASES Pharmacovigilance - Imputation
Voir SEMIOLOGICAL CRITERIA

 

DRUG STATUS Réglementation - Pharmacie
statut de médicament

 

DRUG TAINTED NATURAL PRODUCT Qualité du produit
produit naturel dopé par un médicament

 

DRUG THERAPY
pharmacotherapy
« Ever since I am in long-term pharmacotherapy, I feel labeled as a sick person »
pharmacothérapie
* Être en pharmacothérapie c’est être médicalisé et médicamenté, parfois à bon escient, parfois non. Prendre huit médicaments différents chaque jour, c’est être médicalisé et médicamenté huit fois par jour…

 

DRUG TREATMENT Pharmacothérapie
traitement médicamenteux

 

DRUG UNDER SURVEILLANCE Pharmacovigilance
médicament sous surveillance / en surveillance renforcée
* par un programme national de pharmacovigilance

 

DRUG UTILISATION REVIEW; DUR
drug utilisation study / evaluation
révision d’utilisation de médicaments; RUM

 

DRUG WITHDRAWALS AND SPONTANEOUS REPORTING Pharmacoépidémiologie
« Spontaneous reporting remained the most important source of drug withdrawals for safety reasons between 2005 and 2011 (FR). However, its relative importance decreased in comparison with that in 1997-2004. The importance of pharmacoepidemiological methods slightly increased but remained low. Finally, regulatory authorities seem to have more frequently based their safety decisions on multiple sources of evidence than before »146
retraits du marché et notification spontanée
* la notification spontanées des EIM demeure la source la plus importante de l’information scientifique menant aux retraits du marché pour motif de pharmacovigilance, en France comme ailleurs, mais les approches pharmaco-épidémiologiques commencent à être utilisées de novo (le Vioxx™ par exemple) ou pour confirmer le signalement spontané

 

DRUG-CONDITION INTERACTION Pharmacocinétique - EIM
interaction médicament-maladie

 

DRUG-DRUG INTERACTION Pharmacie - Pharmacocinétique
interaction médicamenteuse
* Elle est parfois pharmacodynamique (potentialiation, inhibition de l’effet), souvent pharmacocinétique (absorption, métabolisme, élimination…)

 

DRUG-INDUCED DEMENTIA: A PERFECT CRIME – Livre – EIM paradoxaux
Grace E Jackson. eBook; 2009 – 464 pages

« 
A timely resource which reveals why and how medical treatments themselves - specifically, psychopharmaceuticals - are a substantial cause of brain degeneration and premature death. A first-of-its-kind resource for patients and clinicians, the book integrates research findings from epidemiology (observational studies of patients in the ‘real world’), basic biology (animal experiments), and clinical science (neuroimaging and autopsy studies) in order to demonstrate the dementing and deadly effects of psychiatric drugs. Highlighted by more than 100 neuro-images, slides of tissue specimens, and illustrations, the book uniquely describes:

a) the societal roots of the problem (target organ toxicity, regulatory incompetence, and performativity)
b) the subtypes and essential causes of dementia
c) the patterns, prevalence, and causes of dementia associated with antidepressants, antipsychotics, anxiolytics, mood stabilizers, and stimulants and
d) the actions and reforms which patients, providers, and policy »
147
La démence médicamenteuse : Un crime parfait (Traduction libre du titre du livre)

 

DRUG-INDUCED SYNDROME RECENTLY DESCRIBED Pharmacovigilance
syndrome médicamenteux de description récente

 

DRUG-NAIVE PARTICIPANT Essais - Méthodologie
treatment-naive participant
participant vierge de médicaments / de tout traitement
= sans antécédent médicamenteux, ou n'ayant jamais pris un certain médicament ou une certaine catégorie de médicaments dans le cadre d’une affection donnée. Ces personnes sont prisées par les recruteurs de participants aux essais cliniques

 

DRUGECTOMY
* Voir aussi DEPRESCRIPTION
déprescription
= cessation d’une médication jugée inutile ou nuisible; action de supprimer un traitement inutile, inapproprié ou dangereux148
* se dit d’une extirpation bénéfique, d’une désescalade thérapeutique

 

DRUGS IN THE PIPELINE Mise au point
TN : By analogy with oil reserves transported by pipeline
« Pipelines without true innovations plague Big Pharma since the mid eighties »
molécules / entités en portefeuille
molécules en réserve / en cours d’étude; molécules dans le pipeline emprunt
= substances prometteuses prêtes à être mises au point selon les stratégies du marketing
« Des portefeuilles sans vraies innovations thérapeutiques affligent les grosses firmes depuis les années mi-quatre-vingt »

 

DRUGS KILL MORE THAN CARS (USA) Toxicovigilance
« In terms of the big picture, the fact that prescription drugs have overtaken automobiles as the nation’s leading cause of accidental deaths marks a deeper societal transformation. One of the most defining developments in twentieth-century America was motorization; as more people bought more cars and drove more miles, more accidents, injuries and deaths were the inevitable result until government intervention bent the curve. The 21st century is shaping up to be about, among other things, the pharmaceuticalization of America, as lifelong prescription drug use starting in early childhood becomes the norm »149
les médicaments tuent davantage que les voitures (ÉU)

 

DUALITY OF INTEREST DISCLOSURE Transparence
duality of COI disclosure
déclaration de conflits d’intérêts
* cette pratique, recommandée par les bioéthiciens, peut avoir comme effet pervers de donner bonne conscience, de servir de caution morale aux auteurs et conférenciers qui continuent à s’exprimer au sujet de produits des entreprises qui les subventionnent

 

DUMBING DOWN OF SCIENCE REPORTING Journalisme
abêtissement du reportage scientifique

 

DUPLICATE ADR REPORT Pharmacovigilance
* Occurs when two reports – submitted by the same or different reporters – are about the same case – same day, same patient, same drug, same event - without being recognized as such, and are counted as two different ADR case reports
doublon de pharmacovigilance

 

DUTCH INSTITUTE FOR RATIONAL USE OF MEDICINE (NL) Agence
Institut néerlandais pour l’usage rationnel des médicaments (Traduction libre du nom de l’institution)

 

DUTY OF DISCLOSURE Bio-éthique
duty to warn
« Breach of the duty to warn » - « Breach of the duty of disclosure »

obligation de mise en garde / d’information / de renseignement / de divulgation
“Manquement à l’obligation de mise en garde” - “Manquement à l’obligation de renseignement”
« Même quand un effet indésirable grave est rare, voire très rare, il est important d’informer sérieusement les patients d’un tel risque »
150

 

 

Loading

Avertissement

Le contenu de cet ouvrage n’est en aucun cas destiné à servir de recommandation ou de guide de pratique clinique.

Index alphabétique


Notes

 


1     INESSS (QC), décembre 2011 – inesss.qc.ca

 


2     INESSS (QC), décembre 2011 – inesss.qc.ca

 


3     ISMP 12.1.2012, site     http://www.ismp.org/QuarterWatch/pdfs/2011Q1.pdf

 


4     INESSS (QC), décembre 2011 – inesss.qc.ca

 


5     Arndt von Hippel

 


6     Iona Heath. CMAJ     2011, 183(7): 776 and     Davey Smith GD &     Phillips AN. BMJ     1992;305:757

 


7     Sakaeda T et al. PLoS     ONE 2011 ;     6(12): e28124 – Site     http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0028124

 


8     Fred A Baughman.     http://www.prnewswire.com/news-releases/hundreds-of-soldiers--vets-dying-from-antipsychotic--seroquel-133366423.html

 


9     http://www.tribuneindia.com/2011/20110808/main1.htm

 


10     www.allysonpollock.co.uk,     2012

 


11     http://www.democracynow.org/2011/10/31/deadly_monopolies_medical_ethicist_harriet_washington

 


12     Ray Strand. Death by     Prescrxiption.     Nashville TN : Nelson ; 2003

 


13     Peggy Kleinplatz (Ottawa)

 


14     Marc-André Gagnon. Site     http://www.protegez-vous.ca/sante-et-alimentation/mourir-sur-ordonnance.html,     Août 2011

 


15     Marc Girard. http://www.rolandsimion.org/spip.php?article131

 


16     P Biron citant Marc Girard sur     http://www.centpapiers.com/medicaments-dangereux-a-qui-la-faute/67105

 


17     Congressional Office of     Technology Assessment, 1994, site     http://www.theunnecesarean.com/blog/2011/1/10/defending-ourselves-against-defensive-medicine.html

 


18     Thomas Kleemann et al. Circulation     2007 ;115 : 2474

 


19     Brigitte Côté, 1995, dans Pharmaterm,     site http://www.groupetraduction.ca/documents/Vol6no31995.pdf     - Office québécois de la langue française (Oqlf)

 


20     Barlett & Steel, Deadly     Medicine. Vanity     Fair January 2011,     http://www.vanityfair.com/politics/features/2011/01/deadly-medicine-201101

 


21     Andrew Jack .Traduit du Financial     Times     (RU), dans Courrier     International,     numéro spécial santé

 


22     http://www.fda.gov/NewsEvents/Testimony/ucm293842.htm

 


23     http://www.fda.gov/NewsEvents/Testimony/ucm293842.htm

 


24     http://www.alternet.org/drugs/153713/do_you_know_where_your_medicine_came_from_over_40_of_pills_made_overseas_--_many_in_unregulated_factories/

 


25     Marc Girard 2011, sur     http://www.rolandsimion.org/spip.php?article205

 


26     Barlett & Steele. Deadly     Medicine. Vanity     Fair January 2011,     http://www.vanityfair.com/politics/features/2011/01/deadly-medicine-201101

 


27     Ray Strand. Opus cité

 


28     http://www.medecine-des-arts.com/+-Deprescrire-+.html?lang=en

 


29     Christophe Kopp, communication

 


30     Montastruc JL. BIP31.fr     2012, 19, (1) - Site     www.bip31.fr     

 


31     Irving Kirsh. The     Emperor’s New Drugs : Exploding the Antidepressant Myth,     Bodley Head ; 2009 / Basic Books 2010 – 226 pages (Review)

 


32     Allen     Shaughnessy.     BMJ     2007;334:480

 


33     Anna Meijer et al. 2011. PLoS     ONE 6(11): e27181     http://www.plosone.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pone.0027181

 


34     Denis Méthot citant Brett Thombs. 15.11.2011     Profession Santé

 


35     Prescrire     2006 ;26(270) :185

 


36     Andre Pascal Kengne. 20th World Diabetes Congress; October 20, 2009;     Montreal

 


37     Prescrire     2007;27(280) :133 Prévention du diabète : toujours pas     de médicament

 


38     Woolf SH. JAMA     2007 ; 297(5) : 523

 


39     Prescrire     2011 ;31(335) :689

 


40     http://www.phac-aspc.gc.ca/cd-mc/publications/diabetes-diabete/facts-figures-faits-chiffres-2011/pdf/facts-figures-faits-chiffres-eng.pdf

 


41     Ted Schrecker. Site     http://www.chnet-works.ca/index.php?option=com_easyblog&view=entry&id=14&Ite

 


42     Taylor & Francis     http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/09581596.2011.607797,     quoting Dennis Raphael et al. Critical     Public Health 2011

 


43     Allison B Goldfine. NEJM 2012 sur     http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMp1203020?query=TOC

 


44     Rajpathak SN et al.     Diabetes Care     2009; 32: 1924

 


45     http://www.peoplespharmacy.com/2010/03/01/listen-to-patients-when-it-comes-to-statin-side-effects/

 


46     Edward Shorter.     Quoted by Peter Tyrer, Lancet     2009;373 :1513

 


47     Allen J Frances.     http://www.psychologytoday.com/blog/dsm5-in-distress

 


48     New     Scientist Dec.     18, 2009,     http://www.newscientist.com/article/mg20427382.400-times-up-for-psychiatrys

 


49     Allen Frances, 19.02.2012 -     http://www.huffingtonpost.com/allen-frances/dsm-v_b_1199182.html

 


50     Edward Shorter.     Quoted by Peter Tyrer, Lancet     2009;373 :1513

 


51     http://breggin.com/index.php?option=com_content&task=view&id=296&Itemid=129

 


52     L’Actualité     Médicale (QC)     7.10.2011

 


53     Paul Bonistee. Can     Fam Physician     2009;55:979, on http://www.cfp.ca/cgi/content/full/55/10/979

 


54     Prescrire     2012 ; 32(343) : 327

 


55     http://www.gao.gov/new.items/d09250.pdf

 


56     Marc Girard, cité sur     http://www.centpapiers.com/medicaments-dangereux-a-qui-la-faute/67105

 


57     David Rosen 2011. Alternet.org,     

 


58     David Healy. Mania,     p. 163

 


59     Tim     Ree.     http://www.bmj.com/cgi/eletters/335/7619/526,     pour Health Action International

 


60     Dan Mayer.     NEJM     2006;355(19) :2045

 


61     Marc-André Gagnon, communication 2009

 


62     Alan Cassels.     Communication 2009

 


63     Morton S Rapp. http://www.cmaj.ca/cgi/reprint/156/7/982.pdf,     April 1, 1997

 


64     Matthew Perrone. Forbes.com, 11.11.2009

 


65     Barbara Mintzes. Annual Review of Public Health 2012 ;     33 : 259 – Site     http://www.annualreviews.org/eprint/QfsqAkE5Ksy78gBBCGdY/full/10.1146/annurev-publhealth-031811-124540

 


66     Alain Braillon. Arch     Intern Med 2012 ;     172 (3) : 294 - http://braillon.net/alain/dca.pdf

 


67     Prescrire     2007; 27(280) :147 

 


68     Prescrire     2011; 31(335): 693, citant Perehudoff 2011, HAI Europe, Amsterdam

 


69     Dominique     Dupaigne.     http://www.atoute.org/n/article121.html

 


70     André Senikas. Président de l’AMQ, L’Actualité     médicale     19.11.2003, page 51

 


71     Conseil du médicament du Québec.     http://healthcoalition.ca/qc-dtca.pdf

 


72     Marc Zaffran. Selon interview pour L’Actualité     médicale (Montréal)     12.5.2009

 


73     Association     Mieux Prescrire/Collectif Europe et Médicament

 


74     Louise     Authier. La     Presse     9.4.2010

 


75     Lasser. JAMA     2002; 287 : 2215

 


76     FDA, 2012

 


77     Richard Horton, Lancet     2004;364; 1995-6

 


78     Claude Richard, Éthique     publique

 


79     http://www.groupetraduction.ca/documents/Vol14no42003.pdf

 


80     http://www.groupetraduction.ca/documents/Vol14no42003.pdf

 


81     Quoted by Adriane Fugh-Berman / PharmedOut, from     http://www.pmlive.com/find_an_article/allarticles/categories/General/2011/may     _2011/features/creating_effective_campaigns

 


82     Charles Medawar     BMJ     2008;336:787

 


83     Thomas Kuehlein et coll. Basel CH: European Wonca Congress; 2009

 


84     Ray Moynihan quoting Allen Frances

 


85     Trudy Dehue. The     depression epidemic     – Professor of the History of Science, Groningen University,     Netherlands

 


86     http://fairwhistleblower.ca/olivieri-honoured

 


87     Federal Accountability     Initiative for Reform (FAIR), 2012

 


88     Matt Richtel. Site     http://www.nytimes.com/2011/12/15/health/as-doctors-use-more-devices-potential-for-distraction-grows.html?_r=1

 


89     http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/15232844

 


90     Corvol P, Postel-Vinay N Le retour du     Dr Knock, essai sur le risque cardio-vasculaire,     Paris, Odile-Jacob, 2000, 304 pages

 


91     Martin Winckler. Postface. Les     inventeurs de maladies.     Jörg Blech. Paris : Actes Sud, 2005 - page 257

 


92     Jean Peneff, interview

 


93     Keith Dawes. BMJ     2007; 334: 208

 


94     Jean Peneff, interview

 


95     Charles J Wright, op. cit.

 


96     Selon l’article L. 5111-1 du Code de la Santé Publique (FR)

 


97     FJ Ingelfinger. NEJM     1972;286(24) :1318-9

 


98     Arndt von Hippel

 


99     Association     Mieux Prescrire/Collectif Europe et Médicament

 


100     Didier     Clément.     Prescrire     2010;30(315):72 – L’auteur est omnipraticien

 


101     Marc André Gagnon. Présentation au CHUS 27.3.2009 (Sherbrooke, QC)

 


102     Prescrire     2006; 26(269): 81

 


103     John Abraham. BMJ     2005;331:528

 


104     John GF Cleland.     Lancet 2007;370:1103     – Cleland is a British cardiologist

 


105     John Abraham. BMJ     2005;331:528

 


106     Graham Dukes. Lancet     2002;360 :1682

 


107     Prescrire.     2010;30(316) :86

 


108     Bernard Bégaud. Cité par Éric Favereau 3.1.2005 pour Libération

 


109     La     revue Prescrire     2009;29(309) :536

 


110     La revue     Prescrire     2009;29(309) :534

 


111     Yves     Lajoie et Othmar Keel 

 


112     Prescrire     2009;29(311) :657

 


113     Elena Pasca.     pharmacritique.20minutes-blogs.fr, 28.6.2009

 


114     Association     Mieux Prescrire/Collectif Europe et Médicament

 


115     Jim Edwards.     BNET Pharma User Analysis, 12.3.2010

 


116     Government     Accountability Office (GAO) Report,     2009

 


117     Margaret Hamburg. Commissaire de la FDA depuis 2009 -     http://content.nejm.org/cgi/content/full/NEJMp0903764?query=TOC

 


118     Sylvio Garattini.     BMJ     2009;338:804 et 338:b1025

 


119     Ray Strand. Death by     Prescription     Nashville: Nelson; 2003

 


120     Carl Elliott. Cited in Overtreated     by Shannon Brownlee, page 218

 


121     David Graham. Cited in Overtreated     by Shannon Brownlee, page 211

 


122     Donald Light, communication 2012

 


123     David Carmichael, 2012

 


124     Lisa Girion et al. Los     Angeles Times     17.9.2011

 


125     Pharmaterm. http://www.groupetraduction.ca/documents/Vol6no31995.pdf

 


126     Garfinkel D & Mangin     D, Arch Int Med     2010;170(18):1648-1654 Feasibility     Study of a Systematic Approach for Discontinuation of Multiple     Medications in Older Adults

 


127     Ray Moynihan. BMJ     2011; 343: d5184

 


128     Pierre Biron.     http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/08/23/la-pharmaco-prevention-dans-les-unites-de-soins-de-longue-du.html

 


129     Arndt von Hippel

 


130     John Dowden. ISDB     Newsletter     2003;17(1):10

 


131     Prescrire 2006;26(278) :855

 


132     Prescrire     2008 ;28(302) :916

 


133     Prescrire     2011 ; 31(333) : 491

 


134     Haute Autorité de Santé (FR)

 


135     John Abraham. BMJ     2005;331 :528

 


136     H-CUP, AHRQ, Statistical Brief #109, April 2011, sur     http://www.hcup-us.ahrq.gov/reports/statbriefs/sb109.pdf

 


137     Site     http://www.alternet.org/story/153576/the_10_most_dangerous_meds_driving_america%27s_pill_crisis/?page=3

 


138     Jean Peneff, interview, site     http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/02/01/entrevue-virtuelle-avec-jean-peneff-la-france-malade-de-ses.html

 


139     Ralph Edwards. www.who-umc.org,     Uppsala Reports     #35, 2006 – The author was head the WHO global pharmacovigilance     program

 


140     General Accounting     Office.     GAO Report on FDA to Congress, July 2009

 


141     Arndt von Hippel

 


142     Duffin J. CMAJ     2012 ; 184(8) : 1000

 


143     Bernadette Chambon. Prescrire     2012 ; 32(345) : 554

 


144     Société Française d'Anesthésie-Réanimation (SFAR), 2011

 

 


146     Paludetto     MN, Olivier-Abbal     P, Montastruc     JL. Pharmacoepidemiol     Drug Saf 2012 Sept. 7

 


147     http://www.amazon.com/Drug-Induced-Dementia-MD-Grace-Jackson/dp/1438972318

 


148     Site http://www.medecine-des-arts.com/+-Deprescrire-+.html?lang=en

 


149     http://www.thefix.com/content/america’s-newest-top-killer9999?page=all

 


150     Prescrire     2012 ; 32(343) : 321

 


i