• Encyclopédies

      • Encyclopédie de l'Agora

        Notre devise: Vers le réel par le virtuel!


      • Encyclopédie sur la mort

        L’encyclopédie sur la mort veut s'intéresser à ce phénomène sous ses multiples aspects et ses diverses modalités.


      • Encyclopédie Homovivens

        Encyclopédie sur les transformations que l'homme opère en lui-même au fur et à mesure qu'il progresse dans la conviction que toute vie se réduit à la mécanique.


      • Encyclopédie sur l'inaptitude

        Tout le monde en conviendra : c'est au sort qu'elle réserve aux plus vulnérables de ses membres que l'on peut juger de la qualité d'une société. Aussi avons-nous voulu profiter ...


      • Encyclopédie sur la Francophonie

        L'Encyclopédie de la Francophonie est l'une des encyclopédies spécialisées qui se développent parallèlement à l'Encyclopédie de l'Agora.

  • Dictionnaires
  • Débats
      • Le Citoyen Québécois

         Après la Commission Gomery, la Commission Charbonneau! À quelles conditions pourrions-nous en sortir plus honnêtes… et plus prospères

      • L'homme, la nature, la techique

        Réflexions inspirées de Bernard Charbonneau et Jacques Ellul, avec la collaboration de l'Association Aquitaine B.Charbonneau J.Ellul, sous la présidence de Sébastien Mor...

  • Sentiers
      • Les sentiers de l'appartenance

        L'appartenance c'est le lien vivant, la rencontre de deux Vies : la nôtre et celle de telle personne, tel  paysage...Quand la vie se retire, le sentiment d'appropriation se substitue au ...

      • Le sentier des fleurs sauvages

        Nous sommes des botanistes amateurs. Notre but est de partager un plaisir orienté vers une science complète où le regard du poète a sa place à côté de celui du botaniste, du généticien, du gastrono...

  • Édition

Index alphabétique

A

 

A NIGHT OF TERROR - EIM fatal – Santé Canada
* Title of first chapter of DEATH BY PRESCRIPTION by Terence Young – See that entry

« She jumped up to head back upstairs and in midair fell back, hitting the back of her head on the carpeted floor with a thump, as if she had been pushed by a giant invisible hand. She was limp, silent, motionless, and pale. A feeling deep inside me told me something was terribly wrong. I put my index finger to her carotid artery. I could feel no pulse, no beat, nothing. Then they arrived : - Was she on any medication? – Yes, she takes Prepulsid™ to help her with bloating – Is she taking anything else? – No »
1
Une nuit de terreur
* Titre du premier chapitre du livre Mourir sur ordonnance par Terence Young – Voir cette entrée

« Vanessa s’élance en direction des escaliers avant de retomber brusquement en arrière. Sa tête percute le plancher avec un bruit sourd, comme si une main géante invisible l’y avait poussée. Elle était toute molle, muette, inerte et pâle. Un terrible pressentiment m’a envahi. J’ai placé mon index sur sa carotide. Je ne sentais aucun pouls, aucun battement. Rien. Les secours arrivent : - Prenait-elle des médicaments? – Elle prend du Prepulsid™ (cisapride) pour apaiser ses ballonnements – Autre chose? – Non »
2 

 

A/H1N1 FLU 2009 PSEUDOPANDEMIC, QUEBEC’S STYLE Vaccination de masse – Fausse alerte – Gaspillage en santé publique
la pseudopandémie A/H1N1 2009 en version québécoise
* Selon la médecin hygiéniste en chef en Ontario, Arlene King, le taux de mortalité par A/H1N1 fut de 0,98 décès par 100 000 de population en Ontario et de 1,38 pour le Québec, alors que 38% des ontariens furent vaccinés par rapport à 56% des québécois. 3 Autrement dit, 40% plus de décès au Québec associés à 50% plus de vaccinés! Comment peut-on alors prétendre que plus on vaccine plus on protège? Les autorités sanitaires québécoises nous doivent des explications mais on ne les jamais reçues

« La couverture vaccinale fut de 56%, dépassant le Canada (45%), les ÉU (20%), la France (8%), le Royaume Uni (7%) »
4… et la Pologne (0%)
* L’ampleur de cette couverture exceptionnelle n’était pas scientifiquement justifiée et a représenté un gaspillage important en argent et en ressources, ces dépenses n’étant révélées par les autorités sanitaires qu’au compte-goutte et sur demande, et jamais en entier

« La menace a été surévaluée afin de provoquer de la part des États des commandes de vaccins démesurées. La seule différence avec le Canada est que la France a beaucoup moins de vaccinés tout en ayant commandé le même nombre de doses rapporté à la population…

C’est un gaspillage phénoménal de l’argent public pour les Québécois et de surcroît un risque d’effets indésirables beaucoup plus grand que pour la Frances où, sur les 94 M de doses commandées, seulement 8 M ont été utilisées », selon le sénateur François Autain, directeur de l’enquête sur le comportement de la ministre de la santé Bachelot lors de la crise du A/H1N1 en 2009 en France

 

A/H1N1 FLU 2009 VACCINATION IN CANADA : COUNTERPRODUCTIVE
vaccination contreproductive durant la grippe A/H1N1 au Canada en 2009
« Un étrange phénomène lié à un vaccin et observé au début de la pandémie de grippe de 2009 pourrait bien être vrai, comme le laisse entendre une nouvelle étude. Des chercheurs canadiens ont constaté, dans les premières semaines de la pandémie, que les gens ayant reçu un vaccin antigrippal pour l’hiver 2008-2009 semblaient plus à risque d’être infectés par la nouvelle maladie que ceux n’ayant pas été immunisés »5

 

A/H1N1 FLU IN MEXICO: A SPONSORED PANDEMIC ? (MX) Vaccinologie – Santé publique
la grippe A/H1N1 au Mexique: une pandémie commanditée ?
« Les premiers signalements (MX) d’un nouveau virus grippal A/H1N1 faisaient état d’une morbidité et d’une mortalité marquées mais on constata plus tard qu’il ne s’agissait que d’une grippe fort bénigne. On se mit à questionner de plus en plus le rôle de l’OMS, qui avait changé les règles du jeu – rien de moins que la définition même d’une pandémie – et on remit alors en question l’indépendance des conseillers de l’OMS…

Il apparut que certains d’entre eux avaient des liens d’intérêt avec les entreprises, notamment les fabricants de vaccins et d’inhibiteurs de la neuraminidase. La déclaration d’une pandémie en juin 2010 donna l’élan à la production massive de vaccins »6

 

A/H1N1 FLU IN QUEBEC : HIGHEST MEDIA PROMINENCE (QC) Promotion - Vaccinologie
le poids média de la grippe A/H1N1 atteint des sommets au Québec
« Le Québec est une des régions où la grippe A/H1N1 a fait le plus de ravages dans le monde. Il s’agit bien sûr de son effet sur la presse et non pas sur la santé publique. En fait, aucun pays occidental n’a autant cédé à la panique médiatique que le Québec dans ce dossier …
Le poids média global du H1N1 en 2009 fut de 6,7% au Québec - près de 3 fois plus qu’au pays (2,4%) et près de 5 fois plus que dans le monde (1,4% dans 159 pays) »7
EMERGENCE OF NEW SAFETY CONCERNS Pharmacovigilance
« Emerging safety concerns »
apparition de nouvelles préoccupations de pharmacovigilance / de sécurité / d’innocuité
« Nouvelles préoccupations de pharmacovigilance / de sécurité / d’innocuité médicamenteuse »

 

A/H1N1 FLU PANHYSTERIA Vaccinologie – Santé publique – Acharnement préventif
« Vaccination is to a full extent a medical treatment and should not be downgraded to a commonplace hygienic procedure”
* The H1N1 ‘panhysteria’ of 2009, organized from the top Public Health Agency (WHO) down to National Public Health Agencies by conflicts of interest, is the epitome of collective preventive hounding
panhystérie A/H1N1
* La panhystérie A/H1N1 de 2009, orchestrée de haut (depuis l’OMS) en bas (Agences nationales de santé publique) à l’ombre de liens d’intérêt, est un exemple achevé d’acharnement préventif collectif

 

A/H1N1 FLU PSEUDO-PANDEMIC Santé publique – Vaccination – Grippe
« The disproportionate fear generated in 2009 by the swine flu virus has caused many decisions to be made that in retrospect were
inappropriate … Too much too soon », says Australian medical microbiologist Peter Collignon8
pseudo-pandémie de grippe A/H1N1

 

A/H1N1 FLU VACCINATION CAMPAIGN IN 2009 : COST IN CANADA
« The H1N1 flu campaign in 2009 is estimated to have cost 2 billion canadian dollars »9
dépenses canadiennes pour la vaccination

 

A/H1N1 FLU VACCINE : NNH FOR GUILLAIN-BARRÉ SYNDROME Vaccinovigilance
« New Centers for Disease Control and Prevention (CDC, USA) data strengthen the evidence that the risk for Guillain-Barre syndrome (GBS) associated with the 2009 A-H1N1 vaccine is similar to the risk seen with seasonal flu vaccines, according to a MMWR report :10

The CDC's analysis of data from October 2009 through March 2010 found that the incidence of GBS was 1.92 per 100,000 person-years among vaccinated individuals and 1.21 per 100,000 person-years among the unvaccinated. If final data confirm this finding, the CDC say, then this would translate to an attributable risk of 0.71 per 100 000 person-years and a 0.8 excess rate GBS cases for every 1 million vaccinations », giving a Number Needed to Harm (NNH) of 1.25 M vaccinated persons, which is considered safe enough

* Results in vaccinees with a personal history of Guillain-Barré are not known ; those rare persons are generally not vacinated for flu as a precautionary measure, just in case of a post-vaccinal recurrence of the syndrome. Those who administer the vaccine should ask, but seldom do
vaccin grippal A/H1N1 : NNH pour le Guillain-Barré
* Par consensus des vaccino-épidémiologistes étatsuniens, un syndrome de Guillain-Barré est considéré attribuable au vaccin s’il survient dans les 42 jours après vaccination; le délai d’apparition est un critère temporel d’imputabilité
* On continue, avec raison, de ne pas vacciner ceux qui ont un antécédent personnel de Guillain-Barré, car il existe un risque de rechute post-vaccinale

 

A/H1N1 FLU VACCINE DEBATE: ANONYMOUS THREATS Intimidation
« Civil society freedoms are endangered by anonymous threats stifling debate about public health in the A/H1N1 pandemic right to freedom of opinion and expression. Health Action International (HAI) Global firmly supports freedom of expression and the freedom of civil society to carry out their work uninhibited by threats or intimidation. We are deeply troubled by the anonymous threats made against the Coordinator of our network partner, AIS (HAI) Bolivia following public statements about the A/H1N1 influenza vaccine debate »
le débat sur le vaccin grippal A/H1N1 : menaces anonymes

 

A/H1N1 FLU VACCINE SAFETY: ANAPHYLAXIS RELATED TO AN AREPANRIX™ LOT Vaccinovigilance – Santé Canada
sécurité du vaccin antigrippal A/H1N1 : anaphylaxie associée à un lot de Arepanrix™ (CA)
« Au 5.11.2009, sept cas ont été déclarés au Québec. Ils se formaient parfois des agrégats dans les vaccins de ce lot lorsqu’ils étaient constitués à l’avance11 »

« Le 18.11.2009, l'Agence de la santé publique du Canada a communiqué à GlaxoSmithKline Biologicals, ainsi qu'à Santé Canada, ses inquiétudes quant à la fréquence anormalement élevée de cas d'anaphylaxie signalés relativement à un lot d'ArepanrixMC H1N1, vaccin contre la grippe pandémique (lot A80CA007A). En conséquence, GSK a avisé les autorités provinciales et territoriales d'arrêter l'usage du vaccin Arepanrix™ avec le numéro de lot ci-dessus et de le mettre de côté en attendant une enquête »12

 

A/H1N1 FLU: EUROPEAN STYLE RESPONSE Vaccination – Santé publique - Influenza
grippe A/H1N1: réponse à l’européenne
« Le Comité sur la santé du Parlement européen a adopté à l’unanimité en décembre 2009 une résolution exigeant une enquête, motion présentée par le Dr Wolfgang Wodarg, ex-élu du SPD (socialiste) au Bundestag allemand. Cet épidémiologiste estime que la campagne de lutte contre la pandémie de grippe A/H1N1 est l’un des plus grands scandales médicaux du siècle. Sa résolution avance que plusieurs membres du Sage, le groupe d’experts universitaires qui a conseillé l’OMS, sont financièrement liés avec les producteurs de vaccins, notamment GlaxoSmithKline, Roche et Novartis

C’est que, afin de promouvoir leurs médicaments et vaccins brevetés contre la grippe, les compagnies pharmaceutiques ont influencé les scientifiques et les organismes officiels responsables des normes de santé publique, afin d’alarmer les gouvernements du monde entier et leur faire gaspiller leurs maigres ressources de santé dans des stratégies vaccinales inefficaces et exposer inutilement des millions de gens en bonne santé au risque d’un nombre inconnu d’effets secondaires des vaccins insuffisamment testés »
13

« 
Sous prétexte de prévention, des sommes considérables ont été dépensées pour constituer des stocks, afin d’éviter la catastrophe sanitaire. Question: la menace était-elle réelle ou le prétexte trop facile à dégainer? En tout cas, à qui profite cette manœuvre, si ce n’est aux laboratoires pharmaceutiques qui ont pu ainsi mettre sur le marché de façon accélérée des millions de doses de vaccins…

Lorsqu’on voit avec quelle facilité les laboratoires s’introduisent auprès d’un réseau de milliers de praticiens pour imposer leurs produits, notamment face aux génériques, grâce à des ‘cadeaux’ si les quotas sont atteints, on ne peut pas s’étonner que de telles méthodes soient appliquées dès lors que les bons de commande sont signées par des fonctionnaires, voire des élus ou des membres du gouvernement »
14

 

A/H1N1 FLU: FALSE POSITIVE PANDEMIA Vaccination – Santé publique - Influenza
« The good public health leader, like the good general, needs to put more value on utilizing new information and less on simply following orders. This is the real lesson of H1N1. We believe the fundamental error was a rigid adherence to pre-existing pandemic plans. Total deaths worldwide from H1N1 probably will end up lower than from typical seasonal flu. Yet, the WHO still labels this a moderate pandemic and has no plans to downgrade or simply call it off15» 

« A recent report
16 on its handling of the A/H1N1 influenza pandemic concluded that WHO had not followed its own rules on conflict of interest and that these needed strengthening »17
grippe A/H1N1 : une pandémie faux positif
« L’indécente campagne vaccinale anti-H1N1, une
escroquerie (scam) dans laquelle les institutions européennes ont si bien joué leur rôle au service des lobbies18 »
« Dès le mois de juillet 2009 le Conseil de l’Europe aurait déjà établi que la grippe A/H1N1 était moins meurtrière que les grippes saisonnières. Si le Conseil de l'Europe établissait que les laboratoires ont ainsi manipulé, il leur serait demandé des compensations financières19»

« En ne réajustant pas la politique de vaccination européenne en fonction des données et des faits, on est passé du principe de précaution au principe de la
démesure. Une fois de plus, les citoyens du monde ont été trompés au nom de la dictature de l’argent, nerf de la guerre d’une mondialisation-laminoir qui ne fait pas de place aux damnés de la terre20»
“Que dire du monde académique et de sa réaction très majoritairement acritique [durant la pseudo-pandémie H1N1 de 2009] ?” 21

 

A/H1N1 FLU: FRENCH STYLE RESPONSE (FR) Vaccination – Santé publique - Influenza
grippe A/H1N1: réponse à la française
« Face à une épidémie grippale A/H1N1 dont les données épidémiologiques au 2e trimestre 2009 étaient incertaines, le gouvernement français a accordé une confiance aveugle à des comités d’experts qui prédisaient une virulence telle qu’elle pourrait paralyser le pays. L’OMS déclarait le 11 juin 2009 l’état de pandémie en se faisant l’écho du groupe SAGE (principal groupe consultatif de l’OMS pour les vaccins et la vaccination)…

O
n ne peut que critiquer l’erreur économique d’avoir surinvesti dans les vaccins et l’oseltamivir (Tamiflu®), et d’avoir rédigé des recommandations ne s’appuyant pas sur des données de la science. Le gouvernement a commis une erreur stratégique en se fiant sans aucune retenue à ces propos alarmistes, malgré des opinions plus réservées de professionnels de renom, malgré les données rassurantes sur cette épidémie de grippe en provenance des pays de l’hémisphère sud, notamment la Nouvelle-Zélande et l’Australie…

Cette accumulation de fautes socio-économiques et stratégiques ne peut pas être le fruit du hasard. C’est la preuve que les intérêts d’un petit groupe de multinationales prévalent sur l’intérêt du public. Cette crise nous a montré que les couleuvres que le gouvernement essaye de faire avaler à la population ne passent pas. Le bon sens, les pratiques de formation [médicale continue] indépendante de bon nombre de professionnels et la conscience collective résistent au mode de gestion de cette grippe technocratique et pharmaceutique »
22

« L’acte vaccinal est un acte médical à part entière, il ne doit plus s’agir d’un simple acte administratif »23 et relève de la Santé publique
« La surestimation du risque de grippe grave a conduit à mettre en danger les soins d’urgences, puis à proposer des mesures préventives surdimensionnées au regard des données épidémiologiques disponibles »
24

 

A/H1N1 FLU: PANDEMIA MONGERERS Santé publique manipulée
grippe A/H1N1 : colporteurs de pandémie
« Jusqu’ici, aucune de leurs prévisions ne s’est produite, et ces personnes sont toujours là à faire leurs prédictions. Par exemple, qu’est-il arrivé avec la grippe aviaire qui était censée tous nous tuer ? Rien. Mais cela n’a pas arrêté ces personnes à poursuivre leurs prévisions. Parfois vous avez le sentiment qu’il y a toute une industrie quasiment en attente qu’une pandémie se produise. L’OMS et les hauts fonctionnaires de la Santé Publique, les virologues et les entreprises pharmaceutiques, ont construit cette machine autour de la pandémie imminente. Et il y a beaucoup d’argent, d’influence, et de carrières, et d’établissements entiers impliqués » 25

« La réputation [du professeur X] en a pris un coup après qu’il ait été accusé de jouer sur la peur de la pandémie [H1N1] pour favoriser ses propres intérêts commerciaux dans la mise au point de vaccins »26

 

ABBREVIATED NEW DRUG SUBMISSION ; ANDS (CA) AMM
* Used for a generic product. The submission must meet the same quality standards as an NDS and the generic product must be shown to be as safe and efficacious as the brand-name product. An ANDS, which typically involves between 10 and 20 binders of data, includes scientific information that shows how the generic product performs compared with the brand-name product, as well as providing details on the production of the generic drug, its packaging and labelling.

* The generic drug must be shown to deliver the same amount of medicinal ingredient at the same rate as the brand-name product. This comparison is usually done through comparative bioavailability studies in humans

 

ABSOLUTE OR RELATIVE RISK REDUCTION ? Méthodologie
* in the pragmatic interpretation of a trial, results should be given as absolute outcomes, not relative outcomes. For example, a 25% relative reduction in death in a treatment arm could mean :

(a) a reduction from 16 deaths in the placebo arm to 12 deaths in the treatment arm (4% or 4/100 reduction in absolute terms). Without absolute figures, such a study is uninterpretable for clinical decision making. The inverse of the absolute risk reduction (ARR) is the Number Needed to Treat (NNT). In this case 100 / 4 = 25, and 24 patients are needlessly exposed.

(b) a reduction from 4 deaths to 3 (1% reduction in absolute terms or 1/100). Without absolute figures, such a study is uninterpretable for clinical decision making. The inverse of the absolute risk reduction (ARR) is the Number Needed to Treat (NNT). In this case 100 / 1 = 100, and 99 patients are needlessly exposed.

The treatment in example (a) is 3 times more often a life-saver than in example (b)
réduction du risque absolu ou relatif ?

 

ABSOLUTE RISK INCREASE Statistique – Interprétation pragmatique - Pharmacovigilance
= positive arithmetic difference between the rate of an adverse outcome in an exposed group and that in a control group. It is a form of risk difference
augmentation du risque absolu; augmentation absolue du risque
=
différence arithmétique positive entre le taux d’incidence d’un évènement indésirable dans un groupe exposé et celui d’un groupe témoin
* L’inverse arithmétique de l’augmentation absolue de risque correspond au
Number Needed To Harm (NNH), c.a.d. au Nombre de Sujets à Traiter pour causer un Tort / une Toxicité
* Il est préférable, pour comparer entre elles les études au long cours, d’annualiser le risque quand il est raisonnablement constant au fil des ans

 

ABSOLUTE RISK REDUCTION; ARR Statistique – Interprétation pragmatique – Essais
= negative arithmetic difference between the rate of an adverse outcome (chosen as endpoint) in a treated group and that of a control group. It is a form of risk difference
* not reporting results in absolute risk reduction in a pragmatic trial is intellectually dishonest and the busy clinician who only reads the abstracts should be aware of this
réduction du risque absolu; RRA
= différence arithmétique négative entre le taux d’incidence d’un évènement indésirable d’un groupe traité et celui d’un groupe témoin

* L’inverse algébrique de la réduction du risque absolu correspond au NST (nombre de sujets à traiter) ou NNT (
Number Needed to Treat)
* dans la présentation d’un essai à visée pragmatique, l’omission du
risque absolu au profit du seul risque relatif est intellectuellement malhonnête et le praticien affairé qui ne lit que les résumés devrait en être conscient

* Il est préférable, pour comparer entre elles les études au long cours, d’annualiser le risque quand il est raisonnablement constant au fil des ans, d’où une RRA
a (Réduction du Risque Absolu annualisé), par exemple si la mort est un critère d’évaluation et que 1 décès survient chez 9% des sujets traités durant une année et chez 10% des sujets témoins, cela équivaut à une réduction du risque absolu annualisé (RRAa) de 1% ou 0,01

* Si la réduction du risque relatif est utile pour l’interprétation
explicative d’un résultat, seule la réduction du risque absolu s’avère pertinente à l’interprétation pragmatique et peut validement servir à la décision clinique dite fondée sur des preuves. Le niveau de signification statistique est néammoins le même pour une réduction donnée, qu’elle soit exprimée en risque relatif ou absolu, car la comparaison provient des mêmes données primaires

 

ABUSE AND ADDICTION Dépendance
abus et dépendance

 

ABUSE Effet indésirable médicamenteux comportemental
abus; usage abusif
= utilisation ou consommation excessive et volontaire, permanente ou intermittente, d'une ou plusieurs substances pharmacologiques, souvent psycho-actives, ayant des conséquences préjudiciables pour la santé physique ou psychique

* Parmi les médicaments non psycho-actifs susceptibles d’abus par détournement personnel de leurs objectifs thérapeutiques  et non conforme à la monographie ou à l’utilisation médicale habituelle, mentionnons :
a) les diurétiques, l’hormone thyroïdienne et l’antiépileptique topiramate (Epitomax™), consommés pour maigrir;
b) les stéroïdes anabolisants et l’époïetine, chez les athlètes qui visent l’augmentation de la masse musculaire ou de l’endurance respectivement

 

ACADEMIC COLLUSION Éthique universitaire
« Governments and academics have colluded with industry to hide information critical to our patients27»
« 
Too many medical schools have struck a Faustian bargain – a Deal with the Devil - with pharmaceutical companies »28
collusion universitaire / académique
« Tant que les universités, chroniquement sous-financées, encourageront les partenariats avec des firmes subventionnaires, la porte restera grande ouverte pour la poursuite de la corruption de la recherche scientifique »29 

 

ACADEMIC DETAILER Formation médicale continue
counter-detailer
= academic counterpart of the pharmaceutical representative

visiteur universitaire
/ académique
* homologue universitaire du visiteur médical d’entreprise, c’est un formateur qui prend la forme d’un médecin ou pharmacien (retraité ou étudiant), d’une infirmière spécifiquement formée, présumés sans liens d’intérêts avec une industrie de santé, délégués par une institution universitaire telle un service de pharmacologie clinique. Cette forme de contrepouvoir promotionnel est à développer, à défaut d’une réforme impérative de la FMC. Les mises en œuvre demeurent toutefois ponctuelles

 

ACADEMIC DETAILING Formation médicale continue
visite universitaire
« Le Pr Jerry Avorn de l’Université de Harvard a eu la brillante idée d’analyser la façon dont les corporations s’y prennent pour nous vendre leurs idées et leurs produits ; avec ces connaissances, il a mis sur pied un programme, Academic Detailing ; 435 médecins divisés en deux groupes, groupe expérimental et groupe témoin, en ont fait l’objet …

Des personnes avec un entraînement solide en pharmacologie clinique se rendaient au bureau des médecins (tout comme les délégués pharmaceutiques) et discutaient, avec matériel promotionnel attrayant en main (comme les délégués pharmaceutiques, dont les manuels avaient été étudiés) du bon usage des médicaments. En deux visites, on observa une réduction significative des prescriptions inappropriées des médicaments choisis »
30

 

ACADEMIC EXPERTS Leaders d’opinion
«
Big Pharma has captured almost total control over the research process, to say nothing of buying up academic experts and turning them into marketing shills31»
experts universitaires

 

ACADEMIC FREEDOM Éthique du savoir
liberté universitaire
« Parce que les chercheurs sont souvent dissuadés de révéler les vrais résultats de leurs études, surtout s’ils déplaisent à l’industrie ou aux bailleurs de fonds. On les pousse dans des débats qui masquent la réalité, comme par exemple les effets réels d’un nouveau médicament. Que reste-t-il alors de leur liberté de parole? Là, on voit nettement que la science est mise au service d’une dictature économique, qu’elle soit privée ou publique »32

 

ACADEMIC LITERATURE COMPROMISSION Revues savantes
«
Journal editors are expected to clean out the Augean stables of an increasingly compromised academic literature »33 
compromission de la documentation universitaire / savante
N.d.T. littérature académique est un double emprunt répandu
« Les éditeurs de revues savantes sont censés nettoyer les Écuries d’Augias pour assainir une documentation médicale de plus en plus
compromise »

 

ACADEMIC MEDICINE Éthique universitaire
« Is Academic Medicine for Sale ? »34 asks a former New England Journal of Medical editor
médecine universitaire
« La médecine universitaire est-elle à vendre? », titre un éditorial de Marcia Angell

 

ACADEMIC PHYSICIANS’ FOUR MISSIONS Université
= patient care; initial and continuing education; research; expertise
les quatre missions des médecins universitaires
= soins; enseignement; recherche; expertise35
« La
mission d’évaluer et surveiller les médicaments est d’une telle importance qu’elle doit être reconnue au même titre que les soins, la recherche et l’enseignement, et qu’elle justifie une reconnaissance particulière des experts » peut-on lire dans un Rapport de la mission sur la refonte du système français de contrôle de l’efficacité et de lasécurité des médicaments36

 

ACADEMIC SILENCE Pharmas-co-dépendance – Collusion universitaire
Voir aussi ANECHOIC EFFECT
« What is needed is a breach in the dam of academic silence about an increasingly compromised academic literature, and a flood of refusals to accept that publications containing data that are not publicly available should be called scientific. A failure to take a stand will leave us repeatedly cuckholded by every issue of our major journals »37

« Unfortunately, so many academic physicians depend on the pharmaceutical industry for funding that they tend to be reluctant to speak out about abuses of which they are aware38»
« The silence and indifference of scientists have enabled their paymasters to undermine the integrity of science with impunity »39

“These institutions … have become breeding grounds for systems managers trained to serve the corporate state. In a Faustian bargain with corporate power, many of these universities have swelled their endowments and the budgets of many of their departments with billions in corporate and government dollars. College presidents, paid enormous salaries as if they were the heads of corporations, are judged almost solely on their ability to raise money.

In return, these universities, like the media and religious institutions, not only remain silent about corporate power but also condemn as political all within their walls who question corporate malfeasance and the excesses of unfettered capitalism40
le silence des universités
= la non dénonciation, par l’establishment universitaire : de la FMC sponsorisée, des leaders d’opinion biaisés, de la recherche commanditée et dirigée tantôt hermétique tantôt promotionnelle, de la publicité agressive et trompeuse, des prix exhorbitants des médicaments

* L’affaire Olivieri a révélé combien le monde universitaire était coincé. Son université, son hôpital, et une majorité de collègues, l’ont laissé tomber par un silence coupable et seule l’Association canadienne des professeurs d’université l’a soutenue contre le harcèlement judiciaire d’un commanditaire. Pourtant la liberté universitaire était en jeu, tout comme l’intégrité en recherche médicale car celle-ci devient trompeuse quand l’intérêt des sponsors l’emporte sur la rigueur scientifique, l’indépendance et la transparence

« Nous sommes troublés par la
timidité des réactions de l’Université chargée précisément d’enseigner à traquer les biais et supercheries, erreurs et mensonges, en provenance des ministères de la Santé »41
“Que dire du monde académique et de sa réaction très majoritairement acritique durant la pseudo-pandémie H1N1 de 2009 ?”42

 

ACCELERATED APPROVAL PROCEDURE Règlementation – AMM
fast-tracking
processus accéléré d’autorisation / d’homologation / d’enregistrement / d’AMM

* On peut dire que
La vitesse tue car plusieurs produits ainsi commercialisés prématurément se sont avérés capables de tuer des patients sans que ce risque, fut-il rare, soit compensé par un service médical rendu substantiel et une balance bénéfices-risques favorable

 

ACCEPTABILITY OF A DRUG ADVERSE REACTION Pharmacovigilance
1. Au niveau individuel
* un EIM survenu ou attendu devient inacceptable quand son importance clinique dépasse celle de ses bienfaits obtenus ou attendus chez un patient traité

* Quand un médicament est prescrit sans justification ou incorrectement, tous les EIM deviennent
ipso facto inacceptables. Pensons aux statines chez les femmes, chez les gens âgés, chez les non-coronariens, toutes situations où la vie n’est pas prolongée par la statinisation
* Si un arthritique sous célécoxib (Celebrex™) présente un infarctus du myocarde, ce produit devenu inacceptable chez ce patient sera cessé par le prescripteur par un traitement moins risqué pour les coronaires, par exemple à base de naproxène ou ibuprofène

2.
Au niveau collectif
* Un EIM devient inacceptable durant son évaluation clinique pré-AMM ou post-AMM, dans une indication déjà approuvée ou hors-indication, quand son importance clinique (sévérité x fréquence) dépasse celle de ses bienfaits escomptés dans la population visée
* Quand on découvrit que le rofécoxib (Vioxx™) doublait le risque d’infarctus, il fut retiré du marché environ 4 ans après cette découverte, 4 ans trop tard… 
acceptabilité d’un effet indésirable médicamenteux

 

ACCEPTABILITY OF A PRODUCT
1.
Pharmacie
= qualité d'une forme
galénique et d’un conditionnement qui en facilite l'administration: horaire commode, voie orale, déglutition facile, goût agréable, boîtage sécuritaire, étiquette lisible
acceptabilité d’un produit

2.
Pharmacovigilance
= absence d’effets indésirables qui affectent la qualité de vie relativement au bénéfice clinique obtenu ou anticipé
acceptabilité d’un produit

 

ACCESS TO PRIMARY DATA Transparence – Éthique de la recherche clinique
« Researchers should not enter into agreement that interfere with their access to the primary data or their ability to analyze the data independently, to prepare manuscripts, and to publish them43»
* From that viewpoint, Institutional Review Boards and Research Ethics Boards act as mere sieves in most instances
accès aux données brutes / primaires / sources
« Les chercheurs ne devraient pas conclure des accords qui interfèrent avec leur accès aux données sources ni avec leur capacité d’en faire une analyse indépendante, de rédiger des manuscrits et de les publier eux-mêmes »
* À cet égard, les Comités de protection des personnes (FR) / Comités d’éthique de la recherche (CA) agissent le plus souvent comme de simples passoires

 

ACCIDENTAL POISONING Toxicologie clinique
Voir DRUG POISONING

 

ACCORD, THE TRIAL Essai à financement public – Diabète – Cibles trop basses
Action to Control Cardiovascular Risk in Diabetes, the trial
« Landmark ACCORD Trial Finds Intensive Blood Pressure and Combination Lipid Therapies do not Reduce Combined Cardiovascular Events in Adults with Diabetes »44
« Intensified glucose control in type 2 diabetes - whose agenda?45
l’essai dit Accord

 

ACCOUNTABLE PRESCRIBING Pharmacoéconomie – Justice sociale
“As the debate over health care reform unfolds, policy makers and the public need to focus more attention on doctors and the huge role they play in determining the cost of medical care - costs that are rising relentlessly46
la prescription responsable
= dont le prescripteur est conscient des éléments économiques suivants :
a) couts directs (achat)
b) couts indirects : surveillance biologique; consultations médicales; prévention, diagnostic et traitement des effets indésirables
c) couts d’opportunité : détournement des budgets en santé et des ressources médicales et paramédicales

* Le fait que des prescripteurs canadiens préfèrent encore

a) un AINS COX-2 tel le célécoxib (Celebrex™) à un AINS COX-1 traditionnel,
b) un réducteur d’acidité (famille des IPP) encore breveté à son équivalent générique,
c) prescrire sans vergogne des statines en prévention primaire – notamment celles qui sont brevetées, chères et publicisées

témoigne du fait que les légistlateurs, les régulateurs, les formateurs, les universitaires et les praticiens sont davantage influencés par la promotion dans toutes ses formes que par les meilleures preuves disponibles, notamment en ce qui concerne les interventions pharmacologiques à titre préventif (alias
pharmaco-prévention)

« 
Les médecins demeurent un groupe puissant et respecté, quoiqu’ils en disent. Ne serait-ce que parce qu’ils détiennent entre leurs mains (et qu’ils distribuent par leur signature) le budget le plus important de l’État, un pouvoir de gestion du PIB inégalé dans l’histoire et incontesté dans son principe. Le pouvoir médical est là, dans le poids économique, dans les conséquences budgétaires et sociales des décisions thérapeutiques47»

« Un monde médico-hospitalier et pharmaceutique laxiste ou âpre au gain sapera un des systèmes de santé les plus performants qui soient [i.e. un régime public] s’il n’est pas mis fin à ses dérives. La relation soignant-patient atteint un tel degré de sophistication technologique et mobilise de tels budgets que l’État doit s’y impliquer de plus en plus
48 »

 

ACTIVE CONSTITUENT Galénique
principe actif

 

ACTIVE CONTROL GROUP Méthodologie
active comparator group
= patient group exposed to a comparator drug containing an active ingredient and (ideally) chosen as the best standard treatment at the optimal dosage, as opposed to
placebo control group
groupe témoin actif / de comparaison actif / comparateur actif
= groupe de sujets exposés à un médicament de comparaison comprenant un principe actif et (idéalement) choisi comme étant le meilleur traitement de référence à sa posologie optimale
* Par opposition à
groupe témoin placébo qui reçoit un produit pharmaceutique sans principe actif

 

ACTIVE INGREDIENT Galénique
active substance / component / moiety / molecule / entity
=
any component that provides pharmacological activity or other direct effect in the diagnosis, cure, mitigation, treatment, or prevention of disease, or to affect the structure or any function of the body of man or animal49
« The number of therapeutically useless
active ingredients on the market is staggering »
principe actif; substance / molécule / entité active; ingrédient actif emprunt
= la substance, dans un produit pharmaceutique, responsable d’effets pharmacodynamiques / biologiques / immnologiques / physiologiques sur l’organisme, indépendants de l’effet placébo
« Le nombre de
principes actifs sans intérêt thérapeutique sur le marché est époustouflant »

 

ACTIVE PATIENT Pharmacothérapie
patient en cours de traitement

 

ACTIVIST FOR RATIONAL PRESCRIBING Ordonnance rationnelle
militant pour la / une prescription rationnelle

 

ACTIVITY-BASED PAYMENT Pratique
tarification à l’activité
* ce système expose à des dérives quand il définit ses critères en pharmacoprévention… par exemple l’abaissement d’un critère intermédiaire comme la cholestérolémie, la glycémie, la tension, le poids corporel...

 

ACTUAL MARKETING Mise au point
commercialisation effective;
mise à disposition sur le marché
* à distinguer de l’AMM, autorisation obligée qui précède la mise à disposition

 

ACUTE HEPATITIS: DRUG INDUCED Maladies médicamenteuses - Hépatovigilance
hépatite aiguë médicamenteuse
« De tous les cas d’hépatite aiguë, 40% sont d’origine médicamenteuse chez les femmes de plus de 50 ans »

 

ACUTE TOXICITY STUDY Toxicologie
étude de toxicité aigüe
= étude des effets indésirables survenant rapidement après des doses croissantes d’un produit administré en prise unique ou en brève exposition chez l’animal ou l’humain

 

ADD-ON CLINICAL TRIAL Essais - Règlementation
essai clinique complémentaire

 

ADDED CLINICAL VALUE Critère d’AMM
« EU countries are paying billions more than necessary for drugs that provide little health gain because prices are not being set to reward new drugs in proportion to their added clinical value »50 
amélioration du service médical rendu ; ASMR

 

ADDED THERAPEUTIC VALUE Évaluation
therapeutic gain
amélioration du service médical rendu (FR); ASMR (FR); amélioration de l’intérêt thérapeutique
* en deçà du service rendu par le meilleur traitement de référence ou par une version antérieure d’un produit

 

ADDICTION Pharmacodépendance
accoutumance / addiction
emprunt / assuétude / dépendance / pharmacodépendance / pharmacomanie / toxicomanie
= utilisation excessive et volontaire, permanente ou intermittente, d'une ou plusieurs substances psychoactives ou ayant des conséquences préjudiciables pour la santé physique ou psychique
=
l'ensemble des phénomènes comportementaux, cognitifs et physiologiques d'intensité variable, dans lesquels l'utilisation d'une ou plusieurs substances psychoactives devient hautement prioritaire et dont les caractéristiques essentielles sont le désir obsessionnel de se procurer et de prendre la ou les substances en cause et leur recherche permanente51

*
Peut s’appliquer aux drogues illicites, aux produits d’ordonnance, à l’alcool, à la nicotine et aux autres produits psychoactifs ou addictifs. Peut être à prédominance physique ou psychologique

 

ADDICTOLOGY Pharmacovigilance
addictologie
emprunt répandu
= science médicale appliquée aux dépendances aux médicaments et aux drogues illicites. Comprend épidémiologie, pharmacologie, toxicologie, prévention et traitement

 

ADDITIONAL LABELING IN NEW DRUG APPLICATION DOSSIER (USA) Règlementation – AMM
supplemental NDA labeling
* obtainable from FDA under the US Freedom of Information Act
documentation complémentaire d’un dossier d’évaluation clinique / d’un dossier d’AMM

 

ADJUNCTIVE STUDY Règlementation - Méthodologie
* used in NDA dossiers to complement one or two pivot clinical trials
étude complémentaire

 

ADJUSTED DOSE DRUG TREATMENT Posologie
traitement médicamenteux à dose ajustée
* comme l’anticoagulation par warfarine (Coumadin™) à dose ajustée selon l’INR

 

ADJUVANT
1. n - Pharmacie – Galénique
= Substance intégrée à un médicament ou substance administrée en même temps qu'un médicament afin d'en renforcer l'action sur l'organisme52
adjuvant
« Vaccin avec adjuvant »

2.
adj - Thérapeutique
adjuvant
« Traitement adjuvant »

 

ADMINISTRATION ERROR Erreur médicamenteuse
erreur d’administration

 

ADMINISTRATION, DISTRIBUTION, METABOLISM AND ELIMINATION; ADME Pharmacocinétique
administration, distribution, métabolisme et élimination
* ce sont les quatre composantes de la pharmacocinétique, l’étude du devenir des médicaments dans l’organisme

 

ADR CASES REPORTED Pharmacovigilance
«  25 cases of suicidality were reported last year »
observations d’EIM notifiées
/ signalées / déclarées
« 25 observations de suicidalité furent notifiées l’an dernier »

 

ADULTERATED PRODUCT Qualité du produit
produit frelaté

 

ADVERSE DRUG EFFECT Pharmacovigilance
adverse drug reaction; ADR
1. adverse drug reaction from the point of view of the drug, the drug causes an effect…
53
effet indésirable médicamenteux
2. adverse drug reaction from the point of view of the patient, the patient has a reaction…
54
effet indésirable médicamenteux
* la distinction faite en anglais entre effect et reaction demeure théorique

 

ADVERSE DRUG EVENT; ADE Pharmacovigilance
évènement indésirable médicamenteux;
ÉIM
= évènement indésirable survenu après une exposition médicamenteuse mais sans présumer d’un lien de causalité; dès qu’il y a suspicion, l’événement devient effet

 

ADVERSE DRUG REACTION ; ADR Pharmacovigilance
TN : Adverse drug effect is discouraged since its abbreviation ADE is already used for adverse drug event
=
A response which is noxious and unintended, and which occurs at doses normally used in humans for the prophylaxis, diagnosis, or therapy of disease, or for the modification of physiological function55.

* An adverse drug
reaction, contrary to an adverse event, is characterized by the suspicion of a causal relationship between the drug and the occurrence, i.e. judged as being at least possibly related to treatment by the reporting or a reviewing health professional. In the EU Directive 2010/84, which will become applicable in July 2012 an adverse reaction is defined as: A response to a medicinal product which is noxious and unintended56
effet indésirable médicamenteux; EIM
= effet indésirable soupçonné d’être médicamenteux
* effet implique un soupçon de causalité médicamenteuse, tandis que évènement n’en n’implique pas

 

ADVERSE DRUG REACTION REPORT Pharmacovigilance
*
spontaneous when filed by a health professional in the course of his practice, mandatory when filed during clinical trials
notification / déclaration / signalement / annonce (CH) d’effet indésirable médicamenteux
* spontanée quand elle origine d’un professionnel de santé au cours de sa pratique, obligatoire durant les essais cliniques

 

ADVERSE DRUG REACTION REPORTING SYSTEM Pharmacovigilance - Règlementation
système / programme de pharmacovigilance

 

ADVERSE DRUG REACTIONS REPORTED Pharmacovigilance
ADRs signaled / reported
effets indésirables médicamenteux (EIM) notifiés / déclarés / signalés / annoncés (CH)

 

ADVERSE DRUG REACTIONS: A PRACTICAL GUIDE TO DIAGNOSIS AND MANAGEMENT – Livre traduit (par l’éditeur Pradel)
Christian Bénichou. Chichester (UK): John Wiley; 1994
Guide pratique de pharmacovigilance : Détecter et prévenir les effets indésirables des médicaments - Livre
Christian Bénichou. Paris: Pradel; 1992

 

ADVERSE EFFECTS OF SCREENING Dépistages
effets indésirables des dépistages; EID

 

ADVERSE EVENT ; AE Nosologie
1. Iatrovigilance
= clinical or biological manifestation associated with a medical intervention, without presumption of causality, as opposed to adverse reaction or adverse effect where causality is suspected
=
Any untoward medical occurrence that may present during treatment with a pharmaceutical product but which does not necessarily have a causal relationship with this treatment57
évènement indésirable; ÉI
= manifestation clinique ou biologique associée à une intervention médicale, sans présumer de sa causalité, par opposition à un effet indésirable où un soupçon existe quant au lien de causalité

2.
Sémiologie clinique
= clinical manifestation, such as a symptom, a sign, or a laboratory abnormality in pathology, radiology, biochemistry, haematology…
évènement indésirable; ÉI
= manifestation clinique, comme un symptôme, un signe, ou une anormalité biologique en laboratoire de pathologie, radiologie, biochimie, hématologie…

 

ADVERSE EVENT FOLLOWING IMMUNIZATION; AEFI Vaccinovigilance
évènement indésirable post vaccinal; ÉIPV

 

ADVERSE EVENT REPORTING SYSTEM; AERS (USA) Pharmacovigilance – Base de données informatisées
= computerized information database designed to support the FDA's post-marketing safety surveillance program for all approved drug and therapeutic biologic products. The FDA uses AERS to monitor for new adverse events and medication errors that might occur with these marketed products58

« 
The Adverse Event Reporting System (AERS) is a database that contains information on adverse event and medication error reports submitted to FDA. The database is designed to support the FDA's post-marketing safety surveillance program for drug and therapeutic biologic products. The informatic structure of the AERS database adheres to the international safety reporting guidance issued by the International Conference on Harmonisation (ICH E2B). Adverse events and medication errors are coded to terms in the Medical Dictionary for Regulatory Activities (MedDRA) terminology »59
base de données étatsunienne de pharmacovigilance; AERS (ÉU)
* sa base de données – les notifications spontanées ou règlementaires d’EIM et d’erreurs médicamenteuses - est la plus importante du genre au monde

 

ADVERSE OUTCOME Pharmacovigilance
Voir ADVERSE EVENT

 

ADVERSE REACTION RISK FACTOR Pharmacovigilance
facteur favorisant d’un effet indésirable
* il peut être :
a)
lié au patient, tel un antécédent d’EIM au même produit ou à un produit de la même classe, une insuffisance rénale, une allergie à plusieurs produits, une comédication source d’interaction
b)
lié au produit, telle la posologie (dose unitaire, dose quotidienne, voie, excipient…)

« L’ostéonécrose de la mâchoire par diphosphonate est beaucoup plus fréquente si le patient subit une extraction dentaire, s’il a un cancer affectant les os (deux facteurs
liés au patient), ou si le produit est administré par voie intraveineuse (un facteur lié au produit) »60

 

ADVERSE SIDE EFFECTS EIM
effet indésirable médicamenteux latéral /
secondaire

 

ADVERTORIAL Promotion cachée – Revues savantes
éditorial promotionnel
* rédigé par un leader d’opinion ou, encore mieux, par un rédacteur anonyme

 

ADVISORIES, WARNINGS AND RECALLS Règlementation - Pharmacovigilance
Avis, mises en garde et retraits

 

ADVISORY COMMITTEE Administration
advisory panel / council
« Advisory Committee On Drugs »
commission consultative; comité consultatif ; conseil
« Conseil du médicament »

 

ADVISORY NOTICE ON A DRUG RISK Pharmacovigilance
avertissement d’un risque médicamenteux

 

ADVOCACY Médecine sociale
« Advocacy by some disease groups… Health advocacy »
militantisme; activisme; (communication de) plaidoyer; promotion
« Militantisme / activisme de certaines associations de malades… Promotion de la santé »

 

ADVOCACY MEDICINE Pratique
médecine sociale / sociétale

 

AGE GROUP Épidémiologie
* For example, when exact age is not available : All, Elderly, Adolescent, Adult, Child, Infant / Neonate
groupes d’âge

 

AGE ON THE MARKET Commerce
âge commercial
* décrit l’ancienneté de la présence d’un produit sur le marché, qui débute avec le lancement mais pas nécessairement avec la date d’autorisation. Le lancement peut aussi bien survenir 24 heures que 1 an après l’AMM, c’est une question de stratégie commerciale et n’a rien à voir avec l’intérêt public

 

AGGREGATE DATA Statistique
données regroupées

 

AGGRESSIVELY ASSERTIVE Médecine préventive
« Preventive medicine is aggressively assertive, pursuing symptomless individuals and telling them what they must do to remain healthy61»
agressivement péremptoire
* l’assertivité est l’un des trois éléments de l’arrogance de la médecine préventive selon le Pr David Sackett, un des pères de la médecine factuelle
« La médecine préventive est agressivement péremptoire, pourchassant des individus asymptomatiques et leur disant ce qu’ils doivent faire pour demeurer en santé »

« 
La description de David SACKETT de la médecine préventive s’applique parfaitement aussi à son dévoiement en médecine prédictive et prescriptive. Son article paru en 2002 dans le CMAJ (Canadian Medical Association Journal) sous le titre The Arrogance or Preventive Medicine est une lecture fort instructive pour comprendre comment le système pousse structurellement la médecine vers des rôles qui ne sont pas les siens – et que nous ne devons pas accepter, tels que :
a) son arrogance,
b) son agir présomptueux et impérieux,
c) les préceptes qu’elle n’a aucune légitimité à formuler,

d) son incapacité à reconnaître ses limites et à accepter la critique,
e) son rôle de rouage dans la machinerie du profit industriel,
f) avec les médecins comme exécutants et victimes consentantes 
»62

 

AGING
"Aging, dying, and death are not diseases. Yet they are targets for the most egregious marketing, disease mongering, medicalization, and overtreatment63"
le vieillissement
* Considérer la vieillesse comme une maladie d’une part, et d’autre part tout faire chez des personnes saines pour prolonger la vie par un acharnement préventif (preventive hounding) pharmacologique d’effectivité faible voire nulle, est une contradiction interne et la bonne recette pour médicaliser toute la vie

 

AGISM Médicalisation - Médicamentation
ageism
« Overtreatment of the elderly is a form of
agism »64
âgisme
« Le surtraitement des vieux est une forme d’âgisme »

 

AGRANULOCYTOSIS Hématovigilance
= a usually symptomatic (fever, severe asthenia, oral or perineal ulcers), acute, severe, isolated neutropenia affecting the white blood cell granulocyte line, with three hematological criteria:

a) poly-morphonuclear neutrophil count dropping below 500 000/L (0.5 x10
9/L)
b) no anemia : hemoglobin remaining >100g/L ;
c) no thrombocytopenia : platelet count remaining at > 100 million/L
65

* This laboratory sign is often an ADR, especially during oncotherapy, rather than a pathologic event
agranulocytose
= cytopénie affectant la lignée blanche granuleuse et souvent d’origine médicamenteuse notamment en chimiothérapie. Elle est plus grave qu’une simple
neutropénie
* Il y a trois critères biologiques de cette neutropénie aiguë, sévère et isolée, accompagnée de fièvre, ou d’infection orale ou péri-anale :

a) compte des polynucléaires neutrophiles inférieur à 500 000/L [0,5 x 10
9/L];
b) sans anémie (l'hémoglobine > 100g/L);
c) sans thrombopénie (comptage plaquettaire > 100 M/L)

 

AGRESSIVE AND FUTILE THERAPY Surtraitement
Voir THERAPEUTIC HARASSMENT

 

AGRESSIVE MARKETING Promotion
« In 2009 the aggressive marketing of the painkiller Bextra® (valdecoxib), pulled because of safety risks after 3.4 years, resulted in the largest criminal fine in U.S. history »66 
mise en marché agressive; marketing agressif

 

AKATHISIA HOMICIDES Pharmacovigilance
« Akathisia, a toxidrome, is a neurotoxic side effect… sometimes related to toxic levels of psychotropic or other drugs or to their too prompt withdrawals, in patients with unrecognized drug metabolism problems (variant alleles in the metabolizing genes of liver CYP450 family) and mismanagement of their pharmacotherapy… Some people taking psychiatric drugs develop akathisia ... and some people who develop akathisia kill themselves or othersAkathisia has been known to be associated with suicide since the 1950s and with homicide since 1985

Healy et al. described 9 cases of murder, suicide and severe violence in patients who had not been mentaly ill before being medicated… Akathisia homicides have been defended as instances of involuntary intoxication both with and without genetic evidence »
67 can we read in an outstanding article : only 3.5 months after publishing, it became the 5th most popular paper that Journal has ever published
homicides par akathisie
homicides par syndrome hypercinétique
N.d.T. : l’étymologie de
akathisie est un a privatif et l’ancien grec cathisein, action de s’asseoir
* l’akathisie peut être naturelle ou médicamenteuse (psychotropes)

 

ALARMING SCREENING PromotionMédicalisation – Intérêts particuliers
« Genuine health information has nothing to do with
alarming screening, organised hype, serving vested interests »
Clinicians need to be vigilant to avoid colluding with those who have vested interests in some preventive activities68“, says a spanish general practicioner

« Up to half of all autopsies on older adults reveal small prostate or breast cancers that never had an adverse impact during life… Those promoting income-generating screenings without cost-effective benefits for the patient need to stop and reflect they need it more than the patient – and if so, they should end the program ar at least declare a personal conflict of interest »
69
dépistage alarmiste
« L’information-santé véritable n’a rien à voir avec le
dépistage alarmiste, le rabattage organisé, au service d’intérêts particuliers »70

 

ALERT NOTICE Réglementation - Pharmacovigilance
avis / message d’alerte
= message public à l’intention des professions de santé, provenant d’une Agence ou d’un fabricant, pour avertir d’un retrait du marché, d’un rappel de lot, d’une nouvelle mise en garde, précaution ou contre-indication, concernant un produit pharmaceutique, biologique ou un dispositif médical

« 
Information reçue ou émise dont le contenu présente un caractère de gravité potentiel ou avéré tel qu’il nécessite la mise en oeuvre, en urgence, d’actions correctives ou préventives - Informations destinées à des professionnels, ou, le cas échéant, à une population plus large, et dont le contenu présente un caractère de gravité potentiel ou avéré nécessitant la mise en oeuvre, en urgence, d'actions correctives ou préventives »71

 

ALERT REPORT Règlementation – Pharmacovigilance
15-day alert report
* mandatory (FDA) for Serious Unexpected Adverse Experiences
72
notification accélérée

 

ALLERGIC TRANSFUSION REACTION Hémovigilance
réaction allergique transfusionnelle

 

ALLEVIATION OF SYMPTOMS Objectif thérapeutique
soulagement des symptômes

 

ALLHAT, THE TRIAL Financement public - Hypertension
l’essai dit Allhat
« Cet essai sur le traitement de l’hypertension préconise en première ligne une petite dose de diurétique, la chlorthalidone (ou à défaut l’hydrochlorothiazide); aucun antiypertenseur plus récent n’a une efficacité préventive supérieure, ni une balance bénéfices-risques plus favorable, en particulier pour prévenir l’insuffisance cardiaque »73

 

ALLOCATION CONCEALMENT Méthodologie - Essais
blinding of allocation
* introduces
selection bias when not planned or performed properly
dissimulation / secret de l’assignation

 

ALTERNATIVE MEDICINE Pratique
médecine douce / parallèle / alternative emprunt

 

ALTERNATIVE TREATMENTS L’ordonnance rationnelle
alternatives thérapeutiques

 

ALZHEIMER : FOUR USELESS, DANGEROUS AND COSTLY DRUGS Pharmacoéconomie
Alzheimer : quatre médicaments inutiles, dangereux et couteux
« Deux syndicats de médecins généralistes, MG France et Union généraliste, dénoncent le remboursement par la Sécurité sociale de médicaments inefficaces, voire dangereux, contre la maladie d'Alzheimer. Le remboursement de ces médicaments a coûté plus de 262 M, selon l'assurance maladie, rapporte France-Soir en 2011 - Cet argent devrait être utilisé ailleurs. Nous avons par exemple beaucoup de progrès à faire sur la prise en charge et l'accompagnement des malades et des familles, dit Claude Leicher, président de Médecins Généralistes France »74

* Dans une étude indépendante comparative contre placebo, l'essai conduit par le AD 2000 Collaborative Group en Angleterre a évalué sur 3 ans un total de 565 patients atteints d'une forme légère à modérée. A l'issue de l'étude, il n'y pas eu de différence significative pour l'entrée en institution (42 % dans le groupe donezepil et 44 % dans le groupe placebo). De même la perte d'autonomie n'a pas été significativement différente (55% vers 53% à 3 ans). Par contre les effets indésirables graves (29 et 23 : +6) et les décès (63 et 50 : +13) ont paru plus fréquents sous traitement. La prise en charge explique l’effet placebo...75

* Une synthèse publiée en 200576 démontre que dans les 22 essais publiés contre placebo, l’amélioration moyenne est plus que modeste, variant de 1,5 à 3,9 points sur une échelle qui en comprend 70, en deçà du chiffre de 4 exigé par la FDA.77 Il est déjà scandaleux qu’une si faible amélioration absolue soit suffisante pour obtenir l’AMM…

Si on prend en compte le biais de publication et les défauts méthodologiques (EIM latéraux atropiniques menant aux sorties d’essai, etc. pat), on peut raisonnablement conclure que ces produits ne présentent pas un rapport bénéfices : risques justifiant leur utilisation dans l’Alzheimer. Sans compter les coûts, qui réduisent les argents disponibles pour payer la prise en charge en institution, laquelle fait trop souvent cruellement défaut

* Prescrire conclut que ‘En pratique, le donezepil au long cours n'a pas d'intérêt chez les patients atteints d'une forme légère à modérée de la maladie d'Alzheimer. On ne peut espérer rien de mieux avec les autres anticholinestérasiques’. Et pourtant nos assureurs publics comme privés continuent à rembourser. Les médicaments actuellement promus ne sont pas basés sur un mécanisme d’action rationnel car on ignore encore la physiopathologie fondamentale de cette maladie...

Doit-on continuer de produire des me-too de l’Aricept® (donezepil) pour inhiber l’acétylcholinestérase, enzyme qui inactive l’acétylcholine, un neurotransmetteur dont le ‘déséquilibre’ n’est pas la cause de l’Alzheimer... Aucun ne remplace les neurones cholinergiques perdus et aucun n’empêche la progression de la maladie78 

 

ALZHEIMER : SCREENING CAMPAIGNS Dépistage
campagnes de dépistage de l’Alzheimer
N.d.T L'usage du mot campagne vient du vocabulaire militaire où il se réfère à l‘ensemble des opérations militaires sur un théâtre d'activité et à une époque déterminée79

* C'est le discours des promoteurs de campagnes de dépistage que la détection précoce améliore l’évolution : on fera des diagnostics précoces (parfois erronés), on fera participer ces gens à des essais de nouveautés visant des critères de substitution non validés (dépots amyloïdes et co.), on continuera en attendant de leur donner des Aricept™ et co., au lieu de dépenser en recherche fondamentale sur la mémoire, sur l'épidémiologie des facteurs favorisants et de l'environnement, au lieu de financer le soutien des aidants naturels qui sont souvent encore plus malheureux que les aidés déments

 

ALZHEIMER AND ITS SO-CALLED PATIENT ASSOCIATIONS Associations de patients sponsorisées – Promotion indirecte
l’Alzheimer et ses soi-disant associations de patients
« Un récent article de Médiapart (21/10/11) chiffre à 250 millions d’euros par an en France le coût des anti-Alzheimer à l’utilité desquels personne ne croit, hormis les associations de patients (sic) manipulées par les fabricants »80

* Depuis quand peut-on d’une part souffrir véritablement de cette maladie, mais d’autre part s’organiser en association, préparer des réunions, élire des directeurs, administrer un budget, piloter des pétitions, utiliser les médias, demander des subventions, lancer des campagnes de souscription, recruter de nouveaux membres… ? Même des gens en parfaite maîtrise de leurs moyens ont des difficultés à accomplir ces tâches, et dans cette maladie il y a perturbation des fonctions exécutives comme faire des projets, organiser, ordonner dans le temps, avoir une pensée abstraite, etc.

 

ALZHEIMER AND ITS SO-CALLED PREVENTIVE DRUGS
“Firm conclusions cannot be drawn about the association of modifiable risk factors with cognitive decline or Alzheimer’s disease. There is an absence of highly reliable consensus-based diagnostic criteria for cognitive decline, mild cognitive impairment, and Alzheimer’s disease, and the available criteria have not been uniformly applied…

There is insufficient evidence to support the use of pharmaceutical agents or dietary supplements to prevent cognitive decline or Alzheimer’s disease … Cholinesterase inhibitors are the most common treatment for mild to moderate Alzheimer’s disease and have been the focus of several RCTs evaluating prevention of Alzheimer’s disease. Although there is some disagreement in the literature, the entire body of evidence led us to conclude that this class of drugs is not effective in preventing Alzheimer’s disease81

“Examine the documents supporting the Food and Drug Administration's approval of Aricept®, and you will see upon what a slim reed this drug's empire was built on. Those taking the drug scored, on average, 3 points better on a 70-item cognitive assessment scale. That's about a 4% difference. And the differences disappear when the drug is discontinued - indicating that the drugs ’do not represent a change in the underlying disease’. At best, these effects may be only marginally more effective against dementia than garlic was against the Black Death in the 14th century”82
l’Alzheimer et ses soi-disant médicaments préventifs
« Les anticholinestérasiques ne retardent pas l’entrée en institution et augmentent la mortalité »83

 

ALZHEIMER AND RIVASTIGMINE Gérontovigilance
Alzheimer et rivastigmine
« Chez les patients atteints de
démence liée à la maladie de Parkinson, la balance bénéfices-risques de la rivastigmine (Exelon™) est défavorable. Chez les patients atteints de la maladie d’Alzheimer, il n’y a pas grand-chose à attendre à long terme de la rivastigmine, qui ne freine pas la maladie »84

 

ALZHEIMER AND THE AMYLOID HYPOTHESIS Cul de sac intellectuel
* The Alzheimer (AD) amyloid hypothesis is stuck in an intellectual cul-de-sac :85 that those plaques made of a natural physiological protein in the brain, vital to synaptic function, are causally related to AD. So called ‘senile plaques’ are made of fibrillar amyloid, long, twisted and insoluble proteins. But the hypothesis has not been validated :

a) about 30% of individuals with moderate to severe senile plaques at death were never demented in life. So the plaques of fibrillar amyloid don’t necessarily lead to dementia
b) the majority of people diagnosed with dementia have a mix of two pathologies in their brain – fibrillar amyloid plaques and vascular disease

d) The first incarnation of a vaccine was based on active immunisation, relying on the body to raise antibodies to a foreign amyloid challenge. After 6% of
participants developed severe brain inflammation, the trial was called off. In those patients who mounted a strong immune response upon vaccination, autopsy showed there was indeed evidence of removal of senile plaques from their brain but their dementia progressed unabated

e) Then a form of a passive vaccination was attempted.86 In August 2012 results of Phase III trials - a series of clinical trials of bapineuzumab involving 2400 patients – showed no evidence of clinical efficacy on any cognitive or functional outcome, putting an end to future trials

f) In conclusion, the clinical disorder of dementia decouples from the disease state of fibrillar amyloid plaques. There are now serious questions about whether fibrillar amyloid has a causal relationship with neuronal loss and related mental dysfunction. So any drug attempting to rid the brain of it is suspect87
Alzheimer et l’hypothèse amyloïde

 

ALZHEIMER BY PRESCRIPTION Gérontovigilance – Faux diagnostics
* Polypharmacy in the aged can mimick some of the presenting symptoms of Alzheimer disease
Alzheimer sur ordonnance
« On se rend compte que la
surmédicamentation des sujets âgés peut en imposer pour des Alzheimer - qui ‘guérissent’ spectaculairement si quelqu’un a la géniale idée de stopper les médicaments administrés - La surmédicalisation des sujets âgés rend compte d’un apparent accroissement du nombre des Alzheimer, de plus en plus de sujets étant rendus déments par le nombre incroyable de médicaments qu’ils reçoivent … [Seraient-ce des] Alzheimer sur ordonnance? »88

 

ALZHEIMER CLINICAL TRIALS AND SO-CALLED INFORMED CONSENTS Éthique de la recherche
* no comments
essais cliniques dans l’Alzheimer et consentements soi-disant éclairés
* sans commentaire

 

ALZHEIMER DIAGNOSIS MISCONCEPTIONS IN CURRENT CLINICAL RESEACH Biomarqueurs non validés – Éthique de la recherche ignorée – Critères diagnostiques de sélection non pertinents – Validité externe viciée
* Misconceived Alzheimer prevention carries the risks of ill advised trials and misleading promotion afterwards
« The current focus on early intervention trials in Alzheimer’s disease (AD) research raises particular ethical issues. These arise out of problems of validating study results and translating them into general practice for one thing and out of unwanted effects of an uncertain diagnosis for diagnosed people for another.

The first addresses the demands of scientific research compared to those of medical practice, questioning how the medical value of clinical trials is evaluated. The second relates the scientific and medical value of early intervention trials to the normative value of an
uncertain diagnosis. Are people who are diagnosed with a potential early form of AD in clinical studies patients proper — although they would not have been diagnosed with the given ‘disease’ in non-research-oriented medical settings?

The very problem of framing this question in terms of diagnostic misconceptions connects conceptual with ethical issues of research into preclinical stages of neurodegenerative diseases »
89, writes German ethicist Kutschenko in 2011

« Unproven biomarkers for AD are used for determining eligibility for clinical trials rather than a clinical diagnosis (a strategy that is pharma's best friend). Kutschenko raises the some of the frightening ethical implications of an uncertain diagnosis… In this age of unreliable biomarkers, genetic testing with vague results (disease predisposition), unproven diagnostic tools (brain scans, etc), the risks of recruiting people to take part in drug trials for AD based solely on the positive results of any one or all of these diagnostic criteria are much too high»90
idées fausses sur le diagnostic de la maladie d’Alzheimer pour fins de recherche clinique
* La prévention mal conçue de l’Alzheimer entraîne les risques liés à une expérimentation déraisonnable et une promotion trompeuse par la suite

 

ALZHEIMER DRUGS IN LONG TERM CARE UNITSAlzheimer - Gérontovigilance
produits (soi-disant) anti-Alzheimer en unités de soins longue durée / en USLD
* Nommés à tort anti-Alzheimer, ces produits n’en ciblent pas le mécanisme cérébral perturbé, lequel est encore à découvrir, et ne peuvent ni retarder, ni guérir. Il n’y a guère de place en USLD pour ces produits, donépézil (Aricept®), rivastigmine (Exelon®) et galantamine (Galantyl®, Reminyl®).

Ils ne devraient à la limite être remboursés que dans des cas rares, pour une période de temps limitée, dans certaines formes ou stades, évalués périodiquement par un clinicien compétent en psycho-gériatrie - c’est stipulé dans la monographie canadienne91 - et imperméable à la promotion véhiculée par les fabricants et les collègues leaders d’opinion qui s’en font les complices efficaces.

Ces produits ne visent que certains symptômes ou l’amélioration des réponses à des questionnaires qui ont peu à voir avec la physiopathologie fondamentale de l’Alzheimer, qui nous échappe encore, et encore moins avec l’autonomie, mais qui produisent eux-mêmes d’autres symptômes nuisant à la qualité de vie [et causant parfois la mort]...

À titre d’exemple, cette observation clinique d’un ralentissement du pouls avec syncope déclenchant une hospitalisation : lorsqu’on reprend la médication fautive au retour en ULSD, aucun médecin, en amont comme en aval, ne soupçonne l’étiologie médicamenteuse92.

Il y a plus de syncopes par bradycardies, plus de poses de stimulateurs cardiaques et de fractures de la hanche chez les sujets exposés à ces produits, ceux-ci étant abusivement promus pour retarder la perte d’autonomie, alors que cette indication n’est plus pertinente, puisqu’il s’agit de sujets déjà non autonomes et que de toute façon…
« Les médicaments de la maladie d’Alzheimer sont inefficaces sur les comportements perturbateurs de la maladie »93

 

ALZHEIMER EVANGELICAL FRAUDSTER MédicalisationDépistages intempestifs
= a physician who promotes currently approved and useless Alzheimer drugs and is particularly too quick to diagnose the disease. His proclaimed generalizations and assumptions are cause for great worry. He tells seniors about a test they can take after his talk, right there, in private. If anyone answers ‘yes’ to at least 6 of the 18 questions, then they may have mild cognitive impairment and are at risk of developing Alzheimer’s…

By going directly to the elderly instead of waiting for them to come to him, he targets the undiagnosed, those whose memories have barely begun to slip. By signing them up for clinical trials, he gets them cutting-edge treatment right away (sic). These trials, he says, are their only hope, because only a medication not yet on the market has even a snowball’s chance of arresting or abating a disease that will otherwise kill them94

 

ALZHEIMER IN 2004
L’Alzheimer en 2004
« Donezepil (Aricept™) au long cours : pas d’intérêt dans la maladie d’Alzheimer »95

 

ALZHEIMER IN 2005
« The scientific basis for recommendations of cholinesterase inhibitors for the treatment of AD is questionable »
96
L’Alzheimer en 2005

 

ALZHEIMER IN 2007
« No significant difference between the effects of donepezil and those of placebo… donepezil was not more effective than placebo… our trial suggest that the cholinesterase inhibitors do not represent an effective alternative treatment for clinically significant agitation », conclude the authors of a non vendor-sponsored trial
97
L’Alzheimer en 2007

 

ALZHEIMER IN 2008 Psychogériatrie
« Rhetoric in all 13 vendor-supported trials of donepezil (Aricept®) was strongly positive… Vendor influence on the rhetoric of vendor-supported RCTs is a valid concern. Rhetorical enthousiasm about donepezil is present if and only if there is vendor support. Employees of the vendors of donepezil are authors of all but one of the vendor-sponsored RCTs »98 according to a review of the rhetorical techniques used in presenting trial outcomes

* Causes remain unkown; screening is manipulated with suggestions that drugs may prevent development or delay progression of the disease; so-called biomarkers are not validated as surrogate criteria; most RCT mental tests are not validated for Alzheimer and are not used in daily practice; drugs prescribed under promotional influence cause more harm than good; vendor-supported trials are ghostwritten; and human, psychological and social support remain the key to patient management

l’Alzheimer en 2008
« La cause de la maladie n’est pas connue… de nombreux médicaments psychotropes ou atropiniques sont susceptibles d’aggraver les troubles cognifitifs… le diagnostic est difficile… des affections autres que la maladie s’expriments par une démence… diverses pathologies réversibles sont parfois confondues avec une démence… on ne dispose d’aucun traitement empêchant la progression… l’intérêt des médicaments [dits anti-Alzheimer] est marginal… la prise en charge humaine, psychologique et sociale est capitale… les anticholinestérases ne semblent retarder ni l’entrée en institution ni la perte d’autonomie et ont des EIM parfois graves… »99

 

ALZHEIMER IN 2009 Psychogériatrie
* same as last year
L’Alzheimer en 2009
* La cause est inconnue, aucune médication ne freine sa progression, le dépistage est dévoyé; les soi-disant biomarqueurs ne sont pas validés comme critères de substitution, pas plus que la plupart des instruments de mesure; les médicaments utilisés sous l’effet de la promotion causent plus de tort que de bien; seule la prise en charge humaine, psychologique et sociale demeure fondamentale

 

ALZHEIMER IN 2010 Psychogériatrie
* same situation as in 2009
l’Alzheimer en 2010
* La cause est inconnue, aucune médication ne freine sa progression, les soi-disant biomarqueurs ne sont pas validés, le dépistage par questionnaire ou soi-disant biomarqueur non validé est biaisé, les médicaments utilisés sous l’effet de la promotion causent plus de tort que de bien; la prise en charge humaine, psychologique et sociale est la clé

 

ALZHEIMER IN 2011 Psychogériatrie
* same old story
l’Alzheimer en 2011
* La cause demeure inconnue, aucune médication ne freine sa progression, le dépistage par questionnaire ou soi-disant biomarqueur non validé est trompeur, les médicaments (utilisés sous l’effet de la promotion) causent plus de tort que de bien; la prise en charge humaine, psychologique et sociale est capitale100
* En fin d’année, la
Haute Autorité de Santé (FR) ne recommande plus le dépistage dans l’article 2.1 de ses nouvelles recomandations :

« Dans l’état actuel des connaissances et avec les moyens actuels du système de santé, le dépistage de la maladie d’Alzheimer ou apparentée n’est pas recommandé en population générale »101
«  En 2011, la Commission de la transparence (FR) a abaissé la cotation du service médical rendu des 4 médicaments (donépézil, galantamine, rivastigmine, mémantine), d’important à faible, du fait que l’intérêt de santé publique rendu par les traitements spécifiques de la maladie d’Alzheimer n’est toujours pas démontré »102

 

ALZHEIMER IN 2012
* Active and passive immunization trials against amyloid plaques turned out negative. The amyloid hypothesis has been proved to be wrong and nicknamed an intellectual cul-de-sac
Voir ALZHEIMER AND THE AMYLOID HYPOTHESIS

« About half of the patients who are prescribed cholinesterase inhibitors, however, discontinue them within a year, apparently because of a perceived lack of efficacy and adverse effects such as anorexia, weight loss, agitation, bradycardia, and syncope »103
« Some consider current therapies ineffective to the point of uselessness… most of the currently available drugs are ineffective, and therefore, unmarketable »104, writes a stock investment site in 2012, yet…
l’Alzheimer en 2012
« Début 2012, on ne connaît pas de traitement qui freine l’évolution de la maladie d’Alzheimer »105 et on ne connaît pas d’intervention de quelque nature qui retarde l’apparition de la maladie. L’immunisation active ou passive contre les dépôts amyloïdes s’est avéré inefficace lors d’essais cliniques

* Mais on finance, parfois en PPP, des recherches cliniques sur des critères intermédiaires non validés, avec des molécules qui seront abandonnées les unes après les autres, au détriment des patients participants à ces essais mal orientés et pourtant autorisés par les agences du médicament. Et on finance, parfois en PPP, le dépistage précoce et les essais de molécules à visée préventive alors qu’on n’en a même pas à visée curative ou symptomatique, et que l’on n’a pas encore éclairci le mystère de la physiopathologie de cette maladie

 

ALZHEIMER SCREENING Dépistage injustifié
dépistage de l’Alzheimer

 

ALZHEIMER SOCIETY OF CANADA Association de patients sponsorisée
Société Alzheimer du Canada

 

ALZHEIMER SURROGATES Critères de substitution
Alzheimer surrogate endpoint / outcome measures

« Firm conclusions cannot be drawn about the association of any modifiable risk factor with cognitive decline or Alzheimer’s disease
106»
« FDA eased guidelines on the Alzheimer's patients who could be recruited for studies of drugs that aim to reduce levels of amyloid in the brains of patients… Investigators are operating on assumptions: In this case that this biomarker (i.e. amyloid) for Alzheimer's is also the best drug target. There's no conclusive proof that's the case107 »
critères de substitution dans l’Alzheimer
* pour l’instant il n’y en a pas de validés pour utilisation en pratique courante

 

AMBULATORY MEDICAL PRACTICE Pratique
outpatient medical practice
(pratique de la) médecine ambulatoire
« L'évolution des techniques et des traitements conduit à réduire de plus en plus les hospitalisations ‘classiques’, en nombre et en durée. La prise en charge ambulatoire d'un malade préserve son autonomie, en le maintenant le plus possible à son domicile. Le patient continue à vivre chez lui tout en se rendant régulièrement dans un établissement de soins où il voit un médecin en consultation, subit une exploration ou un traitement »108

 

AMERICAN MEDICAL ASSOCIATION; AMA (USA) Association professionnelle
Association étatsunienne des médecins

 

AMERICAN PSYCHOPHARMACOLOGICAL ASSOCIATION Ironie
* Nickname of the American Psychiatric Association, given by Loren Mosher, former head of shizophrenia research at the National Institutes of Health (USA)
Association américaine de psychopharmacologie
« Loren Mosher, un homme qui mérite notre profond respect pour ce qu’il a réalisé à la tête de la branche de recherche sur la schizophrénie aux National Institutes of Health, a résigné son appartenance à l’American Psychiatric Association, protestant contre sa corruption, l’appelant l’American Psychopharmacological Association »

 

ANAPHYLACTOID REACTION Allergovigilance
réaction anaphylactoïde
/ pseudo-allergique
* son mécanisme d'action n'implique pas les anticorps de l'organisme mais implique néanmoins directement la libération de médiateurs des mastocyles (histamine et autres). La présentation clinique est celle d'une réaction immuno-allergique. Elle peut être localisée ou généralisée. Le choc anaphylactique fatal est tout aussi possible que dans les réactions immunologiques proprement-dites

 

ANAPHYLACTOID SHOCK Allergovigilance
= anaphylactic-type shock, usually drug-induced, involving the liberation of the same chemical mediators without the intervention of IgE (immunoglobulin E) antibodies
* It is the main feature of an
anaphylactic reaction and can be fatal in the first 30-60 minutes
choc anaphylactoïde

 

ANATOMICAL THERAPEUTIC CHEMICAL CLASSIFICATION OF DRUGS - Pharmacologie
ATC classification of drugs
Classification anatomique thérapeutique chimique des médicaments
classification ATC des médicaments

 

ANATOMY OF AN EPIDEMIC : Magic Bullets, Psychiatric Drugs, and The Asthonishing Rise of Mental Illness In AmericaLivre
Robert Whitaker. New-York Crown (Randon House): 2010 - 404 pages
Voir aussi HOW DEPRESSION HAS BECOME AN EPIDEMIC

Anatomie d’une épidémie
(Traduction libre du titre)
* Traite de la maladie mentale aux États-Unis et de l’idéologie de sa médicalisation et de sa médicamentation à outrance. Très bon livre. Son message rejoint celui de Philippe Pignarre dans Comment la dépression est devenue une épidémie paru en 2001

 

ANCILLARY ANALYSIS Statistique
analyse ancillaire / secondaire

 

ANECHOIC EFFECT Complicité - Autocensure
Voir aussi ACADEMIC SILENCE
« For years, we have been discussing the anechoic effect, the notion that certain topics in medicine and health care just aren't talked about.  We have discussed the particular topics that are taboo, particularly those that might offend or threaten health care leaders who have been deriving immense personal advantage from their positions.  These include specific cases of bad behavior by large health care organizations, involving mismanagement, self-interest, conflicts of interest, deception, intimidation, and outright corruption that provoke no echoes…

The concentration and abuse of power in health care fail to produce any responses, or echoes.  Last month, an article with the provocative title, ‘Elephants in Academic Medicine’ by Souba et al109 addressed the anechoic effect, but was unable to discuss what people in academic medicine cannot discuss »110

« No one within either the regulatory or professional communities is willing to say that science has never been the dominant force in decision-making about therapeutic products ; it has been peculiar quirks of history, economic structures like patent laws, cultural biases and power struggles and the like which have determined which products go one way, and which products go the other »111
effet anéchoïque

 

ANGIOTENSIN CONVERTING ENZYME INHIBITOR; ACEI Classe pharmacologie d’antihypertenseur
inhibiteur de l’enzyme de conversion de l’angiotensine; IECA
* le profil pharmacothérapeutique est pratiquement identique à celui des ARA (antagonistes des récepteurs de l’angiotensine)

 

ANGIOTENSIN RECEPTOR ANTAGONIST; ARA Classe pharmacologie d’antihypertenseur
antagoniste des récepteurs de l’angiotensine; ARA
* les ARA ne causent pas de toux sèche, comme le font parfois les IECA (inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine) chez certaines personnes, mais coûtent habituellement plus cher

 

ANNUAL CHECK-UP VISIT Médicalisation – Dépistages
routine check-up visit; annual check-up
“An annual physical examination is entirely useless112
« When so many people lack adequate access to medical care for their manifest health needs, is it justifiable that routine disease check-up visits are approaching half of all medical visits in the USA ?113»

« 
Many older people, often retired, are summoned by their general practitioner for an annual health check. They may feel reasonably well but may be told they have hypertension or diabetes or high cholesterol … Many of these are told to have more investigations. Eventually, most are started on pills. Few seem to be considered not at risk for something. Thus, of those who thought themselves healthy, a number will return home as patients »114
bilan médical annuel / de routine;
visite annuelle pour bilan médical
« Alors que tant de gens sont privés d’accès aux soins pour des besoins médicaux manifestes, comment justifier que les bilans de routine constituent près de la moitié des consultations médicales aux ÉU? »
« D’importantes associations de médecins américains réclament l’abandon du bilan de santé, estimant que celui-ci n’est d’aucune utilité pour l’individu examiné »
115

 

ANNUAL DRUG SAFETY REPORT Réglementation - Pharmacovigilance
rapport annuel de synthèse de pharmacovigilance
* produit par les détenteurs d’AMM et soumis aux agences de règlementation

 

ANOSOGNOSIA INDUCED BY MEDICATION EIM
= unawareness or denial of a neurological deficit, resulting from psychoactive substances116
anosognosie médicamenteuse
= méconnaissance d’un déficit neurologique, induite ou exagérée par des produits psychoactifs
* à titre d’exemple, une victime d’AVC récent nie la paralysie de son côté droit

 

ANTIBIOTHERAPY : IMMEDIATE OR DEFERRED? L’ordonnance rationnelle
antibiothérapie : d’emblée ou différée ?
* question qui se pose souvent en pédiatrie après un diagnostic d’otite moyenne aiguë ou en médecine générale après un diagnostic de sinusite aiguë présumée virale

 

ANTIBIOTIC RESEARCH: POOR RELATION OF INDUSTRY Orientation de la recherche
antiobiotic research is neglected by industry
Since the 1990s, when pharma found itself twisting and turning down blind alleys, it has not shown a great deal of enthusiasm for difficult antibiotic research. And besides, because, unlike with heart medicines, people take the drugs for a week rather than life, and because resistance means the drugs become useless after a while, there is just not much money in it117

« Beyond the slowdown in developing new antibiotics – 13 new categories of antibiotics were discovered between 1945 and 1968 and just two new ones since then… Only four of the twelve largest global drug companies are researching new antibiotics. The last company to drop out was Pfizer, closing its Connecticut antibiotics research center, laying off 1200 employees and moving operations to China…

When the drug companies balked at spending money to discover anti-malaria drugs for our soldiers during the Vietnam War, the Pentagon opened its own research section at Walter Reed Army Hospital and developed several effective medicines itself »118
la recherche sur les antibiotiques: parent pauvre des entreprises

 

ANTIBODY RESPONSE Immunologie
production d’anticorps ; réponse immuniaire

 

ANTICHOLINERGIC Classe pharmacologique
anticholinergique
atropinique; qui mime l’action de l’atropine
* la majorité sont antimuscariniques (comme l’atropine), une minorité est antinicotinique
* l’effet pharmacologique peut être recherché (comme pour l’ipratropium ou Atrovent™ dans la maladie pulmonaire obstructive chronique ou MPOC), ou indésirable

 

ANTIDEPRESSANT OVERUSE Surmédicamentation
« Between 1996 and 2007, the proportion of visits at which antidepressants were prescribed but no psychiatric diagnoses were noted, increased from 59.5 %  to 72.7 % [USA]… Antidepressants are being prescribed for uses not supported by clinical evidence119»
« Census data from 2001 indicated that 4,7% of Australians were on or had recently used antidepressants… Olfson and Marcus reported that in 2005, 1/10 Americans over the age of 6 were on antidepressant medication120» 

Where once farmers knew to keep their cattle out of fields growing the serotonin reuptake inhibiting weed, St John's Wort, as it caused miscarriages, under industry influence women have been herded by doctors in exactly the opposite direction121
surprescription des antidépresseurs
* en première ligne et en psychiatrie

 

ANTIDEPRESSANT SALES IN DENMARK Antidépresseurs ISRS – Révision d’utilisation de médicaments
ventes d’antidépresseurs au Danemark
« Entre 1992 et 2007, les ventes d’ISRS ont augmenté linéairement par un facteur de 18, atteignant 44 DDD (Defined Daily Doses) par 1 000 habitants, tandis que le nombre de ces produits mis sur le marché avait augmenté de 16 fois, suggérant que les pressions du marketing exercent un rôle important. Le niveau actuel de la consommation de ces produits ne peut s’expliquer par une augmentation comparable de la prévalence de la dépression »122

 

ANTIDEPRESSANT-INDUCED EXCITATION AND DISCONTINUATION SYNDROMES EIM
« The propaganda exercises by SSRI manufacturers serve to distract attention away from the emerging morbidity and mortality associated with SSRI excitation syndrome (akathisia, etc.) and discontinuation syndrome (withdrawal manifestations, often at the source of SSRI dependence) »123
Voir aussi AKATHISIA et TOXIDROME
syndromes d’excitation et de sevrage par antidépresseurs

 

ANTIDEPRESSANT-INDUCED HALLUCINOSIS - EIM
hallucinose par antidépresseurs

 

ANTIDEPRESSANT-INDUCED TARDIVE DYSPHORIA EIM
= chronic depressive or dysphoric syndrome related to prolonged antidepressant consumption124
dysphorie tardive induite par antidépresseurs
* le traitement est la réduction progressive de l’antidépresseur suspect sous surveillance médicale jusqu’à sa cessation

 

ANTIDEPRESSANTS : LONG TERM EFFECTS EIM
effets au long cours des antidépresseurs
« Voilà des médicaments largement prescrits dont on connaît finalement peu les effets à long terme. Une large étude de cohorte britannique a étudié près de 55 000 sujets suivis pendant 1 an. Par rapport à l’ensemble des autres antidépresseurs, les sérotoninergiques (IRS) sont associés à plus de chutes (+66%) et d’hyponatrémie (+52%)...

Par rapport aux sujets sans antidépresseurs, l’utilisation des autres antidépresseurs (antidépresseurs non imipraminiques, non IMAO et non sérotoninergiques) est associée à plus de mortalité totale (+66%), de risque suicidaire (+ 416%), de fracture (+64%) ou de crise comitiale (+124%). Le risque absolu de décès toute cause à 1 an est 7% sans antidépresseur, 11% avec IRS ou les autres antidépresseurs »125

 

ANTIDEPRESSANTS AND GENOTYPES CYP450 Pharmacogénomique - Pharmacocinétique
“Prescribing antidepressants without knowing about CYP450 genotypes is like giving blood transfusions without matching for ABO groups”126
antidépresseurs et génotypes CYP450

 

ANTIDEPRESSANTS AND MASSACRES, HOMICIDE AND SUICIDES MEDIA STORIES Antidépresseurs et violence
« Pharmacovigilantes Meysenburg and Bostock have collated information from over 4 600 media stories of massacres, homicides, suicides and school and college shootings dating back to 1966 involving antidepressants old and new » 127
Voir aussi ANTIDEPRESSANTS AND MURDER
antidépresseurs : histoires médiatisées de massacres, meurtres et suicides

 

ANTIDEPRESSANTS AND MEDICATION SPELLBINDING Sevrage
antidépresseurs et envoutement médicamenteux
* expression de Peter Breggin, appliquée aux difficultés du sevrage aux antidépresseurs, que les patients confondent avec un effet rebond

 

ANTIDEPRESSANTS AND MURDER EIM – Antidépresseurs et violence – Vignette clinique
« For the first time in North American criminal history, a
murder has been attributed to an anti-depressant drug. In the finding, handed down on the 16.9.2011, a Canadian Judge said that he was satisfied that a 16 year old boy, who stabbed his brother’s friend in the stomach, would not have committed the offence had he not been treated with the drug Prozac™ (fluoxetine). The judge accepted the evidence of psychiatrist Peter Breggin who told the court that the boy’s symptoms were consistent with a Prozac™ Induced Mood Disorder with Manic Features...

In delivering his decision the judge stated,
His basic normalcy now further confirms he no longer poses a risk of violence to anyone and that his mental deterioration and resulting violence would not have taken place without exposure to Prozac™’...

The boy, who had no history of violence, had been taking fluoxetine for 3 months. Over this period, his parents observed a marked deterioration in his behaviour and mood which included acts of violence and self-harm where previously no such signs existed. His alarmed parents returned to his doctor for advice. Instead of taking him off Prozac™ or reducing his dosage, his doctor increased the dose, obviously believing more of what appeared to be causing these dangerous behaviours, would solve the problem »128
antidépresseurs et meurtre
* Danc cette vignette clinique regrettable, la réaction inadaptée du prescripteur devant l’émergence de la violence sous fluoxétine, constitue un bon reflet de la faillite de la formation médicale continue impliquant les psychotropes en général et les antidépresseurs en particulier

 

ANTIDEPRESSANTS AND SEX FUNCTION EIM
« The most obvious thing SSRIs do is change sexual functioning — almost all people on an SSRI will notice some change within hours of having had it. Ian Hindmarch’s women volunteers in Leeds in 1983 almost certainly all had changes in their sexuality or sexual behavior. Delayed orgasm is extraordinarily common to begin with; reduced libido comes later »129
antidépresseurs et fonction sexuelle

 

ANTIDEPRESSANTS DURING PREGNANCY Tératovigilance
“In recent years, a number of authors have advocated the merits of conducting randomized controlled trials of 11 antidepressants in women with nervous disorders during the prenatal period. However, a critical review of the literature indicates that 12 randomized clinical trials are not justifiable. At a time when it has become clear that a significant proportion of the existing literature on the use of 13 pharmaceutical agents is ghostwritten, ethicists and others making assertions that RCTs are needed, risk becoming part of an apparatus that plays down the hazards of treatment and promotes the use of treatments that may be harmful130
antidépresseurs durant la grossesse

 

ANTIDEPRESSANTS IN SEVERE DEPRESSION Inefficacité
« One of the things that seems wrong is the idea that antidepressants work for severe depression. It is widely known that companies did not study their drugs in hospital settings because they knew the drugs did not work in more severe cases »131
les antidépresseurs dans la dépression majeure
* Exemple démonstratif du fait que les conditions expérimentales en pharmacologie clinique sont artificielles, entre autres par la sélection des participants. Un argument appuyant l’hypothèse que l’effectivité (efficacité sur le terrain) est pratiquement toujours moindre que l’efficacité démontrée en essais cliniques

 

ANTIDEPRESSANTS’ EFFICACY
« FDA’s assessment of the data from all placebo-controlled trials of antidepressants, as of 2006, is that these trials combined show an odds ratio for a benefit of antidepressant over placebo as follows: In 18–25 year olds: 1.54 - In 25–64 year olds: 1.84 - In 65 years and over: 1.39 »132, which means antidepressants are respectively 54%, 84% and 39% more effective than a placebo under experimental conditions that are necessarily artificial ; results of negative trials often remain hidden in company files. Effectiveness (efficacy in usual practice) is predictably lower, and the odds of adverse reactions are numerous and higher 

 

ANTIHEMORRAGHIC DRUG Classe pahrmacothérapeutique
hemostatic drug
médicament hémostatique
médicament antihémorragique

 

APPETITE SUPPRESSANT Classe pharmacologique
coupe-faim

 

APPLICATION DATA AMM - Règlementation
New Drug Application / NDA data / dossier (USA); Marketing Authorization data / MA data / dossier (UK); New Drug Submission / NDS data / dossier (CA)
* Much of it is still kept secret, a secret shared by the sponsors and the regulators…
dossier d’AMM
dossier d’évaluation clinique de l’AMM

 

APPLICATION FOR MARKETING AUTHORIZATION Règlementation – AMM
New Drug Application (USA)
demande d’autorisation de mise sur le marché / d’AMM

 

APPLIED CLINICAL RESEARCH Essais à visée pragmatique
recherche clinique appliquée

 

APPLIED PHARMACOVIGILANCE Pharmacovigilance
special pharmacovigilance
pharmacovigilance appliquée
1) AUX PRODUITS :
a) catégories : médicaments, dispositifs, vaccins, produits sanguins, etc. d’où la pharmacovigilance, la matériovigilance, la vaccinovigilance, l’hémovigilance …
b) classes : anticoagulants, corticoïdes …
c) produits : paroxétine, clopidogrel, dabigatran …

2) AUX ÉVÈNEMENTS :
a) types d’EIM et de pathologies induites : les allergies, les éruptions, les démences, les hépatites, les neutropénies…
b) types de sytèmes atteints : immunitaire, cutané, nerveux, hépatique, sanguin, etc. d’où l’allergovigilance, la dermatovigilance, l’hépatovigilance, la néphrovigilance, l’hématovigilance…

3) AUX PATIENTS :
a) périodes de la vie : grossesse, vieillesse, etc., d’où la tératovigilance, la gérontovigilance…
b) situations physiologiques : poids, fonction rénale, fonction hépatique, polymorphisme enzymatique, allergies et immunité…
c) indications : cancer, dépression, hypertension, arthrite, Sida, infection, diabète…

N.d.T. on dit aussi pharmacovigilance spéciale, par opposition à pharmacovigilance générale

 

APPROVABLE LETTER (USA) Réglementation - AMM
lettre d’autorisation conditionnelle
= terme règlementaire (ÉU) qui signifie que la FDA est prête à accorder l’AMM à certaines conditions

 

APPROVAL HISTORY Réglementation - Autorisation
historique d’approbation
/ d’agrément
= déroulement chronologique des décisions (
approval actions) de l’Agence du médicament dans l’évaluation d’un dossier d’AMM

 

APPROVAL LETTER (USA) Réglementation – AMM
lettre d’approbation

 

APPROVED LABELING Règlementation
*
Approved Labeling est un pléonasme. Voir LABEL (1)
monographie officielle

*
Monographie officielle est un pléonasme, mais rappelle au lecteur le caractère légal / règlementaire / contraignant de ces textes

 

ARROGANCE OF PREVENTIVE MEDICINE Prévention
“Preventive medicine displays all 3 elements of arrogance 
a) First, it is aggressively assertive, pursuing symptomless individuals and telling them what they must do to remain healthy. Occasionally invoking the force of law (immunizations, seat belts), it prescribes and proscribes for both individual patients and the general citizenry of every age and stage.

b) Second, preventive medicine is presumptuous, confident that the interventions it espouses will, on average, do more good than harm to those who accept and adhere to them.

c) Finally, preventive medicine is overbearing, attacking those who question the value of its recommendations. I place the blame directly on the medical ‘experts’ who, to gain private profit (from their industry affiliations), to satisfy a narcissistic need for public acclaim or in a misguided attempt to do good, advocate preventive maneuvers that have never been validated in rigorous randomized trials133, writes one of the founders of evidence-based medicine (EBM)

Clinicians need to be vigilant to avoid colluding with those who have vested interests in some preventive activities134
l’arrogance de la médecine préventive

 

ARZNEI-TELEGRAMM (A-T) Bulletin thérapeutique indépendant
« Facts and comparisons for rational therapy are provided by the Arznei-Telegramm (A-T), which was founded in 1970 as an independent information service for doctors and pharmacists ; its most important concern is the critical evaluation of benefits, risks and costs of medicines and therapeutic treatments »135
Télégramme du médicament (Traduction littérale du titre) ; Faits et comparaisons pour une thérapie rationnelle (Traduction libre du titre)
= bulletin thérapeutique allemand indépendant, à parution mensuelle, situé à Berlin
136 ; ce service d’information indépendant fut créé pour les médecins et les pharmaciens. La plus grande préoccupation du A-T est l’évaluation critique du bénéfice, des risques et des coûts des produits pharmaceutiques et des mesures thérapeutiques

« La revue a été fondée en 1970 par un groupe de médecins qui avaient d'abord distribué des tracts lors d'un congrès de médecine à forte présence publicitaire pharmaceutique. Devant tous les stands commerciaux, ils appelaient tous les professionnels de santé à chercher des sources d'information indépendantes et offraient des analyses indépendantes des médicaments vantés dans les publicités. L’esprit est resté le même. Preuve de sa totale indépendance,
Arznei-Telegramm a toujours été financée exclusivement par les abonnés, sans aucune subvention publique, ni financement industriel ou autre...

Très respectée en Allemagne et dans les pays germanophones, où elle constitue la principale référence pharmacologique indépendante, la revue est depuis plus de 40 ans toujours en première ligne dans le combat pour un usage rationnel du médicament, contre les conflits d'intérêts et contre toute forme de biais et d'influence sur les professionnels de santé. L'on trouve soit la revue, soit l’un de ses rédacteurs dans toute action significative sur ces sujets...

A-T est membre de l'union internationale des journaux pharmacologiques indépendants, International Society of Drug Bulletins (ISDB), ainsi que du Collectif Europe et médicament (Medicines in Europe Forum), qui réagissent en commun à des questions d'actualité internationale, s'opposant par exemple aux dérives contenues dans le ‘paquet pharmaceutique’ (proposition de directive de la Commission européenne, tendant à favoriser l'industrie pharmaceutique en matière de pharmacovigilance et d'information des usagers)...

A-T contient régulièrement aussi des articles thématiques à la fois synthétiques et avec des références détaillées (synchroniques et diachroniques), qui déconstruisent un par un les mythes et fictions du marketing pharmaceutique, mettant à nu toutes les composantes du
ghost management pharmaceutique, à tous les niveaux du système de recherche, de formation et d’information médicales. Le travail est fait au moyen d'analyses qui ne sont pas militantes, mais toujours parfaitement argumentées et actualisées en fonction de toute la littérature scientifique disponible et des critères de la médecine fondée sur le niveau de preuve »137

 

ASCOT, LIPITOR™ AND NNTs
« The ASCOT-LLA manufacturer-sponsored study addressed the benefit of atorvastatin 10 mg (a cholesterol-lowering drug) in patients with hypertension (high blood pressure) but no previous cardiovascular disease (primary prevention). The trial ran for 3.3 years, and during this period the relative risk of a ‘primary event’ (heart attack) was reduced by 36% (relative risk reduction, RRR). The absolute risk reduction (ARR), however, was much smaller, because the study group did not have a very high rate of cardiovascular events over the study period: 2.67% in the control group, compared to 1.65% in the treatment group...

Taking atorvastatin for 3.3 years, therefore, would lead to an absolute risk reduction of only 1.02% (2.67% minus 1.65%). The NNT to prevent one cardiovascular event would then be 99.7 for 3.3 years »138 or 329 patient-years for 1 benefit, 328 patients being treated for one year without benefit. In other words, there is no clinically meaningful benefit
Ascot, l’atorvastatine et le nombre de sujets à traiter (NST)
* considérant que le NST annualisé expérimental – 329 années-patients dans l’exemple ci-haut - doit raisonnablement être majoré de 50% au moins pour extrapoler le NST à la pratique courante, le NST annualisé ainsi corrigé (NSTc) serait de 494 années-patients, autrement dit le bénéfice serait cliniquement insignifiant

 

ASK YOUR DOCTOR
1. Promotion directe
« The sneak Ask Your Doctor campaigns are so successful at stimulating inappropriate demand139»
demandez à votre médecin
* expression couramment utilisée dans la promotion directe au public, légitime ou déguisée

2. Ordonnance rationnelle
« 
Ask your doctor to explain why you really need each of your prescriptions and what the side effects are… Don’t ask if you need the latest miracle drug being pushed on television140»
demandez à votre médecin

3. Médecine préventive
* Quand un patient se fait prescrire des produits à visée préventive au long cours ou des examens de dépistage, il conviendrait de demander le NST annualisé (nombre de sujets à traiter annuellement) ou le NSD (nombre de sujets à dépister). Chanceux est le patient dont le prescripteur en connaît un chiffre même approximatif …
demandez à votre médecin

 

ASPIRIN IN LONG TERM CARE UNITS Acharnement préventif
l’aspirine dans les unités de soins de longue durée
« Il n’y a guère de place pour l’aspirine en prévention cardiovasculaire primaire en USLD – en dosage dit de bébé et vendue en comprimés de 81 mg pour justifier un prix plus élevé que celui de l’aspirine ordinaire plus fortement dosée. En particulier chez les femmes, majoritaires dans ce milieu. Même chez les diabétiques.141

L’ASA-thérapie (prononcer azathérapie) comporte, toutes doses confondues, un risque d’hémorragies microscopiques quotidiennes du système digestif, pouvant contribuer à une anémie chronique, quand il ne s’agit pas d’une rare hémorragie gastrique ou intestinale. Le très faible risque de causer une hémorragie extra-crânienne est à peine moins grand que le trop faible effet protecteur d’une ASA-thérapie contre les accidents vasculaires, selon une méta-analyse parue en 2009.142

De sorte qu’en prévention primaire, l’indication demeure non fondée.143 Ce médicament de synthèse peut faire augmenter les risques de saignements digestifs et d'accident vasculaire cérébral (AVC) hémorragique. Pour ces raisons, même la Société canadienne de cardiologie144 déconseille depuis juin 2011 l’usage de l’aspirine en prévention primaire, même aux personnes atteintes de diabète »145

 

ASSERTIVE CONCLUSIONS Promotion - Rédaction
conclusions péremptoires
* elles font partie de la conflation, le gonflage des conclusions

 

ASSOCIATION MIEUX PRESCRIRE Groupe professionnel militant
* Owners of la
revue Prescrire and Prescrire International
Association Mieux Prescrire
= association professionnelle à but non lucratif militant en faveur d’une formation médicale continue (FMC) indépendante par la production de la
revue Prescrire (versions électronique, endisquée et imprimée) et sa version anglaise Prescrire International; par l’appui des bulletins thérapeutiques indépendants (ISDB) et du Collectif Europe Médicament.
*
Elle dénonce les programmes d’accompagnement, la FMC sponsorisée, le laxisme et l’hermétisme des agences de santé (FR, UE), la publicité directe, la panne d’innovation, les ordonnances irrationnelles, la corruption du savoir médical, les AMM hâtives, les retraits du marché tardifs ...

 

ASSOCIATION OF INNOVATIVE PHARMACEUTICAL MANUFACTURERS (FR) Entreprises
Les Entreprises du Médicament;
LEEM (FR)
* anciennement SNIP; équivaut à Rx&D au Canada, PhRMA aux ÉU, ABPI au RU, VFA en Allemagne

 

ASSOCIATION OF THE BRITISH PHARMACEUTICAL INDUSTRY; ABPI (UK) Entreprises
Association britannique de l’industrie pharmaceutique

 

AT ANY COST – Corporate Greed, Women and the Dalkon Shield - Livre
Morton Mintz. New York : Pantheon ; 1985 – 308 pages
« This book outshines recent others (see Engelmayer in exposing the issues and events surrounding the Dalkon Shield and its manufacturer, A. H. Robins Co. Mintz, a Washington Post journalist and veteran critic of industrial misconduct, brings his expertise to this issue of corporate moral responsibility. His text is pointedly accusing, based on meticulous research detailing the complicated interplay of corporate structure and federal regulation...

’The problem,' says Mintz, ’is not simply that corporations have
no conscience, but that they are endowed by law with rights beyond those allowed to the individual.’ »146

« The story of the Dalkon Shield [Intra Uterine Device] lays bare the perils inherent in a system that allows corporations to profit even if they put human beings at risk. The Dalkon Shield created a disaster of global proportions because a few men with little on their minds but megabucks made decisions, in the interest of profit, that exposed millions of women to serious infection, sterility, and even death »147
À tout prix – La cupidité des entreprises, les femmes et le stérilet Dalkon Shield (Traduction libre du titre du livre)

 

AT RISK CONDITION Pharmacovigilance
« Clinical condition at risk of a specific ADR »
situation (clinique) à risque
« Situation clinique à risque d’un EIM particulier »

 

ATOUTE FMC – Éthique - Pratique
atoute
(FR)
* Site web français qui propose des forums d’échanges médicaux et des articles sur la pratique, l’enseignement, la déontologie médicale, l’éthique de l’information médicale. Fondé en 2000 par le généraliste Dominique Dupagne, sans vocation commerciale. Fréquentation moyenne de 1.400.000 visiteurs uniques par mois, essentiellement sur les forums. Atoute148 se veut la figure de proue de la ‘Médecine 2.0’ francophone

 

ATRIAL FIBRILLATION Cardiologie – Prévention tertiaire
fibrillation auriculaire
N.d.T. : éviter fibrillation atriale
* Quelques médicaments peuvent en augmenter le risque.
* Certains anticoagulants peuvent en prévenir légèrement la complication qu’est l’embolie cérébrale par caillots formés dans les oreillettes, il s’agit d’une prévention tertiaire. Les antivitamines K sont les mieux évalués mais entraînent leur lot d’hémorragie et exigent un contrôle périodique de leur activité (mesure de l’INR sur prélèvement sanguin).

* Des anti-arythmiques au long cours peuvent aider au contrôle de la fréquence cardiaque (rate control) ou du rythme cardiaque (rhythm control).
* La cardioversion (en rythme sinusal) peut être pharmacologique, ou électrique sous anesthésie de courte durée

 

ATTACK RATE Statistique
force of morbidity
risque instantané

 

ATTENDING PHYSICIAN Pratique
= physician with primary responsibility for the (usually inpatient) care of a patient in a particular case
médecin traitant
1. En milieu hospitalier, premier responsable d’un patient, par opposition aux médecins consultants
2. En France : généraliste ou spécialiste, exerçant en cabinet ou à l'hôpital, il joue un rôle central dans l’orientation et le suivi du patient tout au long de son parcours de soins

 

ATTENTION DEFICIT AND HYPERACTIVITY DISORDER Médicalisation - Pédopsychiatre
hyperactivité avec trouble de l’attention
* les fréquences rapportées chez les enfants sont gonflées par des critères diagnostiques laxistes et l’éventuelle utilisation de psychostimulants, laquelle fait bien l’affaire des fabricants, des parents et des professeurs…

 

ATTRIBUTABLE FRACTION OF RISK IN THE EXPOSED Épidémiologie - Statistique
fraction attribuable du risque chez les exposés

 

ATTRIBUTABLE FRACTION OF RISK IN THE POPULATION Épidémiologie - Statistique
fraction attribuable du risque dans la population

 

ATTRIBUTABLE RISK Statistique
= Difference between the risk in an exposed population (absolute risk) and the risk in an unexposed population (reference risk). Also referred to as excess risk149
risque attribuable

 

ATTRITION BIAS Analyse critique - Essais
* patients lost to follow-up introduce incomplete outcome data
biais d’attrition
= Source d’erreur dans l’analyse des résultats, résultant de différences entre l’effectif des groupes initiaux et des groupes finaux ; cette différence est liée à des sorties d'essai (interruption des traitements ou des mesures) survenues avant la fin de l’essai
* En plus d’affaiblir l’effet égalisateur de la randomisation, ce biais introduit un facteur de confusion puisque la sortie d’essai peut être liée aux effets désirables (efficacité) ou indésirables dans le groupe traité ou à l’aggravation de la maladie traitée chez les témoins

 

ATYPICAL ANTIPSYCHOTICS REVISITED
« 
In 2003 the cost of antipsychotics in the USA equalled the cost of paying all their psychiatrists. The story of the atypicals and the second generation antipsychotics is not the story of clinical discovery and progress; it is the story of fabricated classes, money and marketing. With the industry reputation damaged by evidence of selective publishing and its deleterious effects, and the recent claims that trials of at least one of the new a typicals have been knowingly ‘buried’, it will take a great deal for psychiatrists to be persuaded that the next new discovery of a drug or a class will be anything more than a cynical tactic to generate profit »150

« The antipsychotics brought hope and optimism to people with schizophrenia and to those who care for them. There have been successive classes of antipsychotics used by the pharmaceutical industry to persuade doctors and patients that ‘new’ is better. Evidence is growing that the primary purpose of these fabricated classes is for marketing. It is time we stopped using these expensive labels – they are all just antipsychotics »151
les antipsychotiques atypiques revisités

 

AUSTRALIAN OPINION LEADER IN PSYCHIATRY (AU) Psychopharmacologie
« Professor Ian Hickie – Visionary Mental Health Reformer or Paid Pharmaceutical Industry Opinion Leader? »152
« Ian Hickie is Australia’s Charles Nemeroff »153
“It is this kind of complicity that damages any hopes of a positive partnership between medicine and [the pharmaceutical] industry”, writes Lancet Editor Richard Horton on recent Hickie research154
leader d’opinion australien en psychiatrie

 

AUTHORITY ARGUMENT Savoir médical
argument d’autorité

« On se fie beaucoup à l’autorité d’un Maître ou d’un leader d’opinion censé véhiculer les connaissances les plus fiables… Nos pratique médicales ressortent davantage du domaine de l’opinion, pour ne pas dire de l’engouement, que de faits réellement démontrés »
155

 

AUTHORSHIP : HONORARY, GHOST OR GENUINE? Déontologie – Revues savantes
Voir aussi GHOSTAUTHOR and GHOSTWRITER
* when a trial report is written by an anonymous professional hired by the sponsor, he is referred to as a ghostwriter
« 
Evidence of honorary and ghost authorship in 21% of articles published in major medical journals in 2008 suggests that increased efforts by scientific journals, individual authors, and academic institutions are essential to promote responsibility, accountability, and transparency in authorship, and to maintain integrity in scientific publication »156 
la paternité d’un article : honorifique, prête-nom ou véritable ?
* quand un comte-rendu d’essai est rédigé par un écrivain professionnel (nègre) à l’emploi du commanditaire, on le qualifie de rédacteur anonyme, en sous-main. L’auteur apparent devient un prête-nom

« 
L’usage de ‘co-auteurs honoraires’ constitue fraude et duperie; la propriété intellectuelle étant un bien indivisible et non transférable … La publication qui traditionnellement consacrait la valeur d’un travail de recherche, constitue désormais une marchandise au même titre que les Big Macs et les boissons gazeuses »157 

« Dans six grandes revues médicales internationales, 1 article sur 5 n'est pas correctement signé : soit des ‘fantômes’ n'apparaissent pas comme auteurs, soit des ‘potiches’ font office de caution honorifique sans avoir contribué aux recherches. C’est une forme de fraude scientifique moins spectaculaire que le bidouillage de résultats, mais tout aussi regrettable…

Comme la littérature en général, la littérature scientifique est truffée de ‘faux’ auteurs. Avec, d'un côté, des auteurs fantômes (nègres), qui participent activement à une publication mais ne sont pas cités ; et, de l'autre, des auteurs honorifiques, également appelés ‘invités’ ou ‘potiches’, qui à l'inverse sont signataires’ »
158

 

AUTOMATIC BEHAVIOR EIM
= bizarre behavior during sleep-walking accompanied by amnesia
* an ADR of certain benzodiazepine / benzo-like hypnotics such as triazolam, zolpidem
comportement automatique
« Une patiente a grossi de 23 kg en 7 mois pendant qu’elle prenait du zolpidem : elle a été observée en train de manger devant le réfrigérateur ouvert alors qu’elle dormait (i.e. somnambulait)… Un autre patient s’est réveillé avec un pinceau dans la main alors qu’il venait de peindre la porte d’entrée … D’autres auraient conduit leur véhicule alors qu’ils somnambulaient159»
* ce comportement somnambulique est accompagnée d’amnésie

 

AVAILABILITY IN COMMUNITY DRUG STORES Règlementation Statut d’un médicament
disponibilité en officine / en pharmacies de ville (FR) / en pharmacies communautaires (CA)

 

AVAILABILITY ON THE MARKET Statut d’un médicament
shipping
« The new dosage form is shipping »

mise à disposition ; disponibilité
* après AMM, un nouveau produit n’est disponible qu’après le lancement, dont la date est fonction de la conjoncture commerciale. Après une rupture de stock, il s’agira d’une remise à disposition
« La nouvelle forme posologique est livrable / est disponible »

 

AVERAGE DAILY DOSE Révision d’utilisation
dose / posologie moyenne journalière

 

AVOIDABLE ADVERSE DRUG REACTION Pharmacovigilance
effet indésirable médicamenteux évitable; EIM évitable
* On distingue ceux qui résultent soit
a) d’une
erreur médicamenteuse, comprenant les erreurs de fabrication, de rédaction ou transcription d’ordonnance, de dispensation, d’administration ou d’observance concernant un produit médicalement requis; ou
b) d’une
erreur de prescription, relevant de la mauvaise décision de prescrire tel produit à telle dose pour telle durée à tel patient à un moment donné

 

AWARDEE Promotion
« The speaker a Pfizer awardee »
boursier / boursière
« Le conférencier est un boursier Pfizer »

 

AWARENESS CAMPAIGN Promotion
campagne de sensibilisation
* Il est désolant de constater que la majorité des campagnes de sensibilisation depuis les années 2000 sont des formes déguisées de promotion secrètement financées par des promoteurs privés de produits de santé ou par des instances gouvernementales ou professionnelles sous la pression de démarcheurs, et ont peu à voir avec les priorités d’une santé publique bien pensée

 

Loading

Avertissement

Le contenu de cet ouvrage n’est en aucun cas destiné à servir de recommandation ou de guide de pratique clinique.

Index alphabétique


Notes

 


1     Terence H. Young. Death     by prescription,     Toronto :     Key Porter Books; 2009 - 374 pages,     page 16





2     Titre du premier chapitre de : Terence     H. Young. Mourir     sur ordonnance.     Montréal :     Écosociété; 2011 - 352 pages - Préface de Jean-Claude St-Onge     auteur de l’Envers     de la pilule



3     http://www.health.gov.on.ca/en/public/publications/ministry_reports/cmoh_h1n1/cmoh



4     Denis Méthot. L’Actualité     médicale (Montréal)     19.10.2011 page 8



5     Presse Canadienne / Le Devoir 10.9.2012



6     Bijl D & Schellekens H. International     Journal of Risk and Safety in Medicine     2011 ;23(2) :73


7     Influence     Communication [CA],     site www.influencecommunication.ca,     État de la Nouvelle, Bilan 2009



8     Aust Prescr     2010;33:30, online     http://www.australianprescriber.com/resource/indexing_author      



9     David Carmichael, Drug Freedom, 2012



10     Site     http://www.cdc.gov/mmwr/preview/mmwrhtml/mm59e0602a1.htm?s_cid=mm59e0602a1_x



11     Denis Méthot. L’Actualité     médicale (Montréal)     19.10.2011 page 8



12     http://www.hc-sc.gc.ca/dhp-mps/prodpharma/legislation/interimorders-arretesurgence/qual-vaccin-fra.php



13     Le     Soir     (BE).     http://www.lesoir.be/actualite/sciences_sante/2010-01-06/grippe-a-vers-une-enquete-sur-le-lobby-pharmaceutique-747250.shtml



14     Philippe     Baro.     http://europe.no-1.fr/?p=119,     posté 28.1.2010



15     Richard Schabas. Globe     and Mail 19.1.2009     Opinions: How the WHO overshot on H1N1 et     http://www.resterenvie.com/blogue/?p=794



16     BMJ     2011;342:d3378



17     Fiona Godlee, Editor of the BMJ.     http://www.bmj.com/content/343/bmj.d5147.full.pdf



18     Marc Girard 2011. Médicaments     dangereux, page 9



19     Albeitar.     http://www.glandouillage.com/article-la-grippe-a-serait-un-des-plus-grands-scandales-medicaux-du-siecle-45659181.html



20     Chems     Eddine Chitour.     Alterinfo.net, 5.2.1020



21     Marc Girard 2011. Médicaments     dangereux, page 40



22     Syndicat     de Médecine générale.     http://www.smg-pratiques.info/Communique-de-presse-sur-la-grippe.html



23     Louis Léry. De l’Institut Pasteur de Lyon, au cours d’une     intervention au Parlement européen en 1996, sur     http://www.scribd.com/doc/19314760/Lettre-Type-2-refus-de-vaccinations



24     Rev Prescrire     2012 ;32(342) :241



25     Tom     Jefferson.     Cité par Der     Spiegel     (Allemagne), traduction libre, déc. 2009. Jefferson est     épidémiologiste de la Collaboration Cochrane



26     Science     2009, 16 oct. Traduction     libre. Lire aussi     http://www.alterinfo.net/Scandale-a-l-OMS-creation-de-la-fausse-pandemie-H1N1_a40277.html



27     Aubrey Blumsohn. BMJ     2006; 333: 1121



28     Marcia Angell. Quoted by Duff Wilson, New     York Times 3.3.2009



29     Marc-André     Gagnon.     Le Devoir,     4 septembre 2009, section Opinion



30     Jacques Thivierge, en référence à Jerry Avorn.     Powerful Medicines :     The benefits, risks and costs of prescription drugs.     New York: Knoff;     2004



31     David Healy.     Mania. Johns Hopkins     and Wiley;2009



32     Laure Waridel, interview Michel Dongois dans Profession Santé     4.6.2012



33     Brit     J Psychiatry     2003; 182 : 388



34     Marcia Angell. N     Engl J Med 2000;     342:1516-1518, site     http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJM200005183422009



35     Debré & Even, 2011. Site     http://www.decisionsante.com/fileadmin/uploads/Mediator-Even-Debre.pdf



36     Debré & Even, op. cit. 



37     David Healy. Is academic psychiatry for sale? Br     J Psychiatry     2003;182: 388-9



38     Shapiro     MF



39     John Cornwell. New     Scientist     2003 ; (2414) : 25, quoted by Arndt von Hippel



40     Chris Hedges. Death of     the Liberal Class.     Nation Books; 2010



41     Luc Perino. Rev     Prescrire 2010;     30(324): 791



42     Marc Girard 2011. Médicaments     dangereux, page 40



43     MM Reidenberg. Clin     Pharmacol Ther 2002;     71(5) : 309-10



44     http://www.nih.gov/news/health/mar2010/nhlbi-15.htm



45     Yudkin JS, Richter B, Gale EAM. Lancet 2010;377:1220-2



46     New     York Times.     13 juin 2009



47      Jean Peneff.     La     profession médicale (Montréal) et le piège des dépenses en santé    



48     Philippe Mahoux. Préface de Oscar Grosjean, La     santé à quel prix?     page 3



49     http://www.fda.gov/Drugs/InformationOnDrugs/ucm079436.htm



50     Light & Lexchin. BMJ     2012; 345: e4348 -     http://www.bmj.com/content/345/bmj.e4348.full?ijkey=Y1g4ZVUImIbtXOI&keytype=ref



51     Afssaps



52     Oqlf



53     Aronson JK & Ferner RE. Drug     Safety 2005;     28(10) :851-870



54     Aronson, op. cit.



55     WHO, 1972



56     http://www.who-umc.org/graphics/25301.pdf



57     http://www.who-umc.org/graphics/25301.pdf



58     http://www.fda.gov/Drugs/GuidanceComplianceRegulatoryInformation/Surveillance/AdverseDrugEffects/default.htm



59     http://www.fda.gov/Drugs/GuidanceComplianceRegulatoryInformation/Surveillance/AdverseDrugEffects/default.htm



60     Audrey Gering. Thérapie     2007;6(1):49-54



61     David L Sackett. The     arrogance of preventive medicine.     CMAJ     2002;167(4):363-4



62     Elena Pasca, 19.03.2012 - Site     http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/



63     Nortin M. Hadler. Rethinking Aging: Growing Old And Living Well     In An Overtreated Society. Chapel Hill : University of     North Carolina Press ; 2011 – 250 pages



64     Nortin M Hadler. Op. cit.



65     CIOMS. PEDS     1992;1 :1911 – Bénichou. Int     J Clin Pharmacol Ther     Tox     1991;29 :75



66     http://blogs.forbes.com/matthewherper/2011/05/01/pfizers-radical-surgery/



67     Yolande Lucire & Christopher Crotty. Pharmacogenics     and Personalized Medicine     2011;4:65-81  Site http://www.ssristories.com/show.php?item=5064,     accessed 8.8.2011



68     Juan Gérvas.     Lancet     2008;372 :1997



69     Arndt von Hippel 2004. Better     Health Care at Half the Cost     -     http://bookstore.xlibris.com/Products/SKU-0024928002/Better-Health-Care-At-Half-The-Cost.aspx



70     Rev Prescrire     2006;26(278):801



71     Afssaps



72     http://www.fda.gov/BiologicsBloodVaccines/GuidanceComplianceRegulatoryInformation/Guidances/Vaccines/ucm074850.htm



73     Rev Prescrire     2006 ; 26(270) : 205



74     http://www.psychomedia.qc.ca/maladie-d-alzheimer/2011-02-07/medicaments-inefficacite-effets-secondaires-indesirables



75     Courtney. Lancet     2004; 363 : 2105



76     BMJ     2005;331 :321



77     Montastruc. BIP     octobre 2005, CRVP     de Toulouse



78     Rev Prescrire     2006; 16(278 Suppl.) : 122



79     Oqlf



80     Marc Girard, communication



81     National Institutes of Health, 2010 -     http://consensus.nih.gov/2010/docs/alz/alz_stmt.pdf,     accessed 29.4.2010, NIH State-of-the-Science Conference: Preventing     Alzheimer’s Disease and Cognitive Decline 28.4.2010



82     Ira Rosofsky -     http://articles.latimes.com/2009/mar/19/opinion/oe-rosofsky19



83     JL Goriaux. Rev     Prescrire 2006 ;     26(270) : 230



84     Rev Prescrire     2011 ;31(337) :825



85     Michael Venenzuela.     http://theconversation.edu.au/alzheimer-hypothesis-stuck-in-intellectual-cul-de-sac-8809



86     http://www.forbes.com/sites/matthewherper/2012/08/08/how-a-failed-alzheimers-drug-illustrates-the-drug-industrys-gambling-problem/



87     Michael Venenzuela, op. cit.



88     Marc Girard, 2011. http://www.rolandsimion.org/spip.php?article227



89     Lara K Kutschenko. J     Med Ethics     2012;38:57e59, en ligne 25.8.2011



90     Linda Furlini, communication



91     CPS 2010, équivalent du     Vidal     en France, du PDR aux ÉU



92     Gill SS et al. Arch     Intern Med     2009;169:867-73



93     Revue Prescrire     2010; 30(320): 470



94     Linda Furlini, 2012



95     Rev Prescrire     2004 ; 24(256) : 856



96     Kaduszkiewicz et al. 2005 quoted by Gilstad & Finucane



97     Howard et al. NEJM     2007 ; 357 : 1382



98     Gilstad JR & Finucane TE. J     Am Geriatr Soc 2008;     56 :1556-62



99     Rev Prescrire     2008 ;28(302) :929



100     Linda Furlini et tous ceux qui, comme elle, connaissent bien cette     maladie




102     Rev Prescrire.     2012 ; 32(340) : 105



103     LS Schneider. N Engl J     Med 2012; 366: 957     site http://www.nejm.org/doi/full/10.1056/NEJMe1200429?query=TOC



104     http://stocks.investopedia.com/stock-analysis/2012/The-War-Against-Alzheimers-Requires-Thinking-Small-ASTX-AZN-PFE-ELN-ILNS.PK0102.aspx?partner=YahooSA#axzz1iLaifIjE



105     Prescrire. 2012 ; 32(340) : 105



106     Preventing Alzheimer’s disease and cognitive decline, 2010,     sur http://consensus.nih.gov/2010/alzstatement.htm, cité par Ray     Moynihan 2011



107     http://www.fiercebiotech.com,     25.10.2011



108     http://www.mutualite.fr/Glossaire



109     Souba W et al. Acad     Medicine 2011; 86:     1492 - Site     http://journals.lww.com/academicmedicine/Fulltext/2011/12000/Elephants_in_Academic_Medicine.9.aspx




111     Warren Bell 2011, communication



112     Nortin Hadler. Worried     Sick, p 31



113     Starfield et al. J     Epidemiol Community Health     2008;l62 :580-3



114     David Oliver. BMJ     2009;338 :b873



115     Jorg Blech. Les     inventeurs de maladies.     Paris; Actes Sud : 2005 – page 69



116     Lucire & Crotty, op. cit.



117     Sarah Boseley. The     Guardian, 12.8.2010



118     Ralpha Nader, 2012




120     Lucire & Crotty, op. cit.



121     David     Healy.     http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/aug/08/seroxat-pharmaceutical-birth-defect



122     Nielsen M & PC Gotzsche. International     Journal of Risk and Safety in medicine     2011 ;23(2) :125



123     Warren Bell 2011, communication



124     Rif S El-Mallakh et al.     Psychother Psychosom     2011; 80:57–59.



125     Jean-Louis Montastruc, dans BIP31.fr, commentant Carol Coupland, BMJ     2011, 343, d4551, site http://www.bmj.com/content/343/bmj.d4551



126     Lucire & Crotty, op, cit.



127     Lucire & Crotty - http://ssristories.com/




129     David Healy 2012, March 9



130     David Healy. International     Journal of Risk & Safety in Medicine     2010; 22:1-10



131     David Healy 2012



132     David Healy 2012



133     David L Sackett.     CMAJ     2002; 167 (4) :363-4



134     Juan Gérvas.     Lancet     2008;372 :1997 – Omnipraticien espagnol



135     http://www.deutschland.de/en/health/health-services.html



136     http://www.arznei-telegramm.de/



137     Elena Pasca 2012, communication



138     http://en.wikipedia.org/wiki/Relative_risk



139     Charles J Wright. Too Much Health Care : We can’t afford     life’s creeping medicalization. Literary     review of Canada     2009 ;17(9) :3



140     Charles J Wright. op. cit.



141     Belch et al. Br     Med J, 2008; 337     :1840-50



142     Baigent C et al..     Lancet     2009;373(9678):1849



143     Algra A, Greving JP.     Lancet     2009 (30 mai);373:1821-2



144     SCC. Canadian     Journal of Cardiology     2011;27(3) : Suppl. S1-S59



145     http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2011/08/23/la-pharmaco-prevention-dans-les-unites-de-soins-de-longue-du.html



146     Nancy B. Burrell



147     http://www.mortonmintz.com/work2.htm



148     atoute.org



149     http://www.who-umc.org/graphics/25301.pdf



150     Tim Kendall. Br     J Psychiatry 2011,     199: 266



151     Tim Kendall. Op.     cit.



152     http://speedupsitstill.com/professor-ian-hickie-visionary-mental-health-reformer-paid-pharmaceutical-industry-opinion-leader



153     Yolande Lucire 2012, communication



154     12.02.2012 - Site     http://speedupsitstill.com/professor-ian-hickie-visionary-mental-health-reformer-paid-pharmaceutical-industry-opinion-leader



155     G Bouvenot. Thérapie     1996; 51: 209-11



156     Wislar et al. BMJ     2011;343:d6128, http://www.bmj.com/content/343/bmj.d6128.full.pdf



157     Bernard Boudreau. Med     Fam Can     1999;45(Mai) :1141



158     Sandrine Cabut. Le     Monde 20.10.2011 –     Site     http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1172139



159     AADRB 2007;26(1):2-3 – Rev     Prescrire     2007;27(282) :268