• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'hypothèse Dieu

         Un nouveau site consacré au dialogue entre croyants et non-croyants a été créé. Son titre « L’hypothèse Dieu » annonce-t-il un vira...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

      • L’îlot Louis Valcke

        Sur les traces de Louis Valcke (1930-2012), professeur, philosophe, essayiste, cycliste, navigateur et pèlerin. Spécialiste mondial de l’œuvre de Pic de la Mirandole.

  • Édition

B

BACK ORDERED PRODUCT Pharmacie
produit en rupture de stock

 

BACK SCRATCHING Courtisanerie
“The cosy back-scratching link between drug firms and doctors must be broken1
retour d’ascenseur

 

BACK-ORDERED PRODUCT Pharmacie
produit en rupture de stock

 

BACKGROUND INCIDENCE Épidémiologie - Statistique
baseline incidence / risk
incidence de référence; risque de référence

 

BACKGROUND NOISE Méthodologie
bruit de fond
= incidence élevée d’un évènement indésirable dans une population donnée
* quand le risque de base d’un critère d’évaluation est déjà élevé dans une population étudiée, il est plus difficile d’attribuer un lien de causalité à un facteur de risque ou à un traitement que l’on soupçonne d’être un déterminant. C’est ainsi que pour attribuer des infarctus au Vioxx™ (rofecoxib) il fallu recourir aux études structurées et non à la seule notification spontanée, la coronaropathie étant relativement fréquente dans la population des arthritiques consommateurs d’anti-inflammatoires non stéroïdiens (AINS)

 

BAITING AND SWITCHING Promotion – Donations d’utilité douteuse – Agenda caché
« A national prevention programme for cervical cancer in Rwanda is made possible through donations by Merck and Qiagen, the manufacturers of a human papillomavirus (HPV) vaccine and an HPV screening test, respectively (the bait). After the first 3 years, the country would have to bear the costs (the switch). These costs are kept a secret. It would be a tragedy if funds were shifted from proven, cost-effective vaccines and the strengthening of health systems to new but costly vaccines of unknown effectiveness »2
leurres et reports
* dans les hôpitaux on donne des échantillons gratuits avant l’AMM, c’est le leurre, puis c’est le report des prescriptions vers la version payante prescrite après l’AMM, tant à l’hôpital qu’en ambulatoire / en ville (FR)
* en pays sous-développés on distribue un vaccin donné par le fabricant aux autorités de santé, c’est le
leurre, puis c’est le report des achats de la version payante d’un vaccin qui souvent n’entre pas dans la priorité de la santé publique de ces pays

 

BALANCE OF BENEFITS AND HARMS Évaluation
balance des bienfaits et torts /
bénéfices et risques

 

BARE STENT Matériovigilance
bare metal stent
Voir aussi DRUG ELUTING STENT

stent (en métal) nu; endoprothèse (métallique) nue
N.d.T. : Divers équivalents français de stent ont été proposés pour désigner un dispositif servant à supporter une structure tubulaire, par exemple une artère : endoprothèse (bien qu’il s’agisse plus exactement d’une endorthèse), tuteur, extenseur. Endoprothèse est le terme qui s’est le plus imposé. Mais l’emprunt du mot stent lui-même demeure courant, d’autant plus sans doute qu’il s’agit à l’origine d’un éponyme ayant perdu sa majuscule initiale…

Le Dr Charles Stent, chirurgien-dentiste anglais du XIXe siècle, est l’inventeur d’un composé qui a d’abord servi en dentisterie, puis en chirurgie plastique pour aider au maintien des greffes cutanées. Des
stents ont ensuite été utilisés en chirurgie comme supports à divers types de structures tubulaires, avant leur emploi moderne en radiologie interventionnelle3

 

BASELINE OUTCOME RISK Pronostic naturel - Épidémiologie
= individual’s risk of bad outcomes in the absence of treatment
risque de base; fréquence naturelle; pronostic sans traitement
* on utilise souvent le risque d’un groupe témoin dans un essai clinique contrôlé parce que les données sont facilement disponibles, mais elles sont biaisées par les conditions expérimentales et les critères de sélection

 

BASELINE RISK Statistique
Voir REFERENCE RISK

 

BASIC CLINICAL RESEARCH Épistémologie
recherche clinique fondamentale
= à visée explicative, par opposition à visée pragmatique

 

BASIC RESEARCH Savoir
fundamental / explanatory research
Voir aussi BENCH RESEARCH
recherche fondamentale / explicative
* en médecine elle vise à expliquer les mécanismes et trouver les causes des maladies, avant de passer aux études pragmatiques qui sous-tendront les décisions cliniques

 

BAYH-DOLE ACT (USA) Règlementation
Voir aussi PRIVATIZATION OF ACADEMIA
«
The decline in unbiased research began with the Bayh-Dole Act, which opened up the academic and scientific community to money-making, at the origin of a generalized and pervasive degradation of research integrity »4
loi Bayh-Dole (ÉU)
« Le déclin de la recherche impartiale débuta avec la loi Bayh-Dole qui ouvrit à la communauté universitaire et scientifique la porte de la profitabilité, ce qui est à l’origine d’une dégradation généralisée et pernicieuse de l’intégrité scientifique »

 

BEDTIME DOSING Posologie
prise au coucher

 

BEFORE-AND-AFTER STUDY DESIGN Méthodologie
plan d’étude avant et après

 

BEHIND THE PHARMACEUTICAL SCENE Marketing – Démarchage
dans les coulisses des firmes
« Derrière la scène, il y a les coulisses, parfois si sombres, qu’il est difficile d’y croire. Si difficile…que ceux qui en parlent n’ont que peu de chances d’être publiés, crus et sont vite taxés d’excès et de sensationnalisme, même preuves en mains5 »

 

BEHIND-THE-COUNTER DRUG Statut pharmaceutique
médicament de conseil officinal / conseil pharmacie
* par opposition à over the counter (en libre accès, en automédication). Ordonnance médicale non requise, mais on doit les demander au pharmacien, qui pourra dispenser des conseils

 

BENCH RESEARCH Savoir
Voir aussi BASIC RESEARCH
preclinical / basic / fundamental / laboratory research
“From bench to bedside“

recherche en laboratoire / fondamentale
* préclinique / en laboratoire, par opposition à recherche clinique
“Du laboratoire au lit du malade“

 

BENEFIT-RISK BALANCE Évaluation
“An unclear benefit-risk balance“
balance bénéfice-risque / bénéfices-risques
« Une balance bénéfices-risques incertaine »
* On distingue celle observée au cours des essais cliniques, la balance
théorique, expérimentale, artificielle, et la balance appliquée, celle qui est observée sur le terrain, en pratique (aux deux sens du terme),
* On distingue aussi celle dans le cadre d’une indication approuvée (
labeled) et celle résultant d’une utilisation dans d’autres situations cliniques hors-AMM (off-label)

* Cette balance est évolutive, au fil des nouvelles données ou analyses disponibles. C’est le rôle de la formation médicale continue de réévaluer le dossier d’évaluation clinique des médicaments et de revoir la place qu’ils doivent occuper dans la stratégie thérapeutique (genre : éviter à tout prix, dernier recours, 2
e ligne, premier choix, contre-indications, surveillance, nouvelle posologie, etc.)

 

BENEFIT-RISK RATIO Statistique - Mesure d’effectivité
benefit-risk margin
= rate of main favorable outcome over rate of main adverse effect
« 
Rotavirus vaccination could cause about 50 additional intussusception cases [the adverse reaction] in the USA each year while preventing more than 50 000 hospitalizations [the beneficial effect] each year from rotavirus disease6 », for a benefit-risk ratio of 1000 / 1
balance /
marge bénéfices-risques
= taux de l’effet bénéfique principal divisé par le taux du principal effet indésirable
* La vaccination contre le rotavirus pourrait causer environ 50 cas additionnels d’intussusception [occlusion intestinale] par année aux ÉU tout en prévenant plus de 50 000 hospitalisations [pour complications respiratoires], menant à une balance bénéfice-risque de 1000 / 1

 

BEST SELLING PRODUCTS Commerce – Pharmacoéconomie
Voir aussi TOP TEN PRODUCTS
produits les plus vendus; meilleurs vendeurs
« Les classes ou produits les mieux vendus témoignent des ordonnances médicalement irraisonnables et économiquement irresponsables
7 »

 

BEWARE TAMIFLU ! Titre d’article – Grippe - Pharmacovigilance
* Title of an article by Helen Epstein in the
New York Review of Books8
Attention au Tamiflu !

 

BIAS Statistique
biais
= source d’erreur systématique dans une analyse statistique. Ces sources sont nombreuses dans un essai clinique, et davantage dans une enquête observationnelle

 

BIASED EVIDENCE Savoir
«The monopoly that the drug industry has, in evaluating its own products, and the secrecy surrounding this process, leads to biased evidence that is currently only rarely questioned by independent studies9 »
données trompeuses

 

BIG FOOD Agro-alimentaire
= multinational food and beverage companies with huge and concentrated market power10
les mondiales de l’alimentation
* le pendant de Big Pharma

 

BIG PHARMA Mondialisation
pharmaceutical majors; major drug fims; major multinational pharmaceutical manufacturers

“As a result of the [American Civil] War, corporations have been enthroned and an era of corruption in high places will follow”, was somewhat of a prophecy back in 186411 from the most famous president of the USA
“The driving force of capital accumulation are to be found in organizations (firms) that amassed such social and political power that they can circumvent the market imperative12
mondiales du médicament
grandes firmes / sociétés pharmaceutiques; méga entreprises du médicament; grands laboratoires / grands groupes pharmaceutiques; pharmaceutiques transnationales; grande industrie pharmaceutique; multinationales de la pharmacie; Big Pharma emprunt; groupes pharmaceutiques mondiaux

= quelques analystes incluent les entreprises occupant le premier tiers des chiffres d’affaires, d’autres n’incluent que les 7 à 12 plus importantes
* Les 10 plus importantes en 2010 étaient dans l’ordre : Pfizer, Novartis, Merck, Sanofi-Aventis, AstraZeneca, GlaxoSmithKline, Roche, Johnson & Johnson, Abbott et Lilly
« 
Une douzaine de groupes géants, dont les sept principaux qu’on surnomme Big Pharma, contrôlent la moitié de ce marché. Leurs bénéfices sont supérieurs à ceux réalisés par les puissantes firmes du complexe militaro-industriel »13

« Les pharmas cherchent à :
a)
manipuler voire falsifier les études scientifiques pour dissimuler les effets négatifs des médicaments,
b)
contrôler les agences de réglementation et les autorités sanitaires grâce à des experts devenus véritables employés des firmes
c)
influencer les médecins prescripteurs grâce à leur naïveté et à leur incapacité à faire face aux conflits d’intérêts

d)
financer et contrôler la quasi totalité de leur formation
e)
façonner de nouvelles maladies pour créer et développer le marché
f)
influencer tous les niveaux du circuit du médicament pour vendre, vendre encore et toujours plus, au risque de la santé des populations14"

« 
Le pouvoir et les stratégies des pharmas leur permettent souvent d'orienter les décisions en faveur de leurs intérêts et au détriment des vrais objectifs poursuivis par le gouvernement, les gestionnaires, les cliniciens et même la population. Pour contrer ces dysfonctions, la société doit se donner de nouveaux arrangements de décision et d'application des décisions. Dans un système de santé, la décision la plus importante par rapport à un médicament est la réponse à la question suivante : quand l'utiliser »15

 

BIG PHARMA PROTESTERS Critiques pharmaceutiques
* they are not against medicines, it would be unreasonable and irrealistic; they protest against a system of development, promotion and prices they judge distorded. Big Pharma has bribed politicians who simply pander to their every whim and key opinion leaders who relay their promotional messages
protestataires contre l’industrie du médicament
* ils ne sont pas contre les médicaments, ce serait irraisonnable et irréaliste; ils en sont contre un système de mise au point, de promotion et de fixation des prix qu’ils jugent dénaturées. Les grandes firmes ont acheté les politiciens qui ne font qu’exécuter leurs quatre volontés, et les leaders d’opinion qui retransmettent leurs messages promotionnels

 

BIG PHARMA VERSUS THE NATION STATE AND THE PEOPLE Mondialisation
les pharmaceutiques transnationales contre la nation-État et le peuple
« Les corporations mondiales sont des cercles qui se resserrent autour de la nation-État, y compris les États-Unis. Elles n’ont aucun respect pour aucun processus, ni pour le Congrès, ni pour la volonté des peuples »16
* Si on rajoute les mondiales de la finance, de l’énergie, de l’agroalimentaire, de l’armement, on vient de décrire les resonsables de la Troisième Guerre mondiale, froide mais combien efficace

 

BIG PHARMA’S INFLUENCE Lobbying - Promotion
“The medical profession has been inundated with profound influence from the pharmaceutical and medical device industries. This has occurred because physicians have allowed it to happen, and it is time to stop17
« Over the last few eyars, one scandal after another has shown how drug company marketing can distort prescribing patterns »18

“The corporate giants popularly known as Big Pharma spend annually, worldwide, some 25 MM$ on marketing, and they employ more Washington lobbyists than there are legislators. Their power, in relation to all of the forces that might oppose their will, is so disproportionately huge that they can dictate how they are to be (lightly) regulated, shape much of the medical research agenda, spin the findings in their favor, conceal incriminating data, co-opt their potential critics, and insidiously colonize both our doctors' minds and our own19

* Big Pharma is an informant, a political player and a medicines provider, but is accountable to whom ? The shareholders…
The influence of the pharmaceutical industry is enormous and out of control… Big pharma’s tentacles… reaching patients, health departments, regulators, managers, researchers and medical charities… academics, the media, carers, school children and politicians… The excessive influence of industry will not be curbed unless and until all those involved with drug companies take a stand and question their own relations with them

Patients’ welfare will continue to be vulnerable while health policies and practice are dominated by the will of big pharma”20
Pharma, one of the most powerful lobbies in Washington, will exert its influence, again at the expense of average, low income Americans who will have to choose between medication and eating"21
“The penetration of the drug industry into health care has resulted in a complex network of interests and collusion that affects the whole sector22

“Today the industry has got a very bad name. That is very unfortunate for an industry that we should look up to and believe in, and that we should be supporting. I think there have to be some big changes. Issues of secrecy, transparency and public accountability in the drug regulatory system pervaded almost every aspect of the House of Commons Health Committee, 2005 inquiry ”, Sir Richard Sykes says on the influence of the pharmaceutical industry on the UK drug agency23

« Pharmaceutical companies continue to use the large amounts of money they have at their disposal. In Europe, for example, companies are lobbying to increase opportunities for direct access to patients, and patent bundling and deals with manufacturers of generic medications continue to keep cheaper medications off the market for too long [evergreening]. Healthy Skepticism regrets the fact that the majority of countries have not banned symptom-related advertising, as this means too many people continue to be talked into purchasing medications for relatively harmless disorders or newly invented conditions [disease mongering] »24

« Now primarily a marketing machine to sell drugs of dubious benefit, this industry uses its wealth and power to co-opt every institution that might stand in its way, including the US Congress, the FDA, academic medical centers, and the medical profession itself. (Most of its marketing efforts are focused on influencing doctors, since they must write the prescriptions) »25
l’influence des mondiales du médicament
« L'ampleur que prend l'industrie pharmaceutique dans l'économie générale des systèmes de santé, dans la gouverne des États, dans la transformation des habitudes de vie et de la pratique médicale, bref à tant d'égards est un sujet fondamental »26

« Installée à tous les étages des défaillances de l’État, des instances qui décident des autorisations de mise sur le marché jusqu’aux cabinets des médecins et des ministres, l’industrie pharmaceutique semble avoir gagné la bataille d’influences. Très souvent, notre système de santé est pris au piège d’intérêts économiques qui n’ont plus grand-chose à voir avec la santé de tous
27»
« L’industrie pharmaceutique en est arrivée à
dominer le milieu médical ainsi que l’orientation de la recherche, de la règlementation, de la prescription, de l’accès et de l’utilisation des médicaments dans le monde entier »28

« Les critiques de la
pharmas-co-dépendance sont peu ou pas du tout répertoriées par les médias qui défendent d’autres intérêts. Il saute aux yeux que tous les gouvernements et partis politiques pourtant démocratiques sont à la table de l’industrie pharmaceutique. Comment pourrions nous défendre et protéger nos concitoyens? »29
« Deux acteurs du médicament sont gravement défaillants: les professionnels et les autorités de santé (règlementeurs et législateurs). L’industrie s’adapte à ces deux acteurs »
30, pense Graham Dukes, un des pères de la pharmacovigilance moderne

« 
Je pense que l’industrie s’adapte en surface, adapte sa communication et son marketing, invente des stratégies nouvelles pour faire passer la pilule, dorée en fonction des modes qu’elle contribue largement à créer… Mais elle ne changera jamais profondément. Ce qui ne veut pas dire qu’il faille baisser les bras, bien au contraire. La société doit insister et imposer des limites très strictes aux firmes, qu’elles le veuillent ou non! La décision ne doit pas leur appartenir... »31

 

BILLION DOLLAR DISEASE
Voir BLOCKBUSTER DISEASE

 

BIOAVAILABIITY Pharmacie - Pharmacocinétique
biodisponibilité

= étendue de l’absorption systémique d’une substance intacte32
*
plus précisément, fraction de la dose absorbée qui pénètre dans la ciculation générale, ainsi que sa vitesse.
* C’est un exemple de pharmacinétique quantifiée à visée règlementaire. Les génériqueurs qui veulent commercialiser la copie d’un produit original doivent en effet soumettre les résultats d’études de biodisponibilité faites sur volontaires sains ou, parfois, sur des malades volontaires quand le produit est trop dangereux

* Mesurée par sa concentration sanguine à plusieurs intervalles de temps après administration d’une dose chez des volontaires sains. On fait ces études lors de la phase I de la mise au point d’un produit expérimental chez l’homme - et lors de l’évaluation d’un produit générique - pour en établir la
bioéquivalence avec le produit princeps

 

BIOLOGICAL HEALTHISM Idéologie – Santéisme
* Voir aussi HEALTHISM
« Medicalizing with laboratory testing is the easy way out of really personalized medicine »

santéisme biologique
33
= idéologie selon laquelle le maintien de variables biologiques à l’intérieur de normes précises est un gage de bonne santé, et implicitement de l’absence de maladie grave prématurée, de la prolongation de l’espérance de vie et du maintien de sa qualité. On entre dans les normes, de plus en plus sévères, par des comportements hygiéniques, des dépistages, des médications préventives. Il peut s’agir de tension artérielle, lipidémie, glycémie, densité osseuse, antigène prostatique spécifique, mémoire, poids corporel, ou encore de normalités colonoscopique, échographique, tomodensitométrique, mammographique

« Médicaliser avec des examens paracliniques est la voie facile d’évitement d’une pratique vraiment personnalisée »
« Beaucoup de cliniciens, les plus jeunes notamment, se reposent presque exclusivement sur la technologie; or, la vraie médecine se fait encore avec les yeux, les oreilles, les mains. Il s’agit d’écouter, d’examiner, non de se reposer sur des tests et de rendre les gens malades avec les résultats »34 

 

BIOLOGICAL PRODUCT Pharmacie
therapeutic biological product; biological drug; biotherapeutic product
=
protein derived from living material (such as cells or tissues) used to treat or cure disease
produit / médicament / spécialité (FR) biologique ; biomédicament
= protéine ou macromolécule à visée thérapeutique produite par biotechnique, utilisant des cellules ou tissus vivants ou des parties
= substance qui est produite à partir d’une cellule ou d’un organisme vivant ou dérivée de ceux-ci. On peut citer par exemple, les vaccins, les facteurs de croissance ou les médicaments dérivés du sang
35
* Comprend la thérapie cellulaire (
cell therapy), la thérapie génique (gene therapy) et les organes ou tissus modifiés à des fins thérapeutiques

 

BIOLOGICAL PSYCHIATRY PratiqueConception de la maladie
= based on the explanation of mental disorders by brain biological disorders, and the use of psychoactive drugs that interfere with cerebral biology, ‘for better or for worse’, in particular with neurotransmission. The clinical encounter gives way to a standardized drug management session
“The medicalization of psychiatry has been a disaster36
“Why did psychiatry and psychopharmacology permit their undoubted science to become debased in the service of commerce?37

“The drugs that were designed to make patients more responsive to treatment became the treatment. Staff, patients, families, and communities had to learn the hard way that if the patient’s overall needs were not addressed – as is often the case when medication is the sole treatment – that in the long run, even the best of medication would be useless38

« Biologism has two cardinal manifestations. One is the claim that the mind is the brain, or the activity of the brain, so that one of the most powerful ways to advance our understanding of ourselves is to look at our brains in action, using the latest scanning devices. The other is the claim that Darwinism explains not only how the organism Homo sapiens came into being (as, of course, it does) but also what motivates people and shapes their day-to-day behavior »39
la psychiatrie biologique
= dont l’approche diagnostique et thérapeutique (psychopharmacologie) est basée sur l’hypothèse de désordres biologiques du cerveau et l’utilisation de produits psychoactifs qui interfèrent avec la biologie cérébrale, ‘pour le meilleur ou pour le pire’, notamment avec la neurotransmission. La véritable rencontre clinique cède le pas à une séance structurée de gestion de la médication

 

BIOMARKER Critère biologique
= biological marker used as risk factor, a target variable, an intermediate endpoint, a surrogate outcome…
« We have been too cavalier in accepting favourable changes in a
biomarker as a perfect proxy for patient benefit40»
« 
We’ve constructed our $2.5 trillion health care system [in USA] around the belief that we can find the underlying causes of illness, the invisible triggers of pain and disease. That’s why we herald the arrival of new biomarkers and get so excited by the latest imaging technologies. If only we knew more and could see further, the causes of our problems would reveal themselves. But what if they don’t ? »41
biomarqueur
= marqueur biologique utilisé comme facteur de risque, variable cible, critère intermédiaire, critère de substitution...
« Nous avons été trop cavaliers en acceptant qu’une amélioration du niveau d’un biomarqueur serve de substitut parfait à un service médical rendu »

 

BIOMATERIAL Biovigilance
biomatériel
= matériau destiné à être mis en contact avec les tissus biologiques

 

BIOMEDICAL INDUSTRY
* includes drugs, biologicals and devices
industrie biomédicale

 

BIOPHARMING Biotechnologie
pharming
NT : avoid
farming
= Experimental application of biotechnology in which genetic engineering is used to create plants that can produce pharmaceutical proteins and chemicals
agriculture pharmaco-moléculaire ; agro-pharmacologie transgénique
= Production de produits médicaux issus de végétaux génétiquement modifiés

 

BIOPROSPECTION OR BIOPIRACY? Brevets - Biopiratage
bioprospection ou biopiraterie?
N.d.T. :
bioprospection vient de Patrick Mooney en 1993, le fondateur du ECT Group, une ONG qui défend la biodiversité
= recherche de plantes médicinales du tiers monde en vue de les breveter puis de les exploiter commercialement au profit des pharmas et non des populations locales, parfois avec la complicité d’ONG ou d’universitaires qui servent de cheval de Troie

* Noter que
Conservation International est une ONG, dénoncée par Aziz Choudry de l’Université Concordia de Montréal, pour exploiter plutôt que protéger, aidant à pirater des plantes médicinales au profit de Monsanto, Bristol-Myers-Squibbs et autres, avec la collaboration de la NASA (photos par satellite) et de USAID, sans compter des dons de Texaco, Bank of America, Walmart et autres
« Nous allons [au tiers-monde] uniquement pour exploiter, piller, voler leurs ressources »
42

 

BIOSIMILAR NAMING AND LABELING Réglementation
nomenclature et étiquetage des biosimilaires; nomenclature et résumé des caractéristiques des biosimilaires

 

BIOSIMILAR Pharmacie
biogeneric; follow-on biologic

* A follow-on biologic, or biosimilar, is similar to the brand-name (innovator) product made by the pharmaceutical or biotechnology industry43
« A biological product is ‘biosimilar’ to a reference product if it is ‘highly similar’ to the reference product ‘notwithstanding minor differences in clinically inactive components’ and if there are no ‘clinically meaningful differences’ between the products in terms of the safety, purity, and potency »44 
biosimilaire
= version générique dite jumelle d’un médicament biologique innovant

* l’équivalence est plus difficile à obtenir qu’avec un produit non biologique car il s’agit de grosses molécules dont la fabrication est plus complexe que celle des médicaments chimiques facilement copiés. L’obtention d’une licence sera plus difficile et couteuse, la règlementation est en cours de préparation.
Cependant la FDA a obtenu un droit discrétionnaire en 2010 pour établir la ‘similarité’
« Les innombrables lobbies …lancent des campagnes mensongères sur ces remèdes bio-équivalents pour tenter d’effrayer les patients45»

 

BIOTECHNOLOGY Pharmacie
biotechnologie
= technique qui utilise des organismes vivants ou des parties, pour fabriquer ou modifier un produit pharmaceutique, pour améliorer le potentiel de plantes ou animaux, ou pour développer des micro-organismes à usage spécifique

 

BIOVIGILANCE Vigilance
biovigilance

= Surveillance et prévention des risques liés à l’utilisation d’éléments et produits issus du corps humain et utilisés à des fins thérapeutiques, principalement par le signalement des incidents et des effets indésirables soupçonnés d’être liés à des produits.
Cette activité de veille sanitaire repose principalement sur le signalement et la déclaration des incidents et des effets indésirables liés ou susceptibles d’être liés aux produits et activités relevant de la biovigilance46

 

BISPHOSPHONATE PROPER UTILISATION Pharmacoprévention
“No evidence shows that alendronate reduces actual fracture rates in patients with prostate cancer who receive androgen deprivation therapy47
« Every bisphosphonate has now been shown to reduce vertebral fragility fractures »48, detected by morphometric radiology
“The efficacy of oral bisphosphonates in reducing nonvertebral and hip fractures in high-risk elderly women (≥ 75 years) has not been demonstrated49
utilisation appropriée de diphosphonate

 

BISPHOSPHONATE USE AND ATYPICAL FRACTURES OF THE FEMORAL SHAFT - EIM
fractures atyiques du fémur sous diphosphonate
* Les auteurs50, bien que financés par l’industrie, concluent à l’existence d’un risque dont la valeur absolue est faible, ce qui toutefois est à mettre en balance avec la faible valeur absolue de fractures évitées. On ne peut plus nier que le niveau de preuve soit élevé; l’imputabilité est appuyée par :

a) une
augmentation relative du risque de 3 300% (rapport des cotes ou risque relatif approché de 33 x) chez les femmes exposées aux diphophonates, argument puissant en faveur d’un lien de causalité (imputabilité, en jargon de pharmacovigilance)
b) une durée de traitement qui augmente le risque relatif de 30% (suggérant une relation dose-effet)

Quant à la réduction relative du risque de 72% après
déchallenge (cessation), le phénomène doit être interprété prudemment car une réduction immédiate du risque après cessation ne peut être utilisée comme argument dans l’imputation puisque la demi-vie des diphosphonates se mesure en années… Des facteurs confondants peuvent ici être en jeu

« L’agence européenne du médicament (Ema) a conclu que l’apparition de fractures atypiques du fémur existe pour les patients traités par les médicaments contenant un diphosphonate (alendronate, clodronate, étidronate, ibandronate, pamidronate, risedronate, tiludronate, zolédronate). Cet effet rare identifié dès 2008 pour l’alendronate est donc un effet de classe. Il survient en particulier au cours des traitements prolongés...

Les fractures atypiques se distinguent des fractures du fémur dites classiques par leur localisation et leurs caractéristiques radiologiques. Ces fractures transverses ou obliques courtes, souvent bilatérales, peuvent survenir sur n’importe quelle partie du fémur entre la partie inférieure du petit trochanter jusqu’au dessus de la zone supracondylienne. Elles surviennent après un traumatisme minime ou même sans traumatisme »51

 

BISPHOSPHONATES USE IN LONG TERM CARE UNITS Gérontovigilance
usage de diphosphonates en unités de soins de longue durée
« Il y n’y a guère de place pour les bisphosphonates en prévention primaire (sans antécédents de fracture) dans une USLD »52 
* noter que le Québec est en tête des provinces canadiennes en 2007, 14 $ de dépenses par habitant contre 4,6 $ au Manitoba, soit 3 fois plus

« En prévention primaire ils n’exercent pas d’effets directs démontrés sur les fractures d’importance clinique : aucun ne réduit de façon tangible les fractures de la hanche, du poignet ou d’autres non vertébrales », selon la plus indépendante synthèse méthodique disponible, d’origine canadienne, soit dit en passant »53

« Leur efficacité pour réduire les fractures non vertébrales et celles de la hanche chez les femmes âgées à haut risque n’a pas été démontrée »54
« Pour rappel, 90% des ostéo-densitométries sont inappropriées, car les plus nombreuses sont celles, parfaitement inutiles dans cette indication, prescrites pour surveiller réponse et observance chez les patients exposés aux bisphosphonates »55

«  Un effet paradoxal de ces produits s’avère de plus en plus réel : des fractures atypiques (de la diaphyse ou sous-trochantérienne) du fémur »56

«  Un argument parmi d’autres pour limiter le traitement à 5 ans. Un autre argument est la possibilité d’ostéonécrose de la mâchoire, rare mais grave, menaçant surtout les femmes âgées. L’Association américaine des dentistes croit à la possibilité d’un lien de causalité. Le mécanisme pourrait être la réduction du remodelage de l’os, d’où une réduction de sa capacité de guérir d’une intervention effractive telle qu’une extraction dentaire…

Une enquête postale en Australie suggère un taux situé entre 1/300 et 1/1100 après extraction d’une dent, tandis qu’une autre, conduite auprès des adhérents à la mutuelle américaine Kaiser Permanente, oscille autour de 1/1000 »57 - On lira avec intérêt Pharmacritique à ce sujet58

 

BLACK BOX WARNING Monographie - Pharmacovigilance
boxed warning; black box label warning
= mandatory warning information presented in a prominent, conspicuous position, at the beginning of a prescription drug label, in bold type and surrounded by a bold border, to call attention to a serious or life-threatening risk of a product in a given dose and indication, and usually discovered only after marketing
59
mise en garde proéminente / encadrée / en évidence / en valeur; alerte encadrée
= littéralement, mise en garde présentée en caractère gras, encadrée par un épais trait noir, au début du RCP (monographie) - et constituant une aide visuelle pour attirer l’attention du prescripteur et l’alerter au sujet d’un risque grave voire potentiellement fatal

 

BLINDED ALLOCATION Méthodologie - Essais
assignation dissimulée

 

BLINDING OF MEASURERS Méthodologie – Essais
insu des évaluateurs; mise en insu de évaluateurs
= lignorance de l’assignation de la part des personnes qui mesurent les effets du traitement, notamment les critères de jugement principaux et secondaires
* Le patient est lui même un évaluateur pour les symptômes (subjectifs); le personnel interprète les symptômes, mesure et interprète les signes physiques, mesure les variables biologiques (taux sanguins…) mais parfois aussi les interprète (imagerie…)

 

BLINDING OF OUTCOME ASSESSMENT Méthodologie – Essais
l’insu de l’évaluation des critères de jugement

 

BLINDING PROCEDURES Méthodologie - Essais
procédures de dissimulation / de mise en aveugle / de mise en insu

 

BLISTER PACKED Pharmacie - Conditionnement primaire
« Labeling of blister packs should be clear »
conditionné en plaquettes d’alvéoles
« L’étiquetage des plaquettes d’alvéoles doit être clair »

 

BLOCKBUSTER DISEASE Commerce
billion dollar disease
« 
To be a true blockbuster disease, a Wall Street pleaser, that condition must :

(1) really exist but have huge diagnostic ‘wiggle room’ and no clear-cut test,
(2) be potentially serious with ‘silent symptoms’ said to ‘only get worse’ if untreated,
(3) be ‘underrecognized,’ ‘underreported’ with ‘barriers’ to treatment,

(4) explain hitherto vague health problems a patient has had,
(5) have a catchy name — ED, ADHD, RLS, Low T or IBS — and instant medical identity, and
(6) need an expensive new drug that has no generic equivalent »60
maladie milliardaire

 

BLOCKBUSTER DRUG Pharmacoéconomie
produit milliardaire / vedette / phare

= assurant au détenteur de licence des ventes mondiales dépassant un milliard de dollars américains par année; il ne s’agit pas des profits
* Le premier fut le Tagamet™ (cimétidine) en 1986. En 2010, les 10 premiers étaient dans l’ordre : Lipitor™ (12,6 G), Plavix™ (8,8 G), Seretide™, Nexium™, Seroquel™, Crestor™, Enbrel™, Remicade™, Humira™ et Zyprexa™
61

 

BLOOD PRESSURE TARGETS Seuils de traitement – Niveaux cibles
We found there is no evidence that reaching a target < 90 mm Hg diastolic BP will provide additional clinical benefit, we can't say whether lowering systolic BP < 140 mm Hg will be beneficial or not; there are no data62
There is no question that the 140/90-mmHg BP limit is absolutely arbitrary, and the benefits of antihypertensive medications are most obvious in patients with the highest BP. The closer we get to 'normotension,' the more difficult it becomes to show benefits of BP lowering63
cibles tensionnelles

 

BLOOD PRODUCTS SURVEILLANCE NEWSLETTER Hémovigilance
bulletin d’hémovigilance

 

BODY MASS INDEX IN SEPTUAGENARIANS Embonpoint – Obésité – Obésité morbide - Gériatrie
indice de masse corporelle chez les septuagénaires
* Cet indice de corpulence - le poids comparé à la taille -, est-il un bon déterminant de la mortalité toute cause chez les septuagénaires ? Selon une enquête canadienne, la courbe du risque est en forme de U. Ainsi, le risque relatif de décès augmente de 89% (1,89) chez les très maigres (indice du BMI < 18,5). Il augmente de 48% (1,48) dans l’obésité morbide (BMI > 35). Ni l’embonpoint (BMI entre 25 et 30) ni l’obésité (BMI entre 30 et 35) ne sont associés à un risque accru64

* Chez les participants de l’étude HANES conduite aux ÉU la mortalité cardiovasculaire est d’environ 11% plus élevée chez les obèses; cependant la mortalité générale n’est pas plus grande chez ceux présentant embonpoint ou obésité, comparés aux normaux (BMI entre 18,55 et 25)

 

BOGUS CONCLUSIONS Analyse critique
phoney / counterfeit conclusions
conclusions contrefaites

 

BONE MINERAL DENSITY Ostéoporose – Critère de substitution
« The surrogate of bone mineral density is regarded by some researchers as accounting for only a minor proportion of a person’s overall risk of fracture
65»
densité minérale osseuse

 

BRAND LOYALTY Promotion
fidélité à la marque
* vise la conservation d’une part du marché aux dépens des versions génériques ou de produits comparables, obtenue par diverses méthodes de promotion, dont les programmes d’accompagnement (coaching)

 

BRAND NAME Pharmacie
nom de marque / de spécialité / commercial / de fantaisie

 

BRAND NAME DRUG Pharmacie
= drug marketed under a proprietary, trademark-protected name
spécialité (FR) ; produit de marque

 

BRANDED DISEASE Médicalisation - Labélisation
branded condition
* one of the techniques used by
disease mongerers; another one is the lowering of ‘normal’ values of biological markers
maladie labélisée
= définie en sorte qu’une situation auparavant considérée ‘naturelle’, due aux vicissitudes de la vie ou de la variabilité biologique de chacun, devienne dans la tête des médecins et de la popuation, une véritable maladie, une entité pathologique qu’il devient impératif de dépister, diagnostiquer et traiter médicalement

* Ainsi la turbulence infantile devient un TDAH, le deuil d’un veuf devient une dépression, les oublis d’une septuagénaire deviennent un pré-Alzheimer, les variations d’humeur deviennent une maladie bipolaire, les ratés des hommes dans la cinquantaine deviennent une dysfonction érectile, une déficience en testostérone…

* à titre d’exemples : dysphorie prémenstruelle, syndrome métabolique, dysfonction érectile, trouble bipolaire, dyslipidémie, pré-hypertension, pré-diabète, pré-Alzheimer, syndrome post-traumatique, syndrome métabolique
* en psychiatrie, le DSM est une véritable machine à labéliser les symptômes pour en faire des maladies

 

BRANDED GENERIC Pharmacie – Politique du médicament
« A system that causes branded generics to undercut generic prices requires urgent revision. It can perversely encourage switching from generic prescribing back to brand prescribing66»
générique de marque / labélisé

 

BREAKING THE CODE OF A BLINDED ALLOCATION Méthodologie – Essais – Validité interne
rupture du code d’une assignation dissimulée

 

BREAST CANCER ACTION; BCAction Militantisme indépendant
« For years, BCAction has maintained a belief that new treatments must improve patients' overall survival, improve quality of life, or cost less than available therapies. The results of 5 clinical trials show that Avastin® (bevacizumab) does not meet any of these criteria - as a result, we commend the FDA Oncologic Drug Advisory Committee’s recommendation. On June 29, 2011 the Food and Drug Administration unanimously voted to revoke its indication in metastatic breast cancer67»
Breast Cancer Action
* cette association américaine de lutte contre le cancer du sein est indépendante de l’industrie et de ses alliés gouvernementaux, professionnels et universitaires

 

BREAST CANCER MAINSTREAM INDUSTRY
« Across the U.S. and the world, people are taking a critical look at the mainstream breast cancer industry and this is what they see:
a) pinkwashers who exploit this disease to make a buck at any cost
b) corporate agendas that put politics and profits before patients
c) an overemphasis on mammography despite its demonstrated failure to reduce the death rate »68
l’industrie principale du cancer du sein 

 

BRITISH ADOPTED NAME; BAN (UK) Nomenclature pharmaceutique
dénomination commune britannique

 

BRITISH NATIONAL FORMULARY ; BNP (UK) Compendium pharmaco-thérapeutique
« The British National Formulary (BNF) provides up-to-date, practical guidance on prescribing, dispensing, and administering medicines. This essential reference reflects current best practice as well as legal and professional guidelines relating to the uses of medicines. The BNF evaluates clinical evidence from diverse sources with information validated by a network of clinical experts and published under the authority of a Joint Formulary Committee. Published jointly by BMJ Publishing Group Ltd and Royal Pharmaceutical Society »69
British National Formulary ; BNP (RU)
* Ce compendium britannique contient plus de renseignements indépendants des compendia qui se contentent de reproduire des textes préparés par les fabricants, tels que le Vidal (FR), le CPS (CA) ou le PDR (ÉU)
* C’est aussi un guide thérapeutique
relatiement indépendant des firmes70

 

BROMOCRIPTINE FOR LACTATION INHIBITION: THREE CLINICAL VIGNETTES EIM
la bromocriptine pour supprimer la montée de lait / la lactation : trois vignettes cliniques
a) Amputation d'une jambe - Pourquoi la pharmacovigilance canadienne a-t-elle attendu que le fabricant effectue le retrait ‘volontaire’ de cette indication en août 1994 aux ÉU et au Canada, suite aux pressions du Dr Sidney Wolfe exercées auprès de la FDA, avant de révéler dans son Bulletin sur les EIM71, cinq mois après ce retrait, une histoire ‘d'ischémie périphérique ou de spasme vasculaire qui a entraîné une amputation de la jambe gauche, à mi-mollet’ chez une femme exposée en post-partum à la bromocriptine quelque part entre 1983 et 1986 ?

Pourquoi ne pas avoir publié ce cas connu près de 10 ans plus tôt? N'y avait-il pas une obligation éthique d'alerter sans délai les gynécologues au sujet de cette observation à haute valeur de signalement? L’amputation d’une jambe ne fait tout de même pas partie des problèmes de santé habituels du postpartum...

b) Hémorragie cérébrale et hypertension - Peu avant le retrait de l'indication, on publia un cas d'hémorragie intracérébrale accompagnée d'une poussée hypertensive, après deux jours de bromocriptine 2,5 mg bid débutée quelques heures après l'accouchement. La patiente de 31 ans survécut avec en prime une hémiplégie72

c) Infarctus myocardique avec rechallenge positif pour l'angiospasme - On lira avec intérêt la publication73 d’un clinicien français qui, en 1993, effectue une coronarographie immédiatement après la survenue d’un infarctus myocardique, constate une sténose, et cesse la bromocriptine (Parlodel®). Pour savoir si la sténose angiographique représente un spasme ou un thrombus, ce cardiologue décide d’effectuer un rechallenge et une seconde angiographie. Le produit suspect est donc repris, et la nouvelle coronarographie montre une sténose qui disparaît après injection directe de nitrate, ce qui constitue, et un rechallenge positif, et une confirmation du mécanisme…

Ce genre d’expérimentation de type ‘pharmacologie humaine’ n’obtiendrait pas l’approbation d’un Comité d’éthique de la recherche car elle est trop risquée par rapport à son apport scientifique, vu que la vasoconstriction était déjà connue comme mécanisme. L’imputabilité est de 4/4 (> 95%, certaine, definite). Un second cas fut publié au Canada en 1996. Les deux patientes survécurent mais avec une lésion myocardique en séquelle

 

BROMOCRIPTINE FOR LACTATION SUPPRESSION : BELATED WITHRAWAL OF INDICATION EIM – Retrait d’indication
bromocriptine pour inhiber la lactation / la montée de lait: retrait trop tardif d’une indication
* La bromocriptine contre la montée de lait symptomatique est un exemple parmi tant d’autres de la médicalisation du corps de la femme, transformant une réalité physiologique en un trouble pathologique relevant d’un traitement pharmacologique dangereux

* Cet agent agoniste dopaminergique central, dérivé de l’ergot de seigle, sert dans le Parkinson et divers troubles hormonaux liés à l’hyperprolactinémie. Or, il est efficace pour supprimer la montée laiteuse chez les mères qui n'allaitent pas mais les EIM graves qui furent rarement observés portèrent sérieusement atteinte au rapport bénéfices-risques de cette indication. Il s'agit d'AVC (annoncés par céphalées, troubles visuels), d'hypertension, d'infarctus, de convulsions, de décès. Le mécanisme des EIM vasculaires cérébraux est la vasoconstriction.

* Cett indication, dite de confort, fut l’objet d’un retrait tardif et limité à quelques pays après 32 décès évitables, par un retrait tardif et pas facile à obtenir. La FDA avait reçu entre 1980 et juin 1994 un total de 531 notifications de réactions graves, dont 32 fatales chez des femmes exposées à ce produit lors du post-partum pour supprimer la lactation et cette Agence ne réagissait pas :

a) 1988 : le Public Citizens Health Research Group (PCHRG) réagit et recommande le retrait de cette indication, arguant que d’autres interventions étaient presque aussi efficaces mais sans risques graves.i
b) 1989 : un comité consultatif de l’agence recommande le retrait à la FDA mais le fabricant ne s'y plie pas.

c) 1994 : le Dr Sidney Wolfe au nom du PCHRG intente une poursuite contre la FDA pour cause de ‘délai administratif inacceptable’, 5 ans s'étant passés depuis la recommandation de 1989.
d) Deux jours plus tard le fabricant retire ‘volontairement’ cette indication aux ÉU et au Canada (mais des obstétriciens continuent d’y prescrire le produit). Cette mesure fut prise 10 ans après le début de cette indication, 10 ans trop tard.

* L’indication continuera à être autorisée dans d’autres pays où pourtant d’autres produits de la même classe sont disponibles. Cette situation est illogique car si le produit est dangereux en postpartum en Amérique du Nord il l’est aussi ailleurs. Il est grand temps de mondialiser la pharmacovigilance et d’appliquer le principe de précaution. Si des instances comme les International Conferences on Harmonisation (ICH) voulaient protéger la santé publique, ils recommanderaient un retrait mondial dès que le retrait est requis pour des motifs sérieux de sécurité dans un pays et que le risque est équivalent dans les autres pays. Mais les ICH sont sponsorisées

* L’indication demeure autorisée en France où la pharmacovigilance nationale a enregistré entre 1993 et 2008 un total de 197 déclarations dont 77 pour des EIM graves dont 2 décès, incluant 9 infarctus mocardiques, 29 angiopathies cérébrales, 4 convulsions, 12 désordres psychiatriques74

 

BUDGET IMPACT ANALYSIS Pharmacoéconomie
analyse d’impact budgétaire

 

BULK LAXATIVE Pharmacie
laxatif de masse

 

BULK PACKAGING Pharmacie
présentations en vrac / non unitaires; conditionnement en vrac

 

BUPROPION AND SEIZURES EIM
« Little is known about the pharmacology underlying the epileptogenic properties of bupropion. We do not know whether the risk is due principally to the parent drug or to one of its three major metabolites or to a combination of more than one of the four. Given this dearth of knowledge, how could this discussion be relevant to the risk of seizures on bupropion?

1) An axiom of pharmacology is that some mechanism must underlie the epileptogenic effects of bupropion. Blockade of an ion channel is a good possibility as a potential mechnism mediating this effect since such a mechanism is common with other epileptogenic drugs.

2) Seizure risk with bupropion is clearly concentration dependent given the risk factors summarized :

a) Incidence of seizures is a function of dose, either
quantitated as total daily dose or mg/kg/day dose.
b) Most seizures occur within the first several days of a
dose increase.
c) Most seizures occur within the first several hours
after taking the dose.
d) Patients with anorexia or bulimia nervosa, who have
lean body mass and the potential for rapid drug
absorption have an increased risk of seizures… »75
bupropion et convulsions
* comment se fait-il qu’on permette aux consommateurs de ces produits (Zyban™ ou Wellbutrin™) de continuer à conduire, alors qu’une erreur de prise ou l’ajout d’un autre médicament modificateur du métabolisme peuvent mener à un niveau sanguin épileptogène ?

 

BUPROPRION : WHAT’S IN A NAME? Nomenclature pharmaceutique
bupropione : l’envers d’un nom
= dénomination commune internationale (DCI) du Zyban™ proposé comme anti-tabagique, et du Wellbutrin™ proposé comme antidépresseur; c’est la même molécule

* le promoteur du Zyban® a fait passer la DCI de l’
amfébutamone, trop près structurellement de amphétamine, à bupropione, ce que la revue Prescrire dénonçait en 2002 dans un article intitulé Amfébutamone devenue discrètement bupropione76. L’industrie peut-elle exercer des pressions sur l’OMS pour modifier ses normes de nomenclature? On le croirait, il n’y a pas d’autre explication plausible

 

BUPROPRION AND SMOKING-CESSATION Indication discutable
buproprione et sevrage tabagique

« La buproprion, alias amfébutamone, substance à structure amphétaminique, est un psychotrope qui, en l’état actuel de son évaluation, a une efficacité incertaine sur le sevrage tabagique, et ne justifie pas de prendre les risques importants de ses effets indésirables
77 »

 

BUREAU OF NEW DRUGS (USA) Réglementation - Agence
Commission d'autorisation de mise sur le marché / d’AMM (FR)

 

 

 

Loading

Avertissement

Le contenu de cet ouvrage n’est en aucun cas destiné à servir de recommandation ou de guide de pratique clinique.

Index alphabétique


Notes

 


1     Charles J Wright. Too     Much Health Care : We can’t afford life’s creeping     medicalization. Literary     Review of Canada     2009;17(9):3

 


2     http://www.thelancet.com/journals/lancet/article/PIIS0140-6736(11)61164-1/fulltext?rss=yes

 


3     Serge Quérin, communication

 


4     Warren Bell, sur des propos de Marcia Angell

 


5     Even & Debré, Savoirs et pouvoirs,     Paris; Le cherche midi

 


6     www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm6041a5.htm

 


7     Debré     & Even, 2011

 


8     http://www.nybooks.com/articles/archives/2011/may/26/beware-tamiflu/

 


9     JP Vandenbroocke. BMJ     2005 en ligne sur bmj.com/cgi/eletters/331/7529/1350

 


10     Stuckler & Nestle. PLoS     Med 9(6): e1001242 on     line at     http://www.plosmedicine.org/article/info%3Adoi%2F10.1371%2Fjournal.pmed.1001242

 


11     Abraham Lincoln. Said during the American Civil War, 1864

 


12     Marc-André     Gagnon,     communication

 


13     Ignatio Ramonet 2009 sur http://www.medelu.org/spip.php?article265

 


14     Formindep,     2010

 


15     Robert Jacob, Institut national de santé publique du Québec     (INSPQ), communication

 


16     Bernard Dugué.     http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/l-occident-et-ses-industries-105283

 


17     Catherine DeAngelis.     JAMA 2008; 299(15):     1833

 


18     Julio Sotelo. PLoS     Medicine 2006 ;     3(7) : e306

 


19     Frederick C Crews. NYRB     2007(Dec6);54(19) Talking     Back to Prozac

 


20     Collier J. Big Pharma and     the UK Government. Lancet     2006;367:97-8 

 


21     Republican Senator John McCain, 2012 -     http://thehill.com/blogs/floor-action/senate/229405-senate-defeats-mccain-amendment-on-canadian-pharmacies

 


22     No Gracias. Cited by Miguel Jara in BMJ     2008;337:a1579

 


23     John Abraham. BMJ     2005;331:528

 


24     Coolen van Brakel

 


25     Marcia Angell.     http://www.nybooks.com/articles/archives/2004/jul/15/the-truth-about-the-drug-companies/?pagination=false

 


26     Interniste général, préférant l’anonymat

 


27     Stéphane     Horel.     http://www.stephanehorel.fr/doc/medicamenteurs/livre/

 


28     Social Audit

 


29     Médecin, spécialiste, auteur, préférant l’anonymat

 


30     Médecin, éditeur, préférant l’anonymat

 


31     Graham Dukes

 


32     Afssaps

 


33     Néologisme de l’auteur

 


34     Georges Lespérance interviewé par Michel Dongeois dans L’Actualité     médicale (Montréal)     18.10.2011

 


35     Afssaps

 


36     Barton Cobert,     communication

 


37     Edward Shorter.     Quoted by Peter Tyler, Lancet     2009;373:1513

 


38     Ronald     LaJeunesse. Political     Asylums, 2002,     available on http://download.cmha.ab.ca/alberta/politicalasylums.pdf

 


39     Raumond Tallis.     http://online.wsj.com/article/SB10001424052970204618704576642991109496396.html

 


40     Ray Moynihan. BMJ     2011 ; 343 : d5160 citant Harlan Krumholz

 


41     Jonah Lehrer. Site     http://www.wired.com/magazine/2011/12/ff_causation/4/

 


42     Pierre JC Allard. Site     http://www.vigile.net/Un-brin-de-causette-chez-les

 


43     Congressional Reasearch Service (USA)

 


44     FDA

 


45     Ignacio Ramonet 2009, sur     http://www.legrandsoir.info/Mafias-pharmaceutiques.html

 


46     Afssaps

 


47     Kouta     Ito.     Ann Int Med     2010;152(10) :621

 


48     Hadler, Rethinking     Aging, page 121

 


49     Diane K Wysowski. NEJM     2009;360(17):1791, referring to Inderjeeth CA, Bone     2009;44(5):744

 


50     Jörg Schilcher et al. N     Engl J Med     2011; 364 :1728-37, site .http://www.nejm.org/toc/nejm/364/18/

 


51     Jean-Louis Montastruc, communication 6.12.2011

 

 


53     www.acmts.ca : Wells GA     et coll. Méta-analyse     des bisphosphonates dans la prévention primaire et la prévention     secondaire des fractures ostéoporotiques après la ménopause –     Ottawa : ACMTS ; 2006     sur     http://www.cadth.ca/index.php/fr/hta/reports-publications/search/publication/659

 


54     Diane K Wysowski NEJM     2009;360(17):1791, referring to INDERJEETH CA, Bone     2009;44(5):744

 


55     Bell KJ et al. Value     of routine monitoring of bone mineral density     BMJ2009;338:b2266 en ligne sur     http://www.bmj.com/content/338/bmj.b2266.full

 


56     Laura Y Park-Wyllie.     JAMA.     2011; 305[8] : 783-789

 


57     Biron P.     http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/08/23/la-pharmaco-prevention-dans-les-unites-de-soins-de-longue-du.html

 


58     http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/traitements_de_l_osteoporose/

 


59     http://www.fda.gov/ForConsumers/ConsumerUpdates/ucm107970.htm

 


60     Martha Rosenberg. Site http://www.alternet.org/health/153332

 


61     PharmExec

 


62     Jose Agustin Argedas. Cochrane Database of Systematic Reviews,     8.7.2009

 


63     Franz Messerli. Quoted by Heartwire, online     http://www.theheart.org/article/985113.do,     accessed 10.7.2009

 


64     Flicker et al. JAGS     2010; 58 : 234, cité dans Rethinking     Aging, page 14

 


65     De Laet C et al. BMJ 1997; 351: 221, cité par Ray Moynihan

 


66     The King’s Fund 2011. The quality of GP prescribing. Page 8 -     Available on      http://www.nelm.nhs.uk/en/NeLM-Area/News/2011---August/09/Kings-Fund-report-on-the-quality-of-GP-prescribing/

 


67     http://bcaction.org/2011/06/28/testimony-for-fda-hearing-on-proposal-to-withdraw-approval-for-the-breast-cancer-indication-for-bevacizumab-avastin/

 


68     Breast Cancer Action – April 2012 - http://bcaction.org/

 


69     http://www.pharmpress.com/product/9780857110657/british-national-formulary-bnf-64

 


70     Rev Prescrire.     2012 ; 32(346) : 591

 


71     1995;5(1):2     Janvier -     http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/medeff/bulletin/carn-bcei_index-fra.php

 


72     Iffy. PEDS     1994; 3: 247

 


73     Larrazet. Ann     Intern Med 1993; 118:     199

 


74     Rev Prescrire.     2010 ; 30(325) : 828 - En anglais 2010 ; 31(332) :     478

 


75     Sheldon H Preskorn. Site http://www.preskorn.com/columns/0001.html

 


76     Rev Prescrire     2002;22(226):191

 


77     Rev Prescrire.     2006; 26(274): 530

 


i